Magazine

Nous pouvons tous sauver des vies

Publié le 22 décembre 2009 par Lilelettree

Nous pouvons tous sauver des viesAux environs de 16 heures, une jeune femme, d’une vingtaine d’années, a essayé de mettre fin à ses jours en se jetant du haut d’un immeuble sur la Place Marceau du centre de ville de Chartres. À cette heure-là de nombreuses personnes arpentaient les rues, surement en quête de leurs derniers cadeaux de Noël.

Bien sur, il y avait les traditionnels indifférents qui passaient en jetant juste un regard à ce qui se passait en haut, puis continuaient leur route sans rien dire ni rien faire. Il y avait aussi ceux qui s’arrêtaient pour regarder, presque comme un spectacle de rue, une performance, où tout simplement qui se demandaient si cela était possible dans leur ville, dans leurs rues. Celle qui avait le téléphone collé à l’oreille pour appeler la police et les pompiers. Les parents qui expliquaient à leurs enfants pourquoi cette femme était monté là-haut et qu’est-ce qu’elle y faisait.

Et puis, il y avait ses fameux héros ordinaires. Regroupés en dessous d’elle, qui lui parlait, lui invectivant de ne pas faire ça, qu’elle avait la vie devant elle, que rien ne pouvait justifier ce qu’elle s’apprêtait à faire, qu’elle devait descendre d’où elle était, qu’il y avait des gens qui l’aimaient.

Du haut de son toit, elle semblait les écouter, les entendre. Mais paralyser par le vide ou par le geste qu’elle voulait faire passer, elle semblait ne rien comprendre.

Finalement, elle a glissé du rebord, c’est accroché un petit moment à la gouttière et c’est laissé tomber.

La police est arrivée, les pompiers aussi, ils s’en sont occupés. Et nos héros ordinaires s’en sont retournés à leur petite vie. Mais qui sont-ils ces gens qui le temps d’un instant ont arrêté de penser à eux et se sont préoccupés de cette jeune adulte ? Où vivent-ils ? Ont-ils eux aussi leurs problèmes ? Les oublient-ils pendant ces instants de désespoir ? Sont-ils des gens extraordinaires ? Des médecins ? Des psychologues ? Ou tout simplement des gens comme vous et moi ?

Nous pouvons tous sauver des vies
La seule lettre, qui serait valable d’adresser au Père Noël, serait celle où l’enfant demanderait :

« Cher Père Noël, plus tard, je voudrai être un héros ordinaire et tenter, au moins une fois dans ma vie, de sauver la vie d’un autre. »

Ces personnes sont peu nombreuses, deux ou trois sur une foule d’une vingtaine de gens. Ces personnes ne sont pas plus précieuses que les autres. Seulement, quand tout est fini et que la jeune femme a été prise en charge par les pompiers, ils ne se sont pas demandés comment elle avait pu arriver à monter là-haut, mais pourquoi elle en était arrivée à ce geste de désespoir. Il ne se sont pas écrier qu’il devait y avoir un médecin dans les parages et qu’il devait faire quelque chose. Ils ne se sont pas demandés pourquoi n’y a-t-il pas de grillage aux fenêtres pour empêcher cela ? Ils ont pensé qu’elle n’aurait pas dû faire ça pour sa propre vie et non pas pour ne pas choquer les enfants.

Nous ne sommes pas tous armés de la même façon face à certaines scènes de la vie. Mais nous avons tous au fond de nous quelque chose qui nous permet, un jour ou l’autre, de devenir des héros ordinaires.

Pas d’articles sur le même sujet.

Mots-clés:Héros ordinaires, Sauveur, suicide

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :