Magazine Politique

Sarkozy, chômage, idéologie et Heures supplémentaires

Publié le 09 février 2010 par Politistution

Sarkozy, chômage, idéologie et Heures supplémentaires
"Pouvoir d'achat, lutte contre le chômage, diminution de la fracture sociale" : des promesses souvent entendues pendant les campagnes électorales présidentielles, mais au final que deviennent-elles?

Nicolas Sarkozy aime répéter qu'il agit de manière "pragmatique" :

"Il ne s'agit pas pour moi d'épouser un nouveau système idéologique, il s'agit d'être pragmatique devant une situation de l'économie qu'on n'a jamais connue..."
Montrichard - Jeudi 20 novembre 2008


Pragmatique mais pas sur tous les sujets : malgré le contexte actuel de crise économique, le gouvernement revendique et assume "idéologiquement?" la réforme des heures supplémentaires défiscalisées.

Pourtant, la crise a frappé en premier lieu une population précaire (emploi CDD, ou intérim). Moins visible que les licenciements, c'est pourtant le non-renouvellement de ces contrats qui alimente l'essentiel de la hausse du chômage.

La défiscalisation des heures supplémentaires, qui coûte autour de 4 milliards d'euros par an, a poussé en début de crise les entreprises à se débarrasser de leurs CDD et intérimaires plutôt que de diminuer leurs heures supplémentaires. En sortie de crise, elle ralentira donc la diminution du chômage...

Sans compter que tout "allégement de charges" accentue un manque à gagner pour la Sécurité sociale et creuse ainsi son déficit...

A l'assemblée, lors de l'examen du Projet de loi de finances rectificative pour 2010, l'opposition a de nouveau dénoncé cette mesure à "contre courant"...

P.A Muet :[...]dans le cas d'une récession telle que celle que nous vivons, les entreprises commencent habituellement par réduire les heures supplémentaires avant de licencier. En France, il s'est passé le contraire à cause de ce dispositif qui est une aberration économique mais aussi une profonde injustice comme en témoigne la discussion précédente.
[...]Alors que nous sommes en pleine récession, vous conduisez une politique dont plusieurs études économétriques sérieuses - celles de l'INSEE, par exemple - indiquent qu'elle détruit 90 000 emplois. Les comparaisons sont édifiantes. L'Allemagne a connu en 2009 une récession deux fois plus forte que la France ; or son taux de chômage, en données harmonisées, est resté stable - 7,5 % en juillet 2008 et 7,6 % aujourd'hui - alors que, en France, il est passé de 7,5 % en juillet 2008 à 10 % aujourd'hui : le résultat est clair !

Au début de la récession, la France a connu des licenciements massifs ; l'Allemagne, elle, a utilisé la réduction des heures supplémentaires et, bien sûr, le temps partiel, dont nous avons d'ailleurs dit qu'il fallait aussi l'encourager.

Tous ceux qui se pencheront un jour sur la période actuelle diront que votre politique est absurde du point de vue économique. (Applaudissements sur les bancs du groupe SRC.)

Pour aller plus loin :


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Politistution 51 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine