Magazine France

L’université des frileux

Publié le 16 novembre 2007 par Frednetick

Lorsque l’on est membre d’un gouvernement dont le chef, le vrai, est un serial-legislateur, la tentation est forte de céder à la méthode du législatif pour le législatif. Outre la bien compréhensible fauité de laisser son nom à une loi, la question première devrait être celle de son utilité.

A ce petit jeu là, indubitablement, Valérie Pécresse est la grande vainqueur de ces derniers mois, ex-aequo avec Nicolas. Car oui, quoiqu’en dise Versac dans une ironique ode aux étudiants, cette loi est inutile. Quoi inutile? Mais toi aussi t’es trop con? Tu comprends pas qu’elle en a besoin notre université? Qu’elle est revenu au niveau de développement du moyen-âge? Et bien justement, c’est là que réside la grande erreur de Valoche.

Se précipiter sur la suite (mais sans quitter cette page !)

Soyons clairs, l’université française à effectivement besoin de beaucoup de choses. La moindre des choses étant de traiter la vieille dame avec tous les égards qui lui sont dûs.

Je crains que passer une loi incomplète et vaseuse  dans les  premiers jours de juille tsans se donner le temps de réflechir un dispositif d’ensemble, transversal, intégré à une réflexion plus large sur l’éducation n’appartienne pas à ces grandes manoeuvres politiques qui laissent des traces.

L’université française est en effet malade, malade de n’avoir pas été correctement soignée, d’avoir surtout été consciencieusement saignée. Depuis quelques années, pas loin de centaines d’ailleurs, la crème de la crème d’une classe d’âge n’intègre pas l’université mais rejoint le doux cocon des grandes écoles.

Grandes écoles qui font la fierté française, la richesse sociale de ses élèves et la renommée des rotary club. Grandes écoles qui peinent pourtant à apparâitre de façon visible dans les classements mondiaux, notamment celui de Shangai, communément et commodément exhibé dès lors qu’il s’agit de nous flageller . Sur quoi repose ce classement? Sur les publications et les prix nobels. Ce qui permet aux universités US de truster tous les podiums.

Vous avez vu? J’ai dit université! Car oui Stanford, le MIT, Harvard et consorts sont des universités, au sein desquelles prospèrent des chercheurs grassement rémunérés, bien formés et en grande proportion…étrangers. La force des universités de pointe étant ainsi d’attirer les plus talentueux, quelque soit leur origine. Stiglitz faisait d’ailleurs remarquer l’importance primordiale de ces étudiants étrangers dans le haut niveau de performances des universités US. Autrement dit la plus value est internationale.

Elle est surtout liée au fait que ces institutions accueillent le top du top. Et que ce top du top pratique la recherche, contrairement à notre top du top qui pratique les jeux de rôles à l’ESSEC, HEC etc..

Rappelons aussi que l’Etat français dépense 2 fois plus pour un étudiant de grande école que pour un étudiant de fac, cela mérite d’être noté.

La logique voudrait donc qu’une grande loi sur l’université aborde des sujets fondamentaux comme le scénario d’intégration des grandes écoles aux facs1 , celui du financement, des possibilités de prêts étudiants en compensation des augmentation des frais, celui de la modification du statut des fondations, celui du dons aux universités (avec péréquation nationale), celui de la création de véritables pôles universitaires intégrés à un tissu industriel et de recherche privée…

Une grande loi sur l’université aurait prit le temps d’être préparée pour étudier tout l’environnement dans lequel elle s’inscrirait.

Mais cela n’aurait pas été assez rapide pour passer avant l’été.

Pas assez médiatiquement rentable. Pas très sarkozy-like. Par contre cela aurait été à l’évidence beaucoup plus intelligent. Remarquez, on ne peut pas tout faire en même temps hein?

Cacher cette brillante littérature


  1. Selon le modèle qui prévaut dans l’enseignement primaire cela devrait tirer tout lemonde vers le haut [Retour]

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Frednetick 24 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte