Magazine Asie

Article : Histoire du Japon

Par Julien Peltier

Histoire du Japon
Histoire du Japon

Ce premier exposé couvre une période allant de ~ -80000 à ~593 ap. J.C.


Chapitre 1 : Origine et préhistoire du Japon.
1. Les origines.
Il n’est vraiment pas facile de dire avec certitude "d’où" viennent les japonais. Ce qui est certain, c’est que ce peuple n’est pas unique, qu’il n’est pas « fermé » ni « à part ». Bien au contraire : il est issu du mélange, du « croisement » de peuples issus d’horizons aussi divers que l’Océanie, la Sibérie, l’Asie du Sud-Est.
On distingue plusieurs vagues successives de « conquêtes », ayant donnés lieu à autant de rencontres, d’enrichissements et d’échanges.
Pour les périodes très anciennes, plusieurs colonisations ont eu lieu suite aux grandes périodes de glaciation. Il est ainsi probable que des peuples issus de l’Asie du Sud soit arrivé au Japon en traversant le bras de mer, alors à sec, de 177 Km de long qui sépare la péninsule Coréenne du Japon. Ce phénomène est bien connu et c’est sans doute ainsi que, traversant le détroit de Béring à la poursuite de troupeaux de bisons, des asiatiques posèrent le pied en Alaska. Les premières traces humaines remontent à 80000 avant Jésus Christ et sont le fait d’homo erectus (Certains parlent même de -200000 ans).
La suite est très complexe… car même dans le domaine de l’archéologie, les considérations « politiques » voire nationalistes empêchent souvent d’avoir une vision claire des choses.
Les premiers homo sapiens seraient arrivés dans l’archipel d’Okinawa via le Pacifique. D’autres groupes, venus de Sibérie, que l’on a d’abord pris à tort pour des caucasiens, les Aïnu, s’installant au Nord de l’Archipel avant de la conquérir complètement. Ces derniers furent peu à peu complètement assimilés par les peuples venus d’Asie pour quasi disparaître aujourd’hui. Ces « colonisations » ont perduré via la Corée jusqu’au IIIème siècle.
Bref, le peuple japonais (comme tous les autres !) est hybride… issu d’un mélange de peuples d’horizons différents.
2. Jômon 縄文時代
Cette période s’étale de -8000 à -700 encore que cette chronologie ne soit pas fixe (Les premières poteries nippones remontent à -12000). « Jômon » signifie « décoration cordée » tout simplement parce que les poteries de l’époque étaient « tatouées » au moyen d’une corde avant d’être cuites, ce qui donnait un motif tout à fait particulier.
Les peuplades Jômon étaient composées de groupes d’une trentaine de personnes qui vivaient de la chasse et de la cueillette (avec toutes les techniques "classiques" pour les époques précédant l'âge du bronze: armes en pierre taillées etc.). Certaines tribus côtières vivaient également de la pèche (en témoigne les harpons retrouvés sur certains sites de fouilles qui constellent le Japon).
Ils vivaient dans des habitations de plusieurs types :
a)soit posées directement sur le sol et appelées heichi jûkyo dont la technique remonte à l’époque antérieure.
b)soit semi enterrées appelées tateana jûkyo avec un sol en terre.
c)soit des bâtiments plus élaborés appelés hottatebashira tatemono qui eux avaient un sol et un toit soutenu par des piliers et étaient même parfois "surélevés" (comme sur pilotis).
Il est intéressant de noter combien ces structures (notamment les formes de toit) se retrouvent encore aujourd’hui dans l’architecture traditionnel du Japon. Nombre de ces bâtiments peuvent être admirés aujourd’hui à Ikegami, dans la région d’Ôsaka, où ils ont été reconstruits.
C'est à cette époque que Jimmu Tennô 神武 , premier Empereur du Japon et descendant de la déesse Amateresu, aurait fondé celui-ci le 11 février -660. Ce personnage est purement mythologique. N'en demeure pas moins que l'actuel empereur descendrait directement de lui (A prendre avec des pincettes vu les relents nationalistes). (En fait le peuple japonais serait lui-même d'ascendance divine, mais seul l'Empereur aurait une "filiation divine directe"). Cette "chronologie" ne sera fixée que bien plus tard, au VIIIème siècle, lors de la rédaction du Kokiji.
3. Yayoi 弥生時代 (-700 à 250)
Cette époque est caractérisée par la maîtrise du fer et du bronze (notamment des lances en bronze typiques), l’introduction du cheval et les premières rizières (techniques sans doute venues de Corée). Les premières tribus dites « Yayoi » sont apparues dans le Sud de Kyûshû avant de se répandre dans l’archipel vers le Nord (la limite de l’extension de la culture Yayoi était Sendai, dans la région du Tôhoku).
Le nom donné à cette période vient également des poteries caractéristiques de cette époque (de réalisation beaucoup plus fine et recherchée). Yayoi est le nom du quartier de Tôkyô où elles furent découvertes pour la première fois.
On voit également apparaître les premiers « royaumes ». En tout cas, ceux-ci sont décrits dans les sources chinoises de l’époque (les habitants du Japon y étant appelés « Wa » qui signifie « Nain ») et, pour certains, envoient même des tribus à l'Empereur de Chine. Les même sources ("Histoire des Han") font également état de guerres entre ces « royaumes » jusqu’au moment où la Reine Himiko 卑弥呼 fonda un état stable appelé Yamatai, peut-être ancêtre du futur Yamato, au début du IIIème siècle de notre ère et dont la localisation précise est difficile à établir (Kyû-shû ? Yamato ?).
Au niveau religieux, les miroirs en bronze (Kagami) deviennent un objet rituel répandu. Rappelons que le miroir est, avec l'épée et les joyaux, un des symboles du pouvoir impérial. Pouvoirs divin et impérial étant fortement imbriqués, l'Empereur descendant directement de la déesse Amaterasu Le Shintô deviendra "religion d'Etat", encore que le terme religion soit assez impropre, après l'ère Meiji, en 1868).
4. L'ère Kofun 古墳時代 (IIIème- VIème)
La "culture" kofun a émergé dans le Kinai (Région de Nara-Kyôto): elle est caractérisée par la construction de grandes tombes (kofun) où reposent les personnages importants de cette époque (encore que la pratique se soit quelque peu généralisée à la fin de la période, parallèllement avec l'abandon du "gigantisme" des tombes).
D'après des théories aujourd'hui dépassées, l'origine de ce "rite" funéraire est à trouver sur le continent. Certaines tribus nomades de cavaliers venus de Corée s'étant installer dans le Kinai et ayant imposé cette coutume aux peuplades Yayoi, avant de prendre le contrôle de tout le Yamato. Cette thèse a été combattue avec succès par certains historiens qui plaident pour une naissance autochtone de ces "cultures" (les cultures Yayoi varient selon les endroits).
Plusieurs "formes" de tombes se sont succédées (tout en cohabitant):
D'abord ronde (empun)
Ensuite carrée (hôfun)
En forme de trou de serrure (zempô-kôen-fun)
Et enfin carrée à l'avant et rectangulaire à l'arrière (zempô-kôhô-fun)
La plus grande tombe est celle de Nintoku 仁徳 Tennô (313-399) qui fait 486 m de long sur 305 m de large.
Ces tombes étaient garnies d'haniwa, sortes de figurines en terre cuite représentants des hommes, des maisons, des animaux etc., et entourrées de fossés dont certains étaient emplis d'eau.
Au niveau religieux, les premiers sanctuaires sont construits à Ise et Izumo et reprennent la forme des hottatebashira tatemono dont les premiers exemples remontent à la période Jômon tardive. Les premiers torii (portes) font leur apparition.
La poterie se divise en deux groupes:
Haji: dont la technique ne varie pas énormément de celle de la période Yayoi mais dont la teinte rouge est caractéristique.
Sue: Plus tardive (Vème siècle) et de bien meilleure facture dont l'ouverture large et évasée est la caractéristique.
A la fin du IVème siècle, émerge l'état du Yamato 大和 . Celui-ci est peut-être le successeur du Yamatai fondé par Himiko, mais rien n'est mois sûr. Il est également probable que le contrôle du Yamato ait très vite glissé entre les mains de ces fameux "cavaliers" venus de Corée (Thèse qui ne plait pas à tout le monde , on s'en doute...) qui implantèrent la "culture" kofun au Japon.
Quoiqu'il en soit, son existence est averée dès le IVème siècle, notamment grâce à la fameuse lance à 7 pointes datant de 369, cadeau du "du Roi de Paekche (Corée, plus précisement Kudara) au seigneur du Yamato" et conservée au sanctuaire d'Isonokami, ainsi que les tributs envoyés aux Empereurs Chinois de l'époque.
C'est avec le Yamato que commencent les relations "troublées" avec la Corée. La péninsule coréenne est alors divisée en trois "royaumes":
Au Nord, Kôkuri
Au Sud-Ouest, Kudara
Au Sud-Est, Shiragi
Il semble que le Yamato ait pris le parti du Kudara (envoit de troupes, échanges diplomatiques...) avant de s'implanter lui-même en Corée en créant une colonie dans l'extrême Sud de la péninsule (Minama). (Cette théorie de la "colonisation" est combattue par les historiens coréens et japonais: là aussi, les relents nationalistes doivent inciter à la prudence!).
En 421, le souverain du Yamato voit son rôle dans la péninsule confirmé par l'Empereur Chinois Song qui le nomme "Antô Shôgun wakoku-ô" soit "Général pacificateur de l'Est et Roi des Wa". Et en 450, son titre de "Pacificateur du Minama" est reconnu.
Le VIème siècle est une période troublée pour le Yamato: les successions sont nébuleuses et son rôle international s'estompe: le Minama est démantelé au profit du Kudara et du Shiragi tout au long de ce siècle. Par contre, son emprise sur l'archipel s'accroit (Elle est entièrement contrôlée sauf le Nord qui reste territoire Aïnu) et un premier système d'organisation de la société fait son apparition (division entre "uji", les clans, et "be", les serviteurs et artisans répartis selon leur spécialité.)
C'est également au VIème siècle que le bouddhisme fait son apparition au Japon et "concurrence" la religion animiste locale (le Shintô). Il est introduit sur une initiative du Roi du Kudara (en 538, il fait envoyé une statue du Bouddah en Bronze au Yamato) allié du Yamato, qui lui proposa d'adopter cette religion à laquelle lui-même était converti depuis ~150 ans. La cour du Yamato ne le fit pas tout de suite: deux "clans" s'affontaient, les Soga d'un côté, les Mononobe, les Otomo et les Nakatomi de l'autre. Les Soga, partisan du bouddhisme, finirent par l'emporter en 587. Ils imposèrent un "Empereur" du Yamato à leur convenance (Suikô-Tennô, une femme) et le bouddhisme prospera comme religion officiellement reconnue...
On voit déjà combien à l'époque, l'Empereur est finalement aux "mains" de clans très puissants ( figure de "séparation des pouvoirs" qui perdurera jusqu'à nos jours) les Soga étant eux-mêmes supplantés ultérieurement dans ce rôle par les Fujiwara (revanche des Nakatomi)...
Duncan
Crédit image spé : Japan sea map" (détail), Wikimedia.org, appartenant au domaine public.



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Julien Peltier 53 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines