Magazine Psycho

3 ÈME CONGRÈS TRAVAIL SOCIAL ET PSYCHANALYSE. Montpellier 4, 5, 6 octobre 2010

Publié le 05 février 2010 par Balatmichel

Travail social : actes de résistance ?

3 ÈME CONGRÈS TRAVAIL SOCIAL ET PSYCHANALYSE

Psychasoc

Montpellier du 04/10/2010 au 06/10/2010

3 ème Congrès Travail Social et Psychanalyse

Montpellier 4, 5, 6 octobre 2010

La résistance a mauvaise presse. Que ce soit chez les psy : résistance inconsciente du patient ou de l'analyste. Ou chez les managers : résistance au changement. Il est vrai qu'à résister « contre », et parfois tout contre, on s'y épuise en vaines plaintes et revendications. Mais il existe une autre face de la résistance, une face « pour », que l'engagement de nos aînés nous laisse en legs : la Résistance et ses réseaux firent pièce à l'oppresseur. La résistance, pour ne pas sombrer dans l'opposition stérile, ne nécessite-elle pas un pas de côté ? D'abord prendre un peu de recul pour analyser la situation. Ce qui se met en scène dans le travail social n'est-il pas intimement lié au système néolibéral ? Il s'agit alors d'en produire l'analyse, les constats ne suffisent pas. Seule l'évaluation de la situation et des forces en présence permet d'envisager un combat de tous les instants. Résister au laminage de la langue de bois qui pétrifie les paroles et les écrits des travailleurs sociaux ; résister au management industriel débridé qui écrase les dispositifs institutionnels ; résister aux procédures de formatage, démarche-qualité, référentiels, domaines de compétence et autres avatars du psycho-socio-bio pouvoir qui tel un rouleau-compresseur écrase sur son passage les capacités d'invention des acteurs sociaux comme des usagers etc autant d'expressions de la résistance qui se déploient dans le travail social dans ces trois dimensions ouvertes lors du 2e Congrès, sous l'éclairage de la psychanalyse : clinique, institutionnelle, politique.

Ne s'agit-il pas pour les professionnels de s'exprimer pour que ces métiers de l'ombre, ces métiers de « trouvailleurs soucieux » de l'humain, prennent toute leur place ? Cette « fraternité discrète » auprès des plus démunis de nos contemporains n'a-t-elle pas force de résistance face à « la plus formidable galère sociale » (J. Lacan) ? Les travailleurs sociaux réclament à corps et à cris une reconnaissance publique de leur travail. Le plus simple n'est-il pas de donner à lire, à voir, de faire savoir ce qu'il en est de ces métiers de l'intervention sociale, véritables « môles de résistance » en acte (M. Chauvière) ? Alors que tout dans notre société néolibérale tend à réduire la valeur à la seule valeur marchande, les travailleurs sociaux ne sont-ils pas aux avant-postes d'un combat pour l'humain ? Les décideurs, financeurs, responsables politiques veulent savoir légitimement ce que font les travailleurs sociaux, quel usage ils font des deniers publics. Nous donnerons lors de ce congrès, une réponse, en acte… de résistance. Soutenus par des philosophes, des sociologues, des ethnologues, des psychanalystes, des praticiens de terrain, c'est à un véritable état des lieux des idées, des actions et des trouvailles de chacun, que nous nous attacherons.

Joseph Rouzel, responsable de PSYCHASOC


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Balatmichel 961 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines