Magazine Insolite

Pink Floyd et maternelle

Publié le 24 février 2010 par Galaxiedesparadoxes@orange.fr

Maternelle Léon Frapié à Champigny

Quel point commun entre le groupe de rock progressif britannique Pink Floyd et l’écrivain français Léon Frapié ? Le paradoxe d’avoir été récupérés tous deux par « le système » qu’ils dénonçaient ! En effet, à sa sortie en 1979, la chanson mythique de Pink Floyd, Another brick in the wall, était une protest song contre  l’enseignement : « We don’t need education. We don’t need no thought control. No dark sarcasm in the classroom. Teachers leave them kids alone. Hey ! Teachers ! Leave them kids alone ! »… Mais elle est désormais… enseignée dans des écoles, alors que cette chanson semblait pourtant dénigrer a priori la scolarité !

The wall (Pink Floyd)
[Cliquer sur l'image pour activer le lien vers Youtube]

Et de même, Léon Frapié reçut en 1904 le second Prix Goncourt décerné dans l’histoire de cette célèbre récompense littéraire, pour son roman « pseudo autobiographique », La Maternelle. Extrait de l’analyse de Wikipedia : « Alors que Hugo et Zola, voient dans l’éducation du peuple le remède à la presque totalité des maux et fléaux sociaux, et notamment la misère et la cruauté du peuple, Frapié est sans pitié pour les valeurs enseignées : résignation, obéissance, servilité… Bien avant les analyses des soixante-huitards, il a perçu que l’éducation populaire, loin d’être le remède à tous les maux du peuple était aussi le meilleur instrument pour le couler dans un moule de docilité et faciliter son exploitation. » Cependant, des écoles maternelles portent aujourd’hui le nom de Léon Frapié ! Par exemple à Neuilly-Plaisance, à Houilles ou à Champigny-sur-Marne… On n’est jamais mieux reconnu que par ceux qu’on dénigrait d’abord !


Retour à La Une de Logo Paperblog

Magazine