Magazine

Gogol bordello, mdp et moi

Publié le 16 février 2010 par Carmel

Sans titre-1Je ne peux plus reculer.

Déjà parce que vous avez été nombreux à déposer votre écot au profit de l’association Laurette Fugain. Ensuite parce que je suis inscrit. Et encore parce que j’ai finalement réservé nos billets de train. Et enfin parce que j’ai achevé le pré-plan dimanche dernier. Oui, souvenez-vous, mon fameux fumeux concept de pré-plan pour être à l’aise dans mes NIMBUS avant de démarrer le plan d’entraînement. Pour les étourdies (je mets volontairement  un « e » car c’est un comportement exclusivement féminin), c’est ici. Le pré-plan prévu n’a pas été respecté à la lettre… En course à pied comme dans la vraie vie, faut savoir gérer les imprévus. Je n’ai pas fait de 4000 m ou 5 000 m en-dessous de 4 mn au km. En revanche, je me suis astreint à une sortie de 15 kms chaque semaine, en plus de la sortie longue avec du rythme le week-end. Et puis mon temps au Teich s’est avéré très loin de mes immodestes ambitions égotiques. Surtout je ne suis pas allé courir à Cestas pour cause de fébrilité avérée par mon thermomètre frontal dernière génération. Qui m’a coûté un œil.

Pour votre serviteur Robert, le plan n°606 du site www.athlete-endurance.com commence donc en ce mardi 16 février de l’an de grâce 2010. Pourquoi un mardi et non un lundi comme de coutume? Ben hier, j’avais comité de direction. Et comme je ne peux pas vivre avec mon sponsor en course à pied. Enfin si je peux vivre avec. Mais il ne peut pas me nourrir. Vous ne comprenez rien ? C’est normal, vous en saurez plus. Bientôt.

Petit bilan médical préalable à la date du 16 février. Les constantes sont bonnes. Pas de fièvre. Je suis passé sous la barre fatidique des 70 kgs. Course de 2 heures sur tapis dimanche dernier au rythme d’un concert vidéo de Gogol Bordello. Il faisait bien trop froid dehors. 26 kms au total. Dont 5 parcourus à 15 km/h et un peu plus. Le tout avec une moyenne de 154 pulsations cardiaques. Un maxi à 172. Côté robinetterie, tout est normal. Côté tuyauterie, une petite douleur à l’ischio droit, une au vaste externe gauche. Une dernière aux cervicales. Rien de trop grave, RDV chez l’ostéo à caler. Oui, c’est quelque chose que les sédentaires n’imaginent pas. A quel point on a des douleurs quand on fait du sport. Pire encore : quand on est vieux et qu’on fait encore du sport. Comme moi.  Bon c’est sûr, certaines douleurs sont liées à l’hyper-narcissisme du coureur à pied. D’autres résultent du dialogue ininterrompu avec son corps.  En résumé, plus on fait attention à soi plus on fait attention à soi. Etonnant, non ?

Voilà. Pour celles et ceux qui veulent des idées, je mets en téléchargement le  Plan n° 606 athlete-endurance (16) avec mes zones de travail. Enfin, celles que j’espère atteindre. En pourcentage de ma VMA ou à peu près. Je suis certain de ne pas respecter toutes les sorties, en particulier celles du dimanche. Notamment parce qu’en semaine 4, ben, y’a pas de semi-marathon en Gironde. Celui de Bazas a lieu la semaine précédente. Les autres courses programmées ont pour objectif de m’aider à conserver de la vitesse et de la fraîcheurmentale. Je ferai peut-être quelques menues séances en bi-quotidien. Si j’arrive à me forcer… je les trouve incomparables pour renforcer les quadriceps…

Ah, mes quadriceps. J’ajouterai au plan n°606 mes célèbres séances de COMPEX, je ne sais pas encore combien. Parce que mon COMPEX et moi on s’kiffe grave. Je ne peux plus m’en passer.

Je vous tiens au courant de la suite. Elle est drôle celle-là. COMPEX-au courant. OK, c’est nul. Je vais courir. Mais je vous laisse quand même avec Gogol Bordello… Mel a failli me tuer dimanche quand je suis descendu du tapis. Je ne comprends toujours pas pourquoi…

Facebook
Digg
Blogger Post

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Carmel 150 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte