Magazine High tech

HEAVY RAIN - Test PS3!!!

Publié le 03 mars 2010 par Lacoc
heavy-rain-11.jpg

jaquette-heavy-rain.jpgCa fait quelques années que Quantic Dream nous promet cet Heavy Rain, plus qu’un jeu, un film interactif, un scenario multiple, une intrigue ficelé, un univers réaliste. Le voila donc enfin, en exclu sur Playstation 3. David Cage, son “réalisateur” a mis le paquet avec une expérience videoludique nouvelle, difficile à décrire. Est-ce un jeu? Est-ce un film? En tous cas, ce qui est sur, c’est que Heavy Rain est addictif et prenant...

Si, comme moi, vous avez suivi l’actu du jeu d’aventure sur PC dans les années 90, vous connaissez forcément Fahrenheit. Et bien Heavy Rain utilise ce concept en lui apportant encore plus de profondeur et surtout, une réalisation qui fait honneur à la Playstation 3 (même si c’est encore perfectible). Dans Heavy Rain, on ne fait pas que regarder une cinématique bien sûr, on y participe et, à la base, on contrôle un personnage et même plusieurs. Des personnages clés, des sensibilités différentes, des progressions différentes, des relations qui se créent, des croisées de chemin... le tout dans une intrigue glauque, triste, stressante... une enquête... sous une lourde pluie...

Très inspiré des thrillers Hollywoodiens, Heavy Rain nous emmène donc aux Etats-Unis où sévit un tueur en série, le tueur aux Origami... il laisse se noyer des enfants dans de l’eau de pluie... On y incarne donc à tour de rôle un détective privé, un agent du FBI, une journaliste, un père qui cherche son enfant... Du coup, l’aventure est merveilleusement découpée en cours chapitres qui renouvellent l’enquête constamment.

Alors évidemment, dans Heavy Rain on est finalement très spectateur. On regarde de chouettes cinématiques, des personnages qui se parlent, etc... constamment on choisit la meilleure réponse, le thème à aborder, une action à faire ou non. Donc finalement, on a peu de liberté mais nos choix restent néanmoins cruciaux pour la suite de l’aventure. L’histoire de Heavy Rain se fait de différentes manières en fonction de nos choix et nos réflexes car certaines actions demanderont dextérité des doigts et réactions avec des QTE souvent rapides (les combats par exemple). Tout le début du jeu et certains passages vous habitueront aux commandes et au principe mais parfois vous vous demanderez un peu ce que vous êtes en train de faire : essuyez le dos de votre personnage, lui laver les dents, donner un biberon à un bébé, faire cuire des oeufs brouillés... pourquoi pas...

La réalisation de Heavy Rain apporte beaucoup à l’aventure et au réalisme. Les personnage (surtout leur visage) sont très bien réalisés. On note quasiment aucun clipping, le tout est agréable à regarder avec des effets de pluie notamment très convainquants. On regrette toutefois quelques textures un peu pauvres, des modelisations parfois anguleuses et surtout quelques bugs de collisions et de mouvements par rapport aux déplaçements du personnage. En effet, quand on dirige le personnage, celui-ci est un peu trop rigide et semble pivoter sur des patins à roulettes. Ca ramène un peu en arrière techniquement. Dommage.

heavy-rain-1.jpg
heavy-rain-3.jpg
heavy-rain-4.jpg
heavy-rain-9.jpg
heavy-rain-7.jpg

Si certaines phases anodines de la vie quotidienne semblent anodine, c’est aussi pour mieux apprécier les phases d’action et du coup, tout semble naturel, on est vraiment dans l’ambiance. Ces phases d’action (combat, courses, etc...) sont de véritable QTE qui vous demanderont tout de même de bons réflexes. Il faudra souvent actionner croix, rond, triangle, carré au bon moment, dans le bon ordre, tapoter, rester appuyer... R1, R2, L1, L2 seront aussi de la partie et parfois il faudra même garder enfoncer plusieurs touches un intant. En plus de cela, les sticks auront leur rôle avec des mouvements précis qu’il faudra faire rapidement, doucement, en fonction de l’action. La fonction gyrsocopique de la Dual Shock n’est pas en reste car il vous faudra souvent secouer le pad pour actionner quelque-chose ou bien donner un coup de pied par exemple. Tout cela est habilement indiqué à l’écran avec des icones blancs simples mais efficaces. Par exemple, quand votre perso est stressé, les icones tremblent, etc.. Il en sera de même pour les dialogues ou les choix à faire. Si vous êtes troublé, il sera difficile de lire les choix qui bougent et se chevauchent à l’écran.

On évolue donc à la troisième personne avec 2 angles de caméra (en appuyant sur L1). On ne peut donc agir que sur les éléments actifs qui sont représentés par un icone blanc justement. Quoiqu’il en soit, il faut fouiller, explorer, réfléchir à quoi faire et dans quel ordre. Mais globalement, difficile de se tromper, tout est très guidé. En ce qui concerne un personnage, l'agent du FBI, on a accès à des lunettes spéciales dévoilant différents indices. Liées à une base de donnée, les lunettes recoupent alors les infos. Ensuite, l'agent peut intégrer un bureau virtuel. On y analyse les indices, les dossiers, etc..

Alors effectivement, Heavy Rain propose différents embranchements en fonction de vos choix ou de vos réactions mais l’issue reste la même. Quoiqu’il en soit, une fois le jeu finis, on se demande ce qu’on a loupé, ce qu’aurait pu être un autre déroulement de l’histoire. Mais en même temps, quand on connait la fin, refaire le jeu a peu d’intérêt si ce n’est donc de voir les variantes. En tous cas c’est amusant de savoir que chaque joueur à vu des choses légèrement différentes. Et c’est ce principe qui nous immerge et nous implique dans cette aventure pourtant quasi-automatique.

Quoiqu’on pense de Heavy Rain, on ne sort pas indemne de cette aventure bien ficelée et prenante. Les personnages sont attachants et profonds. Ils ont chacun leur lourde histoire et on a envie d’en savoir plus (de futurs contenus téléchargeables nous en diront certainement davantage...). On aurait pu s’attendre à encore plus de justesse graphique, moins de bugs et des personnages un peu moins figés. En tous cas, j’ai bien aimé l’expérience et j’en redemande!

ACHETEZ HEAVY RAIN!!!


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Lacoc 430 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte