Magazine

produire sa musique

Publié le 23 février 2010 par Philgerard

Etre producteur de musique ? Pourquoi pas… Parier sur un artiste. Le choisir. Et produire son disque. Avec le soutien, d’autres internautes, convaincus, comme vous, par son talent ? C’est la proposition de Mymajorcompany. Un label musical, 100% Internet. Qui propose à tous, internautes, de miser, sur le succès d’un artiste.

Grégoire

Co-produire… Une utopie collective ? Probablement. De quoi faire fortune… Individuellement ? Sûrement pas. Encore que… 375 internautes ont judicieusement investi sur un chanteur : Grégoire. Produit via mymajorcompany. Grégoire ? Mais si… »Toi + Moi« . LE tube de Grégoire, chanteur aux… 700 000 albums vendus !

Toi+Moi

La chanson Toi + Moi, n’en finit pas de faire le tour des soirées ni de tourner les têtes :


produire un disque avec 10 euros

10 euros. C’est la mise de départ. Pour donner ses chances. A un chanteur. On peut miser plus. Sans être sûr de toucher le pactole… Mais Mymajorcompany propose cette incroyable possibilité : produire un artiste. Que l’on aime. Et peut-être. Gagner de l’argent.

crowdsourcing

En interrogeant, directement, les consommateurs, Mymajorcompany montre, en modèle, cette nouvelle approche du marketing et de la production qu’est devenue la customisation de masse.

Le disque de Grégoire a donc été financé par quelques… 375 Internautes. Qui ont apporté 70 000 € au label communautaire MyMajorCompany. Résultat : le jack-pot. 700 000 albums vendus. A titre de comparaison, Francis Cabrel, meilleur vendeur français en 2008, cueillait 610 000 exemplaires, avec son album Des Roses et des Orties.

Selon l’Express, un internaute-investisseur aurait risqué 2200 euros sur Grégoire. Et reçu un chèque de 10 000 euros, près de cinq fois sa mise. Et encore, seulement sur les premières ventes. « La majorité des contributeurs apportent 40 € ou 50 €, dans un esprit de mécénat plus que d’investissement. » rappelle Simon Istolainen, l’un des fondateurs de mymajorcompany.

le goût des autres

L’initiative est énorme. En ces temps de crise du disque. En proposant un nouveau modèle de production musicale. En marge des majors de l’industrie. Reposant sur le goût des internautes. Et leur choix d’investir, sur leur artiste préféré. Une chance aussi, pour de nouveaux talents musicaux de se faire connaître et de lancer leur carrière.

On ne s’en étonnera pas : MyMajorCompany a été créé par des anciens salariés d’une grande maison de disques… dont un certain Michaël Goldman (oui, le fils du chanteur, Jean-Jacques).


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Philgerard 1006 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte