Magazine Pacifique

313/15e article de François Dederen (suite et fin)

Publié le 20 novembre 2007 par Bernard Philippe
Jésus Conte Oliveros devant sa maison d'Hanga Roa, le 24/11/2001.
4) Mon meilleur correspondant à l'île de Pâques fut le professeur de philologie Jésus Conte Oliveros d'origine catalane dans la province de Girona. De 1990 à 2000, nous avons eu une correspondance extrêmement soutenue et c'est fin 1999 que celui-ci voulu mettre fin à celle-ci, pas par inimitié mais il ne tenait pas à m'en donner les raisons. Cependant, je lui écrivis 2 fois par an en souvenir de notre vieille amitié mais jamais il ne répondit à mes courriers. Le 20 avril 2005, je fus tout étonné de recevoir de lui une lettre me remerciant et me signalant qu'il allait se faire opérer des yeux à Santiago. La nuit du 16 au 17 mai 2005, mon épouse et moi-même sommes réveillés au beau milieu de la nuit par un bruit sourd et insolite à l'intérieur de la maison, impossible à définir. Le lendemain matin, nous faisons le tour de la maison afin de déterminer la cause de ce bruit insolite et nous ne découvrons rien d'anormal. Il me prends l'idée de monter au grenier afin de vérifier si rien ne s'est passé dans cette partie de la maison et où se trouve accrochées aux poutres, différentes choses dont une reproduction de la peinture de Hodges concernant l'île de Pâques et qui surmonte un crucifix phosphorescent. A mon grand étonnement, je retrouve le tableau sur le sol, la corde de suspension s'étant rompue, il a accroché le crucifix dont la croix est restée en place mais dont le christ gît par terre en plusieurs morceaux.
Cette association de l'île de Pâques et de la destruction de Jesus Christ par celle-ci est troublante vu le rôle joué par mon correspondant (Jesus Conte Oliveros) à l'île de Pâques en tant qu'observateur officiel des autorités religieuses de Santiago et de son prénom prédestiné. Par la suite, j'ai entrepris de nombreuses démarches auprès de diverses autorités officielles et non officielles pour connaître les événements exacts de sa mort. Pour le jour d'aujourd'hui, personne, je dis bien personne n'a voulu me donner des nouvelles de lui. J'ignore donc où il est décédé, où il est enterré et ce que sont devenus tous ses biens personnels. En cette fin d'année 2007, mes questions sont sans réponses.
5) Que peut-on retenir de tout ceci et de ces 4 exemples ? Que pour un croyant, c'est l'évidence même de l'existence de Dieu. Pour l'athée et le libre penseur, que peuvent signifier ces coïncidences, rigoureusement authentiques ? Comment donner une explication plausible à ces faits ? Je pense qu'en ce bas monde, personne ne peut les expliquer, ce sont tout simplement de simples concours de circonstances que notre cerveau enregistre, vis à vis d'autres faits similaires dans le temps. Mais malgré tout, je reste sceptique devant pareilles curiosités.
François Dederen "Te Pito"

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Bernard Philippe 45 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine