Magazine France

Régionales : Ali Soumaré en tête dans le Val d'Oise et appel de Gérard Filoche pour le 2 eme tour

Publié le 15 mars 2010 par Slovar
Régionales : Ali Soumaré en tête dans le Val d'Oise et appel de Gérard Filoche pour le 2 eme tour"A scrutin régional, conséquences régionales" déclarait Nicolas Sarkozy à la veille du premier tour de l'élection. Alliant mauvaise fois et angoisse, il affirmait dans son interview de dernière minute au Figaro : "Où avez-vous vu que je m'étais engagé dans la campagne ?" - Source RFI
Mais, partout où vous êtes intervenu aux côtés des ministres candidats ! Désolé monsieur le Président mais c'est bien votre attitude, votre action et vos résultats que les électeurs et même les abstentionnistes ont sanctionné de façon ... nationale !
Ainsi dopés par le "débat" sur l'dentité nationale, certains élus du Val d'Oise avaient qualifié le candidat du PS Ali Soumaré de "Multirécidiviste" avant de constater que celui ci avait ... un casier vierge !
Et bien, la sanction est là : " ... / ....dans le Val-d'Oise c'est le PS avec Ali Soumaré (27,15%) qui devance la liste UMP d'Axel Poniatowski (25,5%) ... / ... " La tête de liste PS aux régionales dans le Val-d'Oise, Ali Soumaré, a obtenu dimanche 47,77% des suffrages exprimés à Villiers-le-Bel, commune dont le candidat est originaire, lors du premier tour des élections régionales, a indiqué la préfecture du Val-d'Oise ... / ... Et le résultat est encore pire en ce qui concerne l'UMP à Villiers-le-Bel, puisque : "la liste UMP atteint 13,49% des suffrages exprimés, devancée par la liste FN (13,62%) - Source Le Parisien et Vonews
Belle réussite que cette ce faux débat initié par le transfuge Besson qui : " A la question de savoir si le débat sur l'identité nationale, lancé en octobre et qui a donné lieu à de nombreux dérapages, pouvait avoir eu une influence sur cette remontée du FN par rapport aux élections européennes, Eric Besson a répondu : "Je ne le crois pas, je crois même l'inverse"- Source Yahoo/Reuters
Néanmoins, le premier tour n'est qu'une étape et les électeurs de gauche doivent confirmer et amplifier le score obtenu ! La mobilisation étant plus que jamais à l'ordre du jour, nous publions ci-dessous, en intégralité un communiqué que nous a fait parvenir Gérard Filoche.
Régionales : Ali Soumaré en tête dans le Val d'Oise et appel de Gérard Filoche pour le 2 eme tour" La gauche est majoritaire le 14 mars, il faut le confirmer puissamment le 21 mars au 2° tour
Avec 54 % des voix exprimées au premier tour des élections du 14 mars, le total des voix de gauche (PS, Europe-Ecologie, Front de gauche, NPA, LO) l’emporte nettement au niveau national sur ceux de la droite (UMP, Modem, FN).

Le PS que tant de voix disaient « mort » est le principal parti du pays avec près de 30 % des voix. 40 % en région Midi Pyrénées. Avec les 12,5 % pour les écologistes et les 6,5 % pour le Front de gauche, une majorité politique existe.

La gauche est clairement en position de s’unir entre PS, EE, et FG pour accentuer cette dynamique au second tour. Le NPA paie un prix pour son isolationnisme non unitaire, mais avec LO ils appellent d’abord à battre la droite. La France, y compris le total des voix aux Européennes en 2009, ne cesse donc de donner et redonner une majorité à la gauche, en 2004, en 2005, en 2008, et en 2010.
Cela confirme la tendance lourde constatée depuis des années : l'électorat français est à gauche, et bien à gauche. Appelé à voter pour une gauche unie, il s'y retrouve, et donne au Parti Socialiste la première place à gauche.
L'échec de la dernière présidentielle est à mesurer à cette aune : il faut combler le décalage entre l'électorat de gauche et le discours du candidat à la présidentielle.
Cela renvoie au fait qu’il y a eu un caractère exceptionnel et des limites bien réelles à la victoire du candidat de la droite dure néo-libérale à la présidentielle de 2007.
La mise en œuvre de sa politique néo libérale, thatchérienne, reaganienne, est contre nature dans notre pays, et elle rencontre une résistance opiniâtre de la majorité de notre société.
Cela se voit par le fait que la droite subit une déroute sans précédent. Dans un pays normalement démocratique se poserait la question d’élections générales anticipées.
La droite est en situation d’éclatement (même à l’intérieur de l’UMP) et de division puisque d’une part le Modem (4 %) appelle à voter contre l’UMP, et de l’autre le Front national (12 %) appelle et est à nouveau en position de se maintenir.
Ce n'est pas l'UMP mais la coalition UMP - De Villiers –CPNT - Nouveau centre, réalisée dès le premier tour par Sarkozy - Fillon qui n'est même pas parvenue, avec 27,5 % des voix, à arriver en tête le 14 mars. Dix ministres sont battus, et, par exemple, Luc Chatel est 6 points derrière les listes de gauche à Chaumont chez lui, tout comme Benoît Apparu à Chalons en Champagne.
Ajouté à l’impasse économique, sociale, institutionnelle du pouvoir, la fin du quinquennat est en cause.
C’est un résultat remarquable, alors que tant de coups ont été portés contre le salariat, contre tous ceux qui produisent les richesses de ce pays et n’en reçoivent pas leur part. C’est remarquable alors que tous les grands médias sarkozystes dominants ont braqué les feux pendant des mois sur des « affaires » sordides et les questions d’identité nationale ou de « sécurité ».
L’enjeu du 21 mars est certes de reconduire les régions de gauche, mais c’est aussi de rejeter de façon nette la politique anti-sociale brutale de cette majorité depuis le 6 mai 2007 et d’empêcher au maximum les mauvais coups d’un plan de rigueur annoncé. On peut, il faut tout faire, avec une dynamique unitaire et un programme de fond, pour transformer l’essai et l’emporter au maximum dans toutes les régions au 2° tour.
De quoi l’abstention massive de 53,5 % est–elle le nom ?

Elle est d’abord un signe d’hostilité puissante au pouvoir dominant lui-même : les caricatures de discours contradictoires et les tromperies démagogiques permanentes de Sarkozy irritent au plus au point l’électorat qui en a assez de cette démagogie, du « bling-bling », de cette politique tournée vers les seuls privilégiés. Il y a un vrai et profond phénomène d’écoeurement, de rejet du sarkozysme.
Mais il faut convenir que ce rejet ne se traduit pas encore par une conviction, une confiance, une adhésion suffisante à la gauche. Pour remporter toutes les régionales et surtout pour empêcher ce pouvoir de nuire jusqu’en 2012, il faut susciter un enthousiasme plus grand encore et créer la confiance pour une vraie politique de gauche alternative que les salariés de ce pays attendent.
Pour réussir les luttes à compter de la mobilisation prévue le 23 mars...
Par exemple, Sarkozy en approuvant les plans de rigueur en Grèce, Islande, Espagne, Portugal, livre du même coup la France aux “agences de notation” bidon de type Ficht et autres spéculateurs qui veulent nous imposer le même sort : la gauche doit s’y opposer vigoureusement et défendre la répartition des richesses comme instrument de relance anti-rigueur.
La défense de nos retraites à 60 ans, la réduction du temps de travail pour l’emploi de tous, la hausse massive des salaires, la limitation des hauts revenus et grandes fortunes, fait partie de ce qui est attendu, par notre peuple, de la gauche, pour vivre mieux, tous, ensemble.

Au delà du rôle protecteur des régions, c’est surtout ce qui est dorénavant attendu : abroger nationalement les désastres du sarkozysme, reconstruire une vraie politique sociale. Une issue politique existe à nouveau, l’unité de toute la gauche, pour une transformation sociale profonde.

Gérard Filoche

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Slovar 2897 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte