Magazine France

[Turbulences sociales] Interrogations sur la légitimité du vote électronique

Publié le 20 novembre 2007 par Melimelo

Avant ma note explicative sur le vote en AG, une petite parenthèse sur une technique particulière, dont la pratique connait un véritable boom (circonstancié) actuellement.
Cette technique, surfant sur un effet de mode, consécration de l'entrée des conflits sociaux dans le monde moderne, est le fameux vote électronique.

Quelle est sa légitimité ? Pourquoi est-il organisé ? Offre-t-il une porte de sortie locale à la crise ?

La légitimité du vote électronique est-elle moins sujet à polémique que celle de l'AG ? Certes, il s'assure que seuls les étudiants de l'université se voient offert la possibilité de s'exprimer. Si le taux de participation n'atteint pas des sommets (et ne dépassera pas plus les 50% que lors d'une AG), il sera généralement plus élevé. Seulement, à l'heure des procès d'intention concernant le processus AG-esque, le vote électronique bénéficie-t-il réellement d'une légitimité plus importante, ou n'est-il pas simplement accueilli en tant que manifestation d'une reprise en main de l'autorité par ceux qui s'opposent au blocage ?
Le vote électronique suppose en premier lieu, un accès internet disponible sur un court laps de jours. Quoiqu'on en dise, un grand nombre d'étudiants, surtout dans les premières années, se contentent d'avoir internet "chez les parents". Le service des ordinateurs de la fac ? Mais l'université étant par définition fermée, aucun accès n'est garanti aux salles informatiques. La BU et ses ouvertures à éclipse offre un moyen de secours aux étudiants les plus motivés, mais vous devez avoir la chance de votre côté, pour tenter l'aventure lors de la bonne seule tranche horaire où elle est ouverte en ce temps troublés... On devine le premier argument qui sera formulé comme un simple réflexe : l'accès au vote électroniques, simple reflet des disparités sociales ? Il offre ainsi un argument évident pour décrédibiliser le résultat. Une organisation qui conditionne le droit de vote à la possession d'un ordinateur et d'un accès internet, est-ce que ce n'est pas une base bénie, une discrimination qui permet d'illustrer l'image de lutte des classes qui conviendra parfaitement aux apprentis troskistes.

Suivant ce chemin de réflexion, on songe à un des reproches les plus récurrents fait aux AG, celui d'être organisées par des "pro-blocage". Les syndicalistes ne prétendent pas tendre à l'objectivité : le vote y est prévu de telle façon qu'il doit avoir toutes les chances de tourner en leur faveur. Mais si le vote en AG est organisé par des pro-blocages, que penser du vote organisé par la direction de l'université ? Si la suspicion ne touche pas le même camp, il est aisé de deviner quels arguments seront opposés aux résultats d'un vote électronique. L'intervention d'une autorité institutionnelle biaise les vues, dépouillant les protestataires du sentiment grisant d'avoir pleinement les choses en main. C'est un transfert du pouvoir, de l'étudiant à l'autorité. Par définition, le contestataire ne pourra l'accepter. Il n'est pas ici question de grands principes abstraits, de démocratie. Ce qui est réellement en cause, c'est la légitimité du vote.
Quelle est la légitimité de l'intervention de la direction de l'université, ouvertement contre le blocage, dans un mouvement étudiant ? Les étudiants qui ne veulent pas de ce mouvement applaudissent évidemment cette reprise de l'initiative. Parallèlement, ceux qui sont impliqués dans le mouvement ne peuvent concevoir se laisser dépouiller du processus unanimement consacré, quasi-sanctifié, de l'Assemblée Générale.

A nouveau, le fossé se creuse entre les deux camps. Deux votes, deux légitimités. Une lutte d'influence sous-jacente qui apparaît évidente. Car, très pragmatiquement, un simpe constat s'impose : le vote électronique est le seul moyen pour l'université de reprendre la main dans un campus bloqué. Les étudiants contestataires, par leur qualité même d'étudiant, peuvent prétendre parler au nom d'une masse abstraite de camarades. En revanche, la présidence de l'université, détachée de toute réalité, généralement contestée jusqu'au sein du personnel même (les luttes internes de pouvoir au sein des universités sont comme dans toutes institutions), est en quête de légitimité. C'est pour cela qu'elle organise une consultation électronique. L'objectif est double et la réussite garantie. D'une part, elle prive les syndicalistes pro-blocages de leur légitimité supposée démocratique. Elle brise le monopole d'une représentation étudiante. Dans le même temps, d'autre part, elle obtient par ce vote un véritable mandat de la part d'étudiants, restés pour la plupart jusqu'alors complètement passifs face à un conflit qu'ils ont subi sans prendre part au processus de l'AG, majorité silencieuse non impliquée.

Si sa légitimité varie selon l'opinion de l'étudiant interrogé, le vote électronique est en réalité, surtout, la première étape nécessaire pour que la direction de l'université puisse se ré-approprier l'initiative dans ce conflit et cesse de se cantonner à un rôle passif, purement administratif.


Reste que, loin de ces considérations polémiques, hier soir, je me suis employée à suivre le processus organisé par ma fac pour voter électroniquement. Et donc, concrètement, comment ça marche ?

Si le vote était présenté comme ayant commencé vendredi, hier soir était la première fois que je parvenais à accéder à la fameuse enquête. Les données électroniques étant nécessaires, il m'a fallu une heure de spéléologie intensive dans les papiers d'inscription pour retrouver ces fameux identifiants.

Une fois -difficilement- connecté, il suffit de se laisser guider.

Il y avait alors 3571 réponses (sur les 20 000 étudiants environ que compte l'université).

A donc voté.
Les résultats seront connus cet après-midi. Soyons franc : l'issue du vote électronique ne laisse guère de doute. Mais une AG est d'ores et déjà programmée pour demain.

Vote électronique, AG... ?
Ou plutôt : présidence de l'université ou syndicats, qui l'emportera ?


Retour à La Une de Logo Paperblog

LES COMMENTAIRES (1)

Par Hervé Suaudeau
posté le 20 novembre à 22:34
Signaler un abus

Article très intéressant cela renvoie directement à l'action d'ordinateurs-de-vote.org dans son communiqué du 18 novembre:

Paris, le 18 novembre 2007. Les dirigeants du mouvement "Ordinateurs-de-Vote.org" émettent les plus grandes réserves quant aux garanties légales et technologiques entourant les projets et réalisations de consultations par Internet des étudiants, consultations tenues dans des universités bloquées par la contestation de la loi L.R.U. La première d'entre elles vient d'avoir lieu à Paris I Panthéon-Sorbonne.

Le président d'Ordinateurs-de-Vote.org, Pierre Muller, rappelle que « toute consultation doit être éthiquement encadrée et scrupuleusement contrôlée afin de protéger les droits et libertés fondamentales ». Il a immédiatement saisi la C.N.I.L., par la voie de son président M. Türk, afin que la haute autorité fasse connaître sa position au plus vite et se prépare à intervenir dans le cas où il serait nécessaire de prévenir la tenue de consultations organisées manifestement en violation de la loi.

Sur un plan pratique, les juristes et scientifiques présents au sein d'Ordinateurs-de-Vote.org proposent d'expertiser les systèmes de vote ou de consultation envisagés. Cette expertise devra être publique et contradictoire, afin de fournir aux parties en présence une évaluation réelle et indépendante des risques.

A propos de l’auteur


Melimelo 2 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte