Magazine Poésie

Mon chemin (Bernard Neau)

Par Arbrealettres

Mon chemin (Bernard Neau)


Mon chemin est peuplé du fantôme interminable
des choses invisibles et muettes,

et les choses invisibles et muettes
sont l’enfance émerveillée
des choses visibles, les cardinales
de granite et de brumes,
les amers noyés d’une Parole,

écartelée silencieuse
entre l’apparition des mondes
et leur effacement.

(Bernard Neau)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Le gorille (Bernard Dimey)

    gorille (Bernard Dimey)

    Je suis enfant de Dieu mais d’une autre nature. Ma force est souveraine et je ne parle pas, Ma narine est sensible et mon oreille est sûre. Si grand que vous... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE, TALENTS
  • Manque à vivre (Bernard Dimey)

    Manque vivre (Bernard Dimey)

    Mon Dieu, me voilà sans doute arrivé à la fin de moi-même, à deux pas de la fin, je le sens, je le souhaite et j’en ai peur et je m’en réjouis d’avance comme... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE, TALENTS
  • La nuit (Bernard Dimey)

    nuit (Bernard Dimey)

    La nuit, les cerfs-volants, le grand-duc et la lune et les engoulevents… et les chiens dans les fermes et dans les bergeries, les agneaux qui se plaignent…... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE, TALENTS
  • HiSTOiRE D'EUX. François Bernard

    HiSTOiRE D'EUX. François Bernard

    (...) (...) Lire la suite

    Par  Collectif Ratures // Poésie // Grenoble
    POÉSIE, TALENTS
  • La porte (Bernard Delvaille)

    porte (Bernard Delvaille)

    Tu m’attends derrière la porte fermée. J’entends ta présence, et tu sais que je vais frapper. Mais je ne frappe pas, j’hésite, car je sais qu’avec toi... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • Dormir (Bernard Delvaille)

    Dormir (Bernard Delvaille)

    J’aime tant ton visage que je n’en dors plus. Je veille sur ton enfance. Le vent peut battre mes vitres, le chat sur le tapis de Perse peut s’étirer devant le... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • Anthologie permanente : Bernard Hreglich

    ÉPURE, FRAGMENT On laisse dans l’écriture venir fleuves et chimères Et bientôt des formes oblongues ne se nommant pas ; On perçoit dans la parole des sonorités... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE

A propos de l’auteur


Arbrealettres 2788 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine