Magazine Blog

Scoop : Le Beaujolais Nouveau est dégueulasse

Publié le 16 novembre 2007 par Romain
MAITRE FOLACE : Touches pas au grisby, salope !!
RAOUL VOLFONI : L'alcool à c't'age là !
MONSIEUR FERNAND : C'est un scandale hein ?
RAOUL VOLFONI : Nous par contre, on est des adultes, on pourrait peut être s'en faire un petit ?
MONSIEUR FERNAND : Ça le fait est. Maître Folace ?
MAITRE FOLACE : Seulement, le tout venant a été piraté par les mômes. Qu'est ce qu'on fait, on s'risque sur le bizarre ? Ça ne va rajeunir personne.
RAOUL VOLFONI : Ben nous voilà sauvés.
JEAN : Tiens, vous avez sorti le vitriol ?
PAUL VOLFONI : Pourquoi vous dites ça ?
MAITRE FOLACE : Eh !
PAUL VOLFONI : Il a pourtant un air honnête.
MONSIEUR FERNAND : Sans être franchement malhonnête, aux premiers abords, comme ça, il ... a l'air assez curieux.
MAITRE FOLACE : Il date du Mexicain, du temps des grandes heures, seulement on a du arrêter la fabrication, y'a des clients qui devenaient aveugles. Oh, ça faisait des histoires.

Ils boivent...

RAOUL VOLFONI : Faut reconnaître, c'est du brutal !
PAUL VOLFONI : Vous avez raison, il est curieux hein ?
MONSIEUR FERNAND : J'ai connu une polonaise qu'en prenait au petit déjeuner. Faut quand même admettre que c'est plutôt une boisson d'homme. (Il tousse)

Ils se resservent...

RAOUL VOLFONI : Tu ne sais pas ce qu'il me rappelle ? C't'espèce de drôlerie qu'on buvait dans une petite taule de bien ho har, pas tellement loin de Saigon. Les volets rouges et la taulière, une blonde komac. Comment qu'elle s'appelait non de dieu ?
MONSIEUR FERNAND : Lulu la nantaise.
RAOUL VOLFONI : T'as connu ?
PAUL VOLFONI : J'lui trouve un goût de pomme.
MAITRE FOLACE : Y’en a.
RAOUL VOLFONI : Et bien c'est devant chez elle que Lucien le cheval s'est fait dessoudé.
MONSIEUR FERNAND : Et par qui ? Hein ?
RAOUL VOLFONI : Ben v'la que j'ai pu ma tête.
MONSIEUR FERNAND : Par Teddy de Montréal, un fondu qui travaillait qu'à la dynamite.
RAOUL VOLFONI : Toute une époque !

[...]
MAITRE FOLACE : D’accord, d'accord, je dis pas qu'à la fin de sa vie Jo le trembleur il avait pas un peu baissé. Mais n'empêche que pendant les années terribles, sous l'occup', il butait à tout va. Il a quand même décimé toute une division de panzers.
RAOUL VOLFONI : Ah ? Il était dans les chars ?
MAITRE FOLACE : Non, dans la limonade, soit à c'qu'on t'dis ?
RAOUL VOLFONI : J'ai plus ma tête ...
MAITRE FOLACE : Il avait son secret le loup.
RAOUL VOLFONI (se lève précipitamment) : C'est où ?
JEAN : A droite, au fond du couloir.
MAITRE FOLACE : Et ... Et ... Et ... 50 kilos de patates, un sac de sciure de bois, il te sortait 25 litres de 3 étoiles à l'alambic ; un vrai magicien Jo. Et c'est pour ça que je permet d'intimer l'ordre à certains salisseurs de mémoire qu'ils feraient mieux de fermer leur claque merde !
PAUL VOLFONI : Vous avez beau dire, y'a pas seulement que de la pomme, y'a autre chose, ce serait pas des fois de la betterave ? Hein ?
MONSIEUR FERNAND : Si, y'en a aussi.

Tout çà pour dire qu'hier midi, au boulot, nous nous sommes aventurés, certains de mes collègues et moi, au Beaujolais Nouveau. Pour reprendre les textes précédemment cités, y aurait bien de la pomme cette année (ou de la betterave). Toujours est-il que bon ou pas bon, pour certains, c'est la fête :

Imaginez simplement cinq minutes l'odeur (non non, je n'ai pas dit le bruit)... Brrrr !
Stay tuned.
PS : Je finirai en vous proposant au téléchargement l'une des chansons écrites par le grand Serge en 1981, dans son album intitulé tout simplement Gainsbourg : Juif et Dieu. Simple, provocatrice, reggae, comme il faut...
PPS : Je rappelle bien volontiers que ce grand homme est (entre autres) le premier importateur du genre musical jamaïcain en France.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Romain Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte