Magazine Séries

1X01 - Get some

Publié le 15 février 2010 par Cybellah

Au départ je ne voulais pas m'étendre plus que ça sur la série, mais en fait j'ai tellement de choses à dire dessus que mes billets faisaient 3 mètres de long donc autant diviser en plusieurs billets, ce sera plus digeste...
Synopsis: Les Marines, stationnés au Koweït, attendent les ordres de l'état-Major pour envahir l'Irak. Un attente interminable dans un environnement hostile.
L'arrivée d'un journaliste du magazine Rolling Stone leur permet de montrer dans quelles conditions on les envoie se battre : matériel défectueux ou inadapté, manque d'eau, de vivres et de produits de premières nécessité... L'intendance n'est visiblement pas la préoccupation principale du Marine Corps.
Bientôt, leur ordre de mission leur est donné et tous les soldats sont pressés d'en découdre, même si on leur annonce qu'ils ne bénéficieront d'aucun soutien aéroporté. Mais lors de leur avancée en territoire ennemi, ils ne rencontrent aucune résistance ou presque...
annuseries
Cet épisode est clairement un épisode d'introduction. on entre pas encore tout à fait dans le vif du sujet puisque les soldats qu'on va suivre durant 7 épisodes n'ont pas encore tout à fait mis les pieds en Iraq.

Le point de départ de cette série est l'arrivée d'un journaliste de Rolling Stone, qui doit faire un papier sur l'invasion en Irak.
La série est justement tirée du livre que ce fameux journaliste aura fait de son expérience du conflit. GenerationKill_Ep1_481.jpg
Très vite parmi les personnages, plusieurs figures se détachent des autres,
en bien:
GenerationKill_Ep1_292.jpgGenerationKill_Ep1_209.jpg
ou en mal:
GenerationKill_Ep1_798.jpgGenerationKill_Ep1_573.jpg
Ce premier épisode est principalement l'épisode de l'attente, des derniers entraînementss et préparatifs avant le grand départ.
GenerationKill_Ep1_211.jpg
Ce qu'on remarque en premier lieu, c'est la jeunesse des soldats. Et pourtant malgré leur âge, certains ont déjà participé à plusieurs conflits, notamment en Afghanistan.
C'est le cas pour Nate, lieutenant au visage d'ange, qui parait si jeune et si innocent, et qui pourtant tient en respect des hommes bien plus âgés que lui.
Vraiment beaucoup de charisme derrière ces doux yeux bleus: GenerationKill_Ep1_669.jpg

Pour continuer dans les yeux bleus, on a ceux, pénétrants de Brad Colbert alias Iceman, qui a lui aussi clairement l'étoffe d'un héros, et qui est d'un calme hallucinant, également très respecté par ses collègues. GenerationKill_Ep1_846.jpg
Je parlais donc d'attente, mais également d'isolement, surtout quand on voit la rumeur qui court concernant le décès de J Lo, et dont personne n'est capable de dire si c'est vrai ou pas... ce qui préoccupe au plus haut point bon nombre de ces jeunes soldats...1X01 - Get some GenerationKill_Ep1_227.jpg
Donc en attendant on rigole, on se charrie, on fait des films au camescope, on fait des concours de moustache...
et on se prépare à des attaques chimiques, ce qui nous vaut une scène très drôle où le reporter se coince les noix dans une ficelle à cause de sa combinaison trop serrée... GenerationKill_Ep1_625.jpg
GenerationKill_Ep1_628.jpg
GenerationKill_Ep1_640.jpg
On rencontre également Godfather, dont le surnom est tout à fait significatif (en plus de sa voix éraillée résultat d'un cancer de la gorge), à savoir le big boss, celui dont on ne discute pas les ordres, qu'ils soient bons ou mauvais.... GenerationKill_Ep1_780.jpg
tout comme le pète-couille de service, caricature d'Hilter qui hurle à tout bout de champ, sur tout et n'importe quoi, histoire de montrer que oui, je suis le mâle dominant mais comme je peux pas te pisser dessus pour marquer mon territoire, je t'agresse parce que les poils de ta moustache sont trop long... GenerationKill_Ep1_485.jpg

j'adore cette scène, surtout que l'imitation de la marche nazi en arrière plan, je ne l'avais pas capté au premier visionnage.
GenerationKill_Ep1_487.jpg sans compter sur le discours aux hommes lors du départ, avec une voix à l'accent et intonation qui ne peut que faire écho aux discours du dictateur allemand...
GenerationKill_Ep1_576.jpg
L'engueulade du chef concernant la moustache à la coupe non réglementaire est en tout cas assez hallucinante comme scène et pourtant très représentative de l'ambiance générale, surtout quand on voit quelques minutes avant les graves problèmes logistiques que la compagnie a déjà alors qu'ils ne sont même pas encore au combat... ça fait peur...
oui non mais parce que donner des tenues de protection à camouflage forestier pour une opération dans le désert faut quand même le faire...et ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autres. GenerationKill_Ep1_570.jpg
Malgré tout ça, on nous fait tout de suite comprendre que comme toujours dans l'armée, on a une véritable cohésion de groupe, fraternité et soutien entre les soldats qui combattent ensemble. GenerationKill_Ep1_382.jpg
Nathan Fick et Brad Colbert en sont les principaux représentants, prêts à couvrir leurs hommes et les protéger quoi qu'il arrive. GenerationKill_Ep1_515.jpg
On sait que les choses sérieuses vont commencer quand, en plein milieu du désert on leur fait livrer des pizzas..ce qui donne quand même un peu une impression de dernier repas du condamné... GenerationKill_Ep1_543.jpg
Fick, en tout cas, n'est pas dupe.
GenerationKill_Ep1_550.jpg
Et voilà, c'est donc en effet parti pour l'invasion..
GenerationKill_Ep1_606.jpg
GenerationKill_Ep1_694.jpg
et premiers contacts avec la population, dont on sait déjà à quel point elle va souffrir..brrrr
GenerationKill_Ep1_844.jpg
GenerationKill_Ep1_845.jpg
et tout ça rythmé par le son de Ray, le juke-box, véritable soupape de décompression pour ses compagnons.
GenerationKill_Ep1_740.jpg
GenerationKill_Ep1_741.jpg
GenerationKill_Ep1_754.jpg
La scène où il pisse à côté de ses compagnons en chantant du Avril Lavigne est juste collector!!!
GenerationKill_Ep1_731.jpg
Un premier épisode qui donne le ton de la série, à savoir brut et sans fioriture. On sait qu'on entre dans un théâtre des horreurs et la réussite de l'épisode c'est qu'on commence déjà à se sentir concerné par le devenir des personnages, qu'ils soient bons ou mauvais et on sent tout de suite, au delà du fait historique qu'il vont être ébranlés par l'expérience qu'ils vont vivre dans ce pays.



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Cybellah 56 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines