Magazine France

Belgique : la fronde du sénateur Destexhe contre l'« islam réac » et les dérives communautaristes, par Éric Timmermans

Publié le 15 février 2010 par Roman Bernard
1. Fronde Destexhe-Demelenne contre l'« islam réac » : rappel des faits

Dans notre article du 19 novembre dernier, nous évoquions le cas de ce sénateur de Belgique francophone, Alain Destexhe, membre du MR (Mouvement réformateur, libéral) qui, en association avec le journaliste de gauche Claude Demelenne, a récemment publié aux éditions du Cerisier un ouvrage titré Lettre ouverte aux progressistes qui flirtent avec lislam réac, dans lequel les deux hommes dénoncent notamment « la complaisance dont dimportantes franges des mouvements écologistes, démocrates-chrétiens et socialistes de Belgique francophone feraient preuve à légard de lislam radical. » Les deux hommes navaient pas hésité à attaquer de front le MRAX de Radouane Bouhlal (léquivalent, en Belgique francophone, du MRAP de Mouloud Aounit), quils ont accusé dêtre une organisation « communautariste », un véritable « syndicat de lislam conservateur », dont le président sentoure de personnalités faisant « lapologie du Hamas » et ferait preuve, accuse Alain Destexhe, de racisme anti-blanc. La fronde lancée par Alain Destexhe et Claude Demelenne avait, bien évidemment, suscité les réactions les plus vives. Elle a, depuis, plus dune fois rebondi, comme nous allons le voir.

2. Le MRAX, une organisation excessivement subventionnée

En novembre dernier, nous dénoncions la pratique qui consiste à subventionner à laide des deniers publics des associations, ligues et collectifs sous prétexte quon les reconnaît d « utilité publique » et favorisant « léducation permanente », alors quelles ne sont, de notre point de vue, que des mouvements dopinion privés, non mandatés par lélecteur et nayant, de ce fait, pas à bénéficier de subventions publiques. Nous ne savions toutefois pas, lorsque nous écrivions ces lignes, que la question des subventions obtenues par le MRAX allait bientôt être placée sous les feux de l’actualité, à la suite de la mise sur la sellette de cette organisation par Alain Destexhe. Ainsi a-t-on appris récemment que le MRAX était incapable de justifier la totalité de sa subvention emploi, ainsi que « son non-respect des dispositions décrétales en matière déducation permanente ». Ces déficiences ont été épinglées dans un rapport de ladministration de la Communauté française de Belgique (qui réunit les francophones de Wallonie et de Bruxelles) réalisé à la demande de Fadila Laanan, ministre communautaire de l'Égalité des chances. Le trop-perçu sélève à un montant denviron 80 000 euros (!) dont la ministre envisagerait de demander le remboursement. Le rapport souligne également le volume insuffisant des activités d « éducation permanente » développées par le MRAX, qui savèrerait bien inférieur aux 900 heures exigées.

3. Destexhe contre le rap nauséabond

A la fin du mois de janvier 2010, un individu se faisant appeler « Redouane la Déglingue » a commis un clip « rappeux » intitulé Pour les pilotes. Celui-ci reprend lhabituel brouhaha saccadé et parsemé de borborygmes, pour lessentiel heureusement inaudibles, qui caractérise si bien cet « art musical » accouché par ces ténèbres sous-culturelles qui représentent si bien les nineties. Parmi les bruits et les onomatopées, toutefois, se détache soudain, dans un improbable accès de clarté vocale, la phrase suivante : « Jépouserai le Maroc après avoir baisé la Belgique ». Une fois de plus, le sénateur Destexhe et lui seul est intervenu fort à propos dans cette affaire en dénonçant les « relents nauséabonds » de cette « chanson », de même que les paroles haineuses quelle véhicule. Mais Alain Destexhe ne sest pas arrêté là. De fait, daprès le sénateur libéral, les beuglements « rappeux » dudit Redouane la Déglingue auraient bénéficié du soutien de la « Régie mobile pour la culture » créée par la Mission locale dEtterbeek, qui soutient notamment la réalisation de montages vidéo dans le cadre dun programme de transition professionnelle destiné à… résorber le chômage. Si cette dénonciation du sénateur libéral a fait sortir de ses gonds le député-bourgmestre (député-maire) d'Etterbeek, également libéral, Vincent De Wolf, qui a nié toute intervention de la « Régie mobile pour la culture » dans la perpétration du clip précité, elle nen a pas moins permis de poser à nouveau la question plus générale du financement public de certaines organisations, associations ou ligues. « La Belgique, et plus spécialement la Région bruxelloise, est remplie dorganismes parapublics en tout genre fournissant une aide financière et/ou logistique à toute une série de jeunes marginalisés afin de les "occuper", plutôt que de les insérer dans le marché du travail. Cette situation, déjà problématique en soi, devient scandaleuse lorsque lun de ces nombreux organes décide, grâce à de largent public, de financer un clip vidéo dans lequel les "artistes" (appelons les comme ça) tiennent des propos absolument scandaleux qui reflètent une haine et une hostilité assumée à légard de leur propre pays », a ainsi déclaré Alain Destexhe.

4. Une femme voilée au Centre pour légalité des chances

Fatima Zibouh vient de faire son entrée au « Centre pour légalité des chances et de lutte contre le racisme ». Elle a été désignée par le parti Ecolo pour occuper un siège de suppléante dans cette institution qui dépend du Premier ministre et de la ministre de lÉgalité des chances. Sa particularité ? Elle porte le voile. En outre, Fatima Zibouh a clairement insisté sur le fait quelle restait « totalement indépendante des partis politiques » et quelle nétait pas membre dEcolo, « que du contraire ». Le sénateur Destexhe a immédiatement « regretté » quune femme portant le voile ait ainsi pu, grâce à Ecolo, faire son entrée au « Centre pour légalité des chances ». Selon lui, les Verts poursuivent une politique d « accommodements raisonnables » qui contribue au renforcement du religieux dans la sphère publique. Cest là, précise le sénateur, un signal négatif envoyé à « toutes les jeunes filles et toutes les femmes contraintes de porter le voile » et est « totalement en porte-à-faux par rapport aux exigences de neutralité et dexclusion des signes religieux de la sphère publique, notamment dans ladministration. » Sur ces entrefaites, les coordinateurs du nouveau collectif « Vigilance citoyenne », Claude Demelenne et Olivier Baum, ont, dans un communiqué de presse, tenté de nous renseigner avec plus de précision sur la personnalité de Fatima Zibouh quils présentent comme « franchement réactionnaire ». Ainsi, ladite Fatima Zibouh aurait été lune des premières signataires belges de la pétition internationale pour le retrait du Hamas de la liste européenne des organisations terroristes. De même source, elle apparaîtrait, sur Facebook, comme une « amie » de Nordine Saïdi, cet individu que le sénateur Destexhe avait accusé ouvertement dêtre un militant de lislam radical (cf. article de novembre dernier) et qui sétait vu sommer, par le Conseil dadministration du MRAX de retirer de son blog des textes « glissant vers lantisémitisme et le négationnisme ». Membre du collectif « Présence musulmane Belgique », Fatima Zibouh relaierait également, toujours selon le collectif « Vigilance citoyenne », les thèses du prédicateur islamique bien connu, Tariq Ramadan. En septembre 2007, elle aurait également favorisé le renforcement du pouvoir de Redouane Bouhlal en tant que président du MRAX. Il semble que Mme Zibouh évoluerait donc dans la mouvance la plus rigoriste de la communauté arabo-musulmane. À la suite de lenquête sur Fatima Zibouh menée par le collectif « Vigilance citoyenne », le député fédéral Jean-Jacques Flahaut devait interpeller, ce jeudi 11 février, au nom du groupe parlementaire MR, la ministre Joëlle Milquet (CdH), en charge de l'Égalité des chances, dont le parti, on sen souvient, a permis la première élection dune femme voilée dans un hémicycle européen, en loccurrence au Parlement bruxellois, en la personne de Mahinur Ozdemir.

5. Alain Destexhe boycotté par plusieurs élus bruxellois

La fronde d’Alain Destexhe contre l« islam réac » et les dérives communautaristes n’est pas du goût de certains, l’on s’en doute. Ainsi, si lon se réfère au texte de la pétition « Soutien à Alain Destexhe dans sa lutte contre lintolérance », que nous évoquerons ultérieurement, le sénateur Destexhe ferait actuellement lobjet dun « boycott » de la part de plusieurs parlementaires bruxellois. Le mercredi 3 février, le quotidien bruxellois La Capitale réalisait une interview de deux de ces parlementaires, à savoir Jamal Ikazban (PS) et Ahmed El Khanouss (CdH), qui tous deux refusent désormais, semble-t-il, de serrer la main au sénateur Destexhe. Le premier reproche à Alain Destexhe « dentretenir lislamophobie » (« un concept qui nexiste pas, qui a été inventé par les mollahs iraniens lors de la révolution », souligne Alain Destexhe) et aurait également affirmé que ce ne sont pas les paroles (« Jépouserai le Maroc après avoir baisé la Belgique ») du rappeur Redouane, auteur du clip « Pour les pilotes », qui sont choquantes mais Alain Destexhe et ses propos. Un comble, un de plus. Quant au second, il menacerait de déposer plainte contre le sénateur Destexhe au Centre pour légalité des chances (cette association qui vient daccueillir dans ses rangs Fatima Zibouh, que nous venons dévoquer) « sil dépasse la ligne rouge » (?). Quant à la parlementaire bruxelloise Mahunir Ozdemir, première femme voilée à avoir été élue dans un hémicycle parlementaire européen, comme nous lavons dit, elle a simplement affirmé laconiquement, également dans La Capitale : « [L]es gens qui me méprisent, je les méprise aussi ». CQFD

6. Appel à soutenir Alain Destexhe sur lapetition.be

En commentaire à mon article de novembre dernier, un lecteur français est intervenu pour constater : « C'est marrant, on se croirait en France. » Des deux côtés de la frontière, nombre de situations politiques sont effectivement semblables, notamment dans le domaine de la problématique islamiste et, plus généralement, dans celui des relations avec le monde musulman. Aussi est-il absolument essentiel de mener certaines actions de concert lorsquil sagit de travailler à préserver le caractère non-confessionnel des institutions publiques ou de faire respecter la civilisation occidentale et ses traditions. Ce ne sont plus là, loin sen faut, des combats purement nationaux, mais un combat à mener à léchelle de lOccident européen tout entier. Aussi demanderais-je à tous ceux qui le souhaitent, quils soient belges ou non, dexprimer leur solidarité avec le sénateur Alain Destexhe en signant la pétition « Soutien à Alain Destexhe dans sa lutte contre l'intolérance » Merci !

Éric Timmermans, Bruxelles


Sources :
  • « Belgique : Le sénateur libéral Destexhe fustige les "progressistes qui flirtent avec lislam réac", Éric Timmermans, Criticus, le 19 novembre 2009
  • « Le MRAX a perçu trop de subventions », Belga, 27 janvier 2010
  • « Destexhe dénonce un clip raciste et fait sortir De Wolf de ses gonds », Lalibre.be, Belga, 29 janvier 2010
  • « Une chanson financée par l'État insulte la Belgique », Lalibre.be, Rédaction en ligne, 29 janvier 2010
  • « Une femme voilée entre au Centre pour légalité des chances », Lalibre.be, Belga, 09 février 2010
  • « Destexhe dénonce le choix dune femme voilée », Lalibre.be, Belga, 09 février 2010
  • « Le vrai visage de Fatima Zibouh », collectif « Vigilance citoyenne », communiqué de presse, Claude Demelenne et Olivier Baum, 9-10 février 2010
  • « Ecolo défend Fatima Zibouh et rejette les critiques », Belga, 10/02/2010, 11:39

Une information à relayer, un article inédit à publier en exclusivité sur Criticus ? N'hésitez pas à m'envoyer actualités et libres tribunes à l'adresse suivante : criticusleblog@gmail.com.
Pour soutenir Criticus :
Vos dons seront intégralement consacrés à l'achat d'espaces publicitaires pour Criticus sur Google AdWords et Facebook. Je m'y engage.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Roman Bernard 428 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte