Magazine Focus Emploi

Liberté et mémoire sur internet

Publié le 23 février 2010 par Plabouheure

Le directeur de la CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés) est intervenu ce soir sur France Télévision afin d’appuyer la campagne lancé dernièrement par son organisme. Cette campagne vise à prévenir des dangers et des risques liés aux traces que toutes personnes peut laisser volontairement sur internet.

Au cours de son intervention, la journaliste a dit qu’internet existait depuis 15 ans maintenant, et que ça pouvait sembler étonnant de vouloir sensibiliser les esprits à ce danger. En effet, tout un chacun a pu comprendre les limites ou les dangers d’internet pour la vie privée. Cependant le responsable de la CNIL à rappeler le risque des moteurs de recherche et notamment de Google. Avec le développement exponentielle des réseaux sociaux, le phénomène a largement dépassé la sphère des blogs. Twitter, Facebook, Flickr, etc. représentent une menace potentielle dont nous ne risquons de mesurer les effets que dans quelques années.

Liberté et mémoire sur internet

Toutes les informations mises sur internet, ne sont, et ne seront pas, pendant assez longtemps, effacées des bases de données des moteurs de recherche.

Ces moteurs de recherche disent ne pas pouvoir techniquement effacer ces informations, donc il existe peu de solutions pour rétablir, réparer ou compenser ce que l’on aura laissé sur internet.

Les lignes que je suis en train d’écrire resteront pendant longtemps….Un jour quand j’aurai 70 ans je les regarderai. Je ne sais ce que j’en penserai. Quand je serai mort, d’autres pourront (peut-être) lire ces lignes, et ce que j’en penserai alors n’aura aucune importance.

Plus sérieusement, enfin, sérieusement, c’est un bien grand mot, cela veut-il dire que nous sommes condamnés à vivre avec tout ce que nous aurons pensé, écrit à un moment donné de notre vie ?!

Peut-on imaginer qu’entre le message que nous écrirons sur un réseau social à 14 ans (« Fuck le système et le Kapital ! », oui je sais il y a une faute, mais à 14 ans on ne sait pas toujours comment ça s’écrit) et le message adressé à des collaborateurs de travail 40 ans plus tard (« Bravo à tous, +60% de progression, votre collaboration est vraiment indispensable, je dirais même capitale au maintien global du système de notre entreprise ! »), nous sommes condamnés par les moteurs de recherche à nous rendre compte combien la vie peut-être ironique voir carrément piquante ?

Peut-on être libre sur internet ? Oui. A chaque fois que nous le voulons. De la même façon que nous parlons. Sauf qu’ici, en l’espèce nos amis Google, Bing, et autres Yahoo peuvent nous rappeler à tout moment l’intégralité de  ce qui a été dit….Gasp !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Plabouheure 26 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte