Magazine Société

Moubarak, fin de règne?

Publié le 09 mars 2010 par Jotake
Le monde politico-médiatique égyptien est en ébullition : Hosni Moubarak, 81 ans, président du pays depuis 1981, à la santé chancelante, pourrait laisser le pouvoir vacant. Euphémisme, bien entendu, pour dire qu'il pourrait mourir dans peu de temps. Car tout est question d'euphémisme. Personne, en Egypte, n'ose employer les mots, tant la disparition du Raïs bouleverserait le paysage politique. C'est que trois décennies de pouvoir, ça laisse des trâces. On finit par s'habituer au personnage. Les moins de trente ans, soit la moitié de la population, n'ont connu que lui . Le week end dernier, une énième intervention (extraction d'un polybe "bénin" et de la vésicule biliaire) a jeté le doute, une fois encore, sur les chances de longévité du chef de l'état.
Moubarak, fin de règne?Tout en se refusant à tomber dans une précipitation morbide, les commentateurs lui cherchent déjà un successeur. Et c'est bien là que ça se corse. On y avait jamais vraiment pensé auparavant. Légitimement, on se tourne vers le parti au pouvoir, le Parti National Démocratique (PND) ou Gamal Moubarak, le fils cadet, attend sagement son tour.
Mais plus vraissemblablement cela se jouera entre deux hommes, au profil radicalement différent. L'un est dans la lumière depuis de nombreuses années : Mohammed ElBaradeï, ancien directeur de l'AIEA, à la stature éminement internationale, fait figure de libéral. Son voeu est de faire "sauter le verrou" de la politique égyptienne, tenue par les militaires depuis 1952 (fin de l'état d'urgence instauré en 1981, élections véritablement libres, sans régime d'autorisation des partis). De l'autre, côté, il y a son exact opposé : Omar Suleiman, l'homme de l'ombre par qui "tout passe" en Egypte. Chef des services secrets égyptiens, il est le pivot des négociations dans le dossier israélo-palestinien.
Au dernières nouvelles, et "officiellement", l'état de santé du président Moubarak s'améliore. La question de la transition, si elle n'est pas tranchée rapidemment, le sera obligatoirement l'année prochaine, au plus tard, date des prochaines élections. Entre la candidature encore incertaine du Raïs, et les poussées réformistes des partisans d'ELBaradeï, il y aura du changement quoi qu'il advienne. (photo : Free Mass)

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jotake 20 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine