Magazine High tech

[Test] Heavy Rain

Publié le 16 mars 2010 par Volt

Introduction :

Le premier mot que j’ai à dire c’est : Ouch, que n’avons nous pas entendu à son sujet… Entre chef d’œuvre vidéoludique, spécimen de foire ou daube inter-galactique, il est sans contexte un jeu qui aura fait des remous au travers des rédactions. Pour ma part, j’attendais avec impatience ce titre. Premièrement parce qu’il a été développé par Quantic Dream et que j’avais adoré Fahrenheit, son univers entrainant, ses personnages charismatiques et son gameplay immersif. Deuxièmement car mes premières heures pad en mains, lors des différents tests que j’avais pu faire, m’avais conforté dans mon raisonnement. Alors oui, il est difficile de faire un test de Heavy Rain car trop en parler serait gage de spoils et cette aventure serait au final gâchée. Alors ne passons pas par trente six chemins, il est pour moi primordiale de se le procurer pour s’en faire un avis personnel.

Ce test sera obligatoirement différent des autres puisque sont concept est également différent. Ce jeu n’en ai pas vraiment un, il joint admirablement le sixième art au septième pour en former quelque chose de définitivement nouveau. L’histoire est belle et transcendante d’immersion. Elle narre un bout de vie de quatre différents personnages à la recherche d’un seul et unique instigateur, un féroce tueur d’enfants. Son procédé reste le même, il enlève un enfant qui est retrouvé quelques jours après noyé dans de l’eau de pluie avec en guise d’indices, une orchidée et un origami. L’histoire s’arrêtera là pour moi pour les raisons évoquées au dessus. Si je vous racontais en profondeur l’histoire d’un film, ses personnages, ses ambiguïtés, celui-ci n’aurait plus aucun intérêt. Car oui, Heavy Rain est un film interactif et il faut le savoir. Néanmoins voici mon ressentis final.

[Test] Heavy Rain
[Test] Heavy Rain

Le Gameplay :

Ce jeu est fort en émotion et à la manière d’un thriller vous serez dirigé de mains de maitre de bout en bout par les développeurs du jeu. David Cage a su me faire transporter et je ne comprend pas trop les diverses opinions négatives et catégoriques qu’a reçu le jeu. Certes nous pouvons critiquer le système de gameplay assez archaïque pour certains mais cela va, je pense, dans le sens du jeu : Apporter de l’impuissance aux joueurs face au tueur. Le problème réside dans le fait que ces mêmes personnes dénoncent constamment de la même façon des titres sans originalité et sans prise de risques. Ici les développeurs nous apportent du renouveau et ils n’y trouvent toujours pas leurs comptes…Il faudrait savoir ce que l’on veut…Bref, pour les personnes qui Ils n’en ont pas entendu parlé, il s’agit d’une maniabilité assez spéciale. Oubliez tout ce que vous savez, une gâchette pour avancer, les sticks pour se diriger et des Quick Time Events.

Les Quick Time Events se caractérisent par la réalisation dans un laps de temps très court d’une manipulation indiquée à l’écran avec les sticks, les boutons ou bien même les fonctions gyroscopique de la manette. Le titre prend ce concept pour base, vous en verrez donc pléthores et je peux vous dire que certaines sont loin d’être aisées. Si toutefois vous en manquez quelques unes, ne vous en faites pas, l’histoire prendra en compte tout vos faits et gestes et se modifiera en fonction de vos capacités et de vos actes. Heavy Rain propose, afin d’agrémenter une fois encore l’expérience, pas moins de vingt six fins. Il faudra donc faire attention à tout ce que vous ferez car la mort de l’un des quatre personnages principal n’arrêtera en rien l’aventure, l’histoire continuera sans lui. En bref, aucun gameover.  En ce qui me concerne, je trouve ça juste génial d’arriver jusqu’à une telle expérience de jeu.

[Test] Heavy Rain
[Test] Heavy Rain

La réalisation :

Esthétiquement, le jeu est sans contexte très beau. Les personnages sont très bien réalisés et prennent littéralement vie au cours de l’aventure. Je ne dirais pas jusqu’à dire que les décors sont vastes, variés et que vous voguerez au gré de votre bon vouloir dans des univers luxuriants, étant donné que vous êtes amené à visiter uniquement les espaces définis par les développeurs, et ils se résument à des endroits du quotidiens : Appartements, voitures, commissariat, parc, etc… La gestion de vos personnages se fait par épisodes si je puis dire. Comme dans un film, vous avancerez dans l’histoire en même temps des découvertes de vos personnages. Cela passe d’actions rythmées à des phases d’investigations qui mettront également vos méninges à l’épreuve.

Les musiques sont quant à elles adaptées parfaitement à l’ambiance et apportent un réel plus à l’immersion. Elles sont dynamiques, bien cadencée ou font alors la part belle à l’émotion en étant plus douce, jusqu’à se voir discrète à certains moments afin de laisser place au visuel. Pour les voix du jeu, vous aurez le choix entre l’anglais et le français, sachant que notre langue est très bien doublée. Pour finir, la durée de vie est conséquente vu qu’il y a d’innombrable fins et que vous pouvez vous amuser à toute les tester. Compter néanmoins une dizaine d’heures pour finir le mode histoire d’une traite.

[Test] Heavy Rain
[Test] Heavy Rain

Conclusion :

Je pense que vous l’aurez compris, passer à coter de Heavy Rain serait véritablement laisser pour compte une nouvelle façon de jouer et surtout de ressentir un jeu. Lorsque l’on se donne un minimum de conviction pour essayer de rentrer dans l’aventure, celle-ci nous embarque dans une épopée cinématographique jamais vue. Bien sur le jeu n’est pas exempt de défauts, comme ça maniabilité qui en rebutera plus d’un ou bien sa mise en scène de bout en bout qui ne nous laisse, au final, pas énormément de liberté. Voyez cela comme un récit interactif, vous lisez un livre ou vous êtes plongé directement à l’intérieur et ou vous pouvez influer directement.

Au final, j’ai aimé ce jeu et je n’en sors clairement pas indemne. De toute manière, que vous aimiez ou pas, il suscite de l’interrogation, du débat, des sentiments partagés et c’est au final le plus apte à faire cela. Faire évoluer les choses de manière constructive. Heavy Rain est bien évidemment disponible exclusivement sur PS3 depuis le 24 février 2010.

Stay Tuned on Games Art !


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Volt 456 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog