Magazine Politique

Le Mittelstand allemand face à la crise économique et financière

Publié le 01 février 2010 par Infoguerre

Les PME allemandes en 2009

L'Allemagne doit son succès économique ainsi que la création d'emplois, en particulier aux PME et non aux grands groupes industriels comme c'est le cas dans d'autres pays industrialisés. La définition d'une PME est la suivante : maximum 500 employés et un chiffre d'affaires annuel de 50 millions d’euros maximum. Elles totalisent 40 % du Produit Intérieur Brut (PIB) et emploient 70 % de la population. Néanmoins, le tissu des PME résiste mieux que les grands groupes à la crise qui a débuté en 2008. Tel est le constat de l’Institut für Mittelstandsforschung“ (IfM), un institut de recherches, spécialisé dans les PME a ainsi révélé dans son analyse de l'année 2009 qu'il y avait 410.000 créations d’entreprises (hausse de 2,7 %) et en même temps, une baisse des liquidations de sociétés de 3,6 % (397.000). Johann Eekhoff, le président de l'institut, précise que ce sont les petites entreprises de moins de 20 employés qui ont étonnamment le mieux résisté. D'après une enquête actuelle auprès de 1 500 PME, une entreprise sur trois attend un redressement économique et une hausse du nombre des commandes au plus tard à l'automne 2010.

Des résultats contradictoires

Le journal économique "Handelsblatt“ a montré dans une enquête récente,  que la plupart des grands groupes en possession familiale non seulement résiste mieux à la crise, mais aussi se développe malgré des conditions plus dures sur les marchés. Sur les trente plus grandes entreprises familiales en Allemagne, seulement quatre sont en perte de vitesse avec chaque, fois une perte maximale de 5 % du chiffre d'affaires. En revanche, la rentabilité baisse en moyenne de 20 % par rapport à l'année précédente. Malgré ces performances contrastées, les PME allemandes ne voient pas encore le bout du tunnel. Dans son baromètre 2009 sur les PME, les responsables du cabinet Ernst & Young Allemagne mettent en avant un certain nombre d’inquiétudes à venir. En 2008, seulement 11 % des dirigeants de PME allemandes exprimaient des idées pessimistes sur l’avenir. En 2010, le chiffre a triplé. Pour Peter Englisch, partenaire chez Ernst & Young, c'est la mise à disposition de crédits qui pose problème, car assez souvent, les inquiétudes ne portent pas sur le manque de  rentabilité mais sur l'absence de liquidités. Depuis le début de l'année 2009, le nombre des entreprises qui subit des exigences plus fortes a augmenté de manière dramatique. Le financement à travers la banque principale est devenu pour 37 % plus difficile, alors qu'en janvier 2009 seulement 14 % exprimaient ce sentiment. Toujours selon le consultant Peter Englisch, la grande force des PME réside dans la relation entre les propriétaires et les entreprises. Avec la crise beaucoup de propriétaires de PME doivent utiliser leur fortune personnelle, car ils n'obtiennent plus des banques les fonds nécessaires contrairement aux dirigeants des grands groupes, à quelques exceptions prés. La fédération des Banques en Allemagne le Bankenverband, exprime la crainte que l'approvisionnement en crédit de l'industrie allemande puisse devenir critique à l’été 2010. Cette situation pourrait constituer, lors de la remise des bilans aux banques, la raison principale d'un sous-approvisionnement  en termes de crédits. Manfred Weber décrit la problématique de la manière suivante : plus la situation économique de l'entreprise se dégrade, plus le risque pour la banque qui finance le crédit augmente. Dans ce cas, les banques devront soutenir ces crédits avec des capitaux propres pour réponde aux exigences de Basel-II.  

Les risques de l’appel à des capitaux étrangers

Rainer Brüderle, ministre de l'économie allemande, demande aux banques de faire leur devoir et de mettre des crédits à disposition des entreprises. D'après un sondage de la société de conseil Roland Berger, des entreprises saines à la base, pourraient également connaître des difficultés par manque de liquidités. Or ce sont surtout les PME qui sont concernées. Déjà en décembre 2009, 44,3 % des entreprises interrogées par l'institut IFO se plaignaient d'une mise à disposition restrictive de crédits. La stratégie de puissance de l’Allemagne est basée sur le Mittelstand. Demain, un affaiblissement des crédits obligerait les familles industrielles à tout faire pour ne pas puiser dans leurs ressources personnelles. Les financements croisés qui ont fait la force et la robustesse du Mittelstand risquent d’être mis à mal par la venue d’investisseurs étrangers dont l’objectif est d’obtenir de fortes rentabilités à court terme. Ce scénario aurait pour conséquence de diminuer l’investissement dans la R&D et dans la préservation de l’outil industriel. De plus, un tel scénario pourrait engendrer des délocalisations donc des fermetures d’entreprises et des suppressions d’emplois dans le but de satisfaire la soif de rendement des investisseurs. Dans une telle situation, l’Allemagne, pourrait connaître l’arrivée massive de capitaux chinois pour s’emparer des technologies les plus récentes et des marques célèbres. D’après une étude réalisée par l’IFRI citant Mergers & Acquisitions, 22 rachats et prises de participations ont eu lieu entre 2001 et mai 2007. D’après les statistiques du MOFCOM, le volume total des investissements directs de la Chine en Allemagne est passé de 83,61 millions de $ US en 2003 à 845,5 millions de $US en 2008. Ces opérations de fusion acquisition sont concentrées sur le secteur de la construction de machines. 

Bernd Bühler et Bertrand Terreux

Source : Note du Cerfa 71, Le partenariat économique Chine – Allemagne Une interdépendance croissante, Margot Schüller


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Infoguerre 453 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines