Magazine

C'est pas Fred et Ginger

Publié le 09 février 2010 par Mina
C'est pas Fred et GingerVargas a des mots qui fendent la cervelle comme des flèches, exemple: "…un joueur, un rieur, mais des yeux noirs qui vous détaillaient à cru…" Ou encore: "… ca ne vous a pas chiffoné, cela? – c'est-à-dire monsieur Velasco, que je suis difficile à chiffoner…"
Et c'est comme ça toutes les dix lignes. Je deviens camée, addicted to Fred…
Je vais m'imprégner, me rouler dans ses mots jusqu'à ce que je puisse les façonner, qu'ils deviennent miens. Je pars pour l'immersion totale de la langue Vargas. Ne plus sortir des pages au parfum encré, m'imprimer les caractères sur le visage et dormir dedans. Faire un tour de magie et interpréter. Je secouerai un mélange de Tosches, Vargas, Wilson, écrire en TVW, devenir un bolide. Pantagruel, un ogre aussitôt repu, aussitôt affamé. Je veux ouvrir ma gorge en grand et faire sortir le rire comme une force, le son est aussi important que l'émotion qui le génère, le son rend les mots solides, tangibles et quelquepart peut-être rassurants.
Vargas, c'est Maria Vargas alias Ava Gardner dans "La comtesse aux pieds nus", c'est là qu'elle a dégoté son nom de plume. Un excellent Mankiewicz, romantique et sulfureux. Il est 11h11, hehe!

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Mina 2 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog