Magazine Poésie

La bonne croyance (Hölderlin)

Par Arbrealettres
La bonne croyance (Hölderlin)


O belle vie, tu gis, malade; à pleurer,
Mon coeur s’épuise, la crainte en moi étend son crépuscule.
Pourtant, pourtant je ne peux croire
Que tu puisses mourir, tant que tu aimeras.

***

Der gute Glaube

Schönes Leben! du liegst krank und das Herz ist mir
Müd’ vom Weinen, und schon dämmert die Furcht in mir;
Doch, doch kann ich nicht glauben,
Dass du sterbest, solang du liebst.

(Hölderlin)



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Arbrealettres 2788 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine