Magazine

Ces oeuvres japonaises qui foutent la trouille

Publié le 17 février 2010 par Le Détracteur

Ce matin, j'ai mentalement fait une recherche dans mon Google Brain cérébral sur les termes " japon " et " trouille ". Je ne sais pas trop pourquoi, mais mon cours de culture du Japon d'hier m'a rappelé que les japonais, quand ils s'y mettent, réussissent assez bien à me donner la chair de poulet.

Car bien que je sois un être métalleux, viril et issu d'une descendance (et d'une pilosité) viking, mon statut de nerveux a.k.a. stressé et ex-angoissé-rongeur-d'ongles joue fort bien contre moi. Mais spécialement lorsque des japonais sont impliqués de près ou de loin.

C'est pourquoi j'ai le plaisir de vous faire un top 3 des trucs japonais qui m'ont infligé un malaise certain au niveau de l'adrénaline et du rythme cardiaque.

Uzumaki

Ce film, dont le nom signifie Vortex, ou Spirale, n'est pas vraiment épeurant. Ce n'est pas vraiment gore, et ça ne contient pas de zombies. Cependant, l'ambiance et l'étrangeté de ce qui y est présenté m'a donné un malaise permanent tout au long du film.

Créativement parlant, c'est vraiment rafraichissant. On y raconte l'histoire d'un village où tout prend progressivement la forme d'une spirale, et plus il y a de spirales, plus les gens développent une folie inexplicable. Ils tentent alors par tous les moyens de se débarasser des spirales.

C'est franchement... inquiétant (dans le sens du mot anglais " eerie ") comme film. Il y a une atmosphère sinistre et lourde qu'on ressent jusque dans la racine de nos poils de nuque. Je dois absolument me procurer ce film pour le voir à nouveau. Un must.

Ces oeuvres japonaises qui foutent la trouille

Le village Sei-an maudit dans Okami

Cette fois-ci, on parle de musique. Le jeu Okami en était un que j'ai adoré pour son originalité, mais également pour sa musique. Cette dernière rend un portrait tout à fait exact de la culture japonaise.

Cependant, le côté sombre du Japon est également bien représenté lorsque, dans le jeu, nous arrivons au village maudit de Sei-an. Le village, dont tous les arbres sont morts, est emprisonné dans une brume de poison. Et lorsqu'on y entre, c'est une musique composée de flûtes et de tambourins japonais qui nous accueille.

Ces oeuvres japonaises qui foutent la trouille

C'était assez pour me glacer le sang. Souvent, je jouais avec la télévision en sourdine, car l'atmosphère jouait beaucoup trop sur mes nerfs, surtout que la musique jouait en boucle.

Fatal Frame 2

Comme ne le laisse pas vraiment croire le nom, ce jeu incorporait des éléments de photographie (frame, ou " photogramme " en français, signifie " photo d'un objet en mouvement "). Je parle au passé, car c'était un jeu qui était disponible au moment ou la PlayStation 2 venait de sortir.

Ça avait beau avoir rapport avec la photographie, Fatal Frame était franchement dément comme jeu. Pour résumer, nous sommes un personnage qui se promène dans un village hanté. Notre seule arme pour nous défendre contre les spectres est une caméra spéciale qui " aspire " l'âme des défunts.

C'est avec un ami qui possédait une PS2 et quelques bouteilles de bière que je passais des vendredis soirs, toutes lumières éteintes, à jouer à ce jeu. Honnêtement, c'était vraiment épeurant, mais drôle surtout. L'ambiance, la musique, et également les battements de coeur (qu'on ressent en vibration dans la manette) contribuaient beaucoup à nous transformer en véritables boules de nerfs. On se lançait la manette en criant " Non c'est ton tour, c'est trop malade! ".

Comme je n'ai pas trouvé de vidéo de qualité HD pour Fatal Frame 2, en voici une de Fatal Frame 4 qui est sur Nintendo Wii.

Ces oeuvres japonaises qui foutent la trouille

Conclusion : J'ai beau être grand, beau et fort, tous les moyens sont bons pour me mettre les nerfs en boule quand on est Japonais!

(PS: Contre toutes attentes, je viens de me rendre compte que tous les paragraphes de ce billet commencent par la lettre " C ". Coïncidence? JE NE CROIS PAS!)

Étiquettes : ambiance, atmosphère, chair de poule, Fatal Frame, Japonais, je pisse pas dans ma culotte mais pas loin, Les japonais sont épeurants, Okami, trouille, Uzumaki


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Le Détracteur 269 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte