Magazine

Scorsese et les Rolling Stones, même combat

Publié le 16 mars 2010 par Antoine Dubuquoy

scorsese.jpgMartin Scorsese a cette chance fabuleuse du type qui a réussi. Quoiqu'il filme, la critique sera extatique. On ira voir LE Scorsese comme on allait voir LE Kubrick. A la seule différence que Kubrick ne sortait pas un film par an. Cela dit, Scorsese est devenu une institution. Il filme bien le bougre. Fait-il des films intéressants pour autant? Je suis sceptique. Shutter Island. Adaptation d'un livre de Dennis Lehane. bande-annonce alléchante. Casting en or. Leonardo Di Caprio. Du lourd. Et au final déception. L'histoire est sympathique. Quoique. Une vague impression de déjà vu. Shutter Island, c'est Un Homme d'Exception rencontre Vol au dessus d'un nid de coucous à la sauce polar. Décor impeccables. Leo impeccable. So what? Rien. Le film qui une fois le pitch dévoilé ne donnera pas envie d'être revu. Pas de mystère insondable, même si la pirouette finale essaie de relancer l'intérêt.

Prenons Les Infiltrés. Damon, Di Caprio, Nicholson, Wahlberg. Parfaits. Même si, côté histoire, on peut avoir un faible pour le film hongkongais dont Les Infiltrés est l'adaptation, Infernal Affairs. Années après années, Scorsese développe sa filmographie, en roue libre, comme les Rolling Stones exploitent leur franchise. C'est le luxe des gens installés. Même si le pic créatif a été atteint il y a 30 ans, et que la suite n'est qu'un long déclin. Un mélange de brio et de roublardise. Un peu de frime, et la capacité d'entretenir la légende. L'enfant terrible du Nouvel Hollywood, au nez dans la coke, du mitan des 70s, est devenu une institution hollywoodienne. Au même titre que tous ceux qui étaient voués aux gémonies il y a quarante ans! Scorsese aujourd'hui c'est le Robert Wise des années 2000. Il ne lui reste plus qu'à faire un remake de La Mélodie du Bonheur! Avec Leo dans le rôle du Capitaine Von Trapp, et Marion Cotillard ou Kirsten Dunst dans celui de Maria. Mean Street et Taxi Driver sont les Exile on Main Street et Sticky Fingers de Scorsese. Des fulgurances de temps à autres, mais aussi des Black and Blue, des Steel Wheels et Roads to Babylon...

Et pour en finir avec les Stones, prenons Shine A Light. On a vanté le talent de Scorsese de filmer le rock. Jonathan Demme, Julian Temple ou Jim Jarmusch ont eux aussi montré leurs capacités. Hormis un passage incroyable ou Jagger danse avec Christina Aguilera, et où l'on se demande quel pacte le vieux Mick a signé avec le diable pour avoir encore l'aire d'avoir 30 ans à 60 passés, le film est mollasson. L'intro insupportable, ce défilé de people rencontrant un groupe quasi has-been. Qui lui aussi a fait son Raging Bull depuis longtemps et se contente de gérer son fond de commerce.

Alors qu'attendre du biopic sur Sinatra que nous prépare Marty? Il y a aura de la Mafia. Lorgnera-t-on du côté de Casino ou des Goodfellas? Avec le glamour et le gore? Ou sera-t-on plutôt dans la sucrerie aseptisés de type Aviator? Je ne suis pas optimiste. Mais sait-on jamais...

Enjoy!


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Antoine Dubuquoy 2892 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte