Magazine Asie

Des écoles franco-indiennes dans les bidonvilles de Bombay

Publié le 09 mars 2010 par Olivia1972

PE Pean

Nous avons parfois l’occasion de rencontrer des personnes assez extraordinaires dans notre vie à Bombay, et lorsque cela arrive, nous partageons ces expériences dans ce blog. Aujourd’hui nous allons vous parler d’un français qui est ici depuis 17 ans et qui a réalisé quelque chose d’assez remarquable. Et nous pensons qu' en lisant cet article vous vous direz, comme nous, comment peut-on l’aider ?

Pierre-Edouard Péan est un agent de voyage retraité qui est venu s’installer à Bombay en 1992. Il avait des contacts avec l’Inde auparavant et s’est dit que le problème de ce pays c’était d’abord l’éducation des jeunes ; en 1989 il créé en France l’Association pour l’Ecole Franco-Indienne de Bombay et finalement décide de s’installer à Bombay en 1992 où il crée The Association for the French Indian Schoolof Bombay (AFISOB) rebaptisée par la suite, Franco-Indian Trust for Education.

La première école, celle de Bandra, est ouverte en mars 1993 avec un professeur. En 1995 il ouvre une deuxième école dans le bidonville de Malad. Deux ans plus tard il y a 1019 élèves dans ces deux écoles et 8 professeurs. En 2007, une troisième école est ouverte à Chandivali, (où une partie de la population du bidonville de Malad a été relogée) avec le soutien financier de Total. Cette école dispense des cours d’informatique et de dactylographie. Et en septembre 2008 une maternelle est également ouverte à Chandivali. Ces écoles s’adressent aux jeunes filles des bidonvilles et visent à leur apporter une formation pratique : anglais, informatique, couture etc. Un système de parrainages fonctionne aussi depuis plus de dix ans et concerne une centaine de filles dont tous les frais de scolarité sont payés chaque année.

Puis Pierre-Edouard prend conscience qu’il faut aussi aider les jeunes filles qui en ont les capacités,et qui veulent poursuivre leurs études en faculté, car elles ont à faire face à un énorme problème. En effet, tout leur enseignement s’est fait en Marathi (langue locale) et en Faculté tout est en anglais. Il met au point un système de bourses (les six premières ont été accordées par Total Inde) qui finance, pendant quatre ans, les leçons particulières d’anglais et la révision en Marathi des cours en anglais.

Si on demande à Pierre-Edouard pourquoi ses écoles ne s’adressent qu’aux filles, il vous répondra dans un grand éclat de rire qu’il est féministe ! Mais en tête de son livre il cite cette phrase de Ambedkar (un intouchable devenu le père de la Constitution indienne) : « Eduquer un homme c’est éduquer un individu, éduquer une femme c’est éduquer toute une famille »

Pierre-Edouard est une personne non-conventionnelle ; il raconte volontiers son histoire qu’il a d’ailleurs publiée dans un petit livre intitulé « De la ferme au bidonville ». Si ce livre n’est pas impressionnant par sa taille, 110 pages, le récit est impressionnant par son authenticité. Ce n’est pas quelqu’un qui se prend au sérieux et il a beaucoup d’humour. C’est surtout quelqu’un qui est animé d’une forte volonté créatrice et qui a su s’épanouir dans une nouvelle vie utile.   


Alors, concrètement, que peut-on faire pour l'aider ? C'est la question que nous nous sommes posées, après un diner avec Pierre-Edouard. Nous vous proposerons quelques élements de réponse dans un prochain article.
 


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivia1972 1305 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog