Magazine France

Enseignement de l'histoire : une « dérive "européano-centriste" » (sic)

Publié le 22 février 2010 par Roman Bernard

Merci à Marine.
Parfois, souvent même, j'ai l'impression que certains de mes compatriotes et moi ne vivons pas dans le même monde, bien que nous vivions dans le même pays, la même ville.
J'ai écrit la semaine dernière un article sur Ring au sujet de la fabrique du progressiste qu'est devenue selon moi l'Éducation nationale. J'y dénonçais notamment le refus d'enseigner en priorité l'histoire de la France, de l'Europe et du christianisme, manifeste dans l'avant-programme d'histoire de seconde réalisé dans le cadre de la réforme du lycée.
Voilà que certains jurent y déceler une « dérive "européano-centriste" ». La Chine des Ming, la Mexico des Aztèques ne leur suffisent pas.
Ce que l'Association des professeurs d'histoire-géographie (APHG) réclame, c'est de l'islam sonnant et trébuchant. En ces temps de construction européenne supposée, on apprend donc qu'il faudrait délaisser l'étude de l'Europe pour celle de l'islam.
Au moins, les choses sont claires.
Roman Bernard
Addendum : Éric Zemmour va dans le même sens dans sa chronique du jour :




Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Roman Bernard 428 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte