Magazine Culture

En toute simplicité…

Publié le 22 novembre 2007 par Jotbou

ier soir, France 2 proposait une soirée hommage à Michel Berger, “Tous pour la musique“. Sur le papier, rien de vraiment révolutionnaire, divers interprètes du moment entonnent pour le souvenir les chansons de l’interprête disparu il y a maintenant quinze ans. Mais au delà du contenu, la forme même du programme était tout à fait intéressante.

Définie comme cela par la chaine : “L’émission se déroule sous la forme d’une fiction-variétés. Elle met en scène la répétition d’un show de télévision fictif, lors duquel France Gall doit rendre hommage à Michel Berger, à l’occasion des quinze ans de sa disparition. Pour créer cet événement original, la production a dû constituer une véritable équipe de cinéma.

Et voilà en quoi l’émission est tout à fait singulière de tous les hommages et autres émissions de variétés diffusées à la télévision. Car ici, la mise en scène est faite de manière à rendre une atmosphère de copinage, quelque chose de plus intimiste. Et cela se caractérise de plusieurs manières. Tout d’abord, aucun public n’était présent dans le studio, d’où une ambiance apaisée et pas perpétuellement parasitée par des applaudissements déclenchés pour n’importe quelle parole.

De plus, “l’action” de cette émission doit se dérouler pendant les répétitions d’une émission, ce qui fait que l’improvisation (scénarisée naturellement) prend le pas dans chacune des scènes diffusées. Le décor y est différent à chaque fois, les artistes ne sont jamais installés pareils et les techniciens font partie intégrante de la toile de fond. On y voit donc l’essence même de la production de n’importe quelle émission de télévision et pas seulement le face caméra. De plus, élément profondément appréciable, aucune promotion pour les artistes en représentation ne vient entrecouper le fil de l’histoire, on reste dans un univers fantasmé.

Alors oui, faire simple (ou en tous cas donner l’impression de simplicité) rend le programme beaucoup plus frais. On ne nous impose pas une succession de séquences fortement rythmées. Et dans une quête du toujours plus d’émotion à l’écran, le “dépouillement” à l’image semble d’avantage salutaire que l’amoncèlement d’effets.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jotbou 238 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte