Magazine Politique

Un petit verre chez Serge, samedi soir, et voilà un billet nostalgie… No 1

Publié le 21 mars 2010 par Lgdeluz

Quand on passe plus de 12 ans à l'autre bout du monde.. Il y a des règles à respecter. Règle numéro 1, la nostalgie répétée n'est pas autorisée.. (pas trop souvent).

Alors il y a deux chansons que je ne passais que rarement les soirs de douce nostalgie, ces chansons qui me parlent sont: Les murs de poussière, de Francis Cabrel et Il y a, de Jean Jacques Goldman.

Je me souviens d'un concert à la fin des années 80, au Palais des Sports de Toulouse. C'était le deuxième soir des

goldman.jpg
trois performances de la tournée de Jean Jacques Goldman. C'est le jour où j'ai décidé que Goldman était un type exceptionnel. Le concert se passait super bien et puis on a senti qu'il se passait quelque chose sur la scène, un peu plus d'improvisation que d'habitude. Après un court silence nous entendons les premières notes de la chanson Toute la musique que j'aime, et puis nous entendons la voix qui arrive un peu hésitante, et une silhouette qui s'avance dans la fumée. J'attrape le bras du copain à coté de moi et je lui dis «C'est Cabrel!» «non?!» «si je te jure c'est..» et là il sort juste devant nous, Francis Cabrel! Et tout d'un coup c'est du délire dans le Palais des Sports de Toulouse, un immense sentiment de bonheur et de plaisir qui submerge tous présents. Cabrel et Goldman nous font Toute la musique en duo, et puis Jean Jacques Goldman laisse la scène à Francis Cabrel pour La dame de haute savoie!

Vous allez me dire qu'il y a rien d'exceptionnel à ça. Cabrel et Goldman sur la même scène, à Toulouse, c'est

cabrel.jpg
normal. En fait, c'était la première fois dans la carrière de Cabrel qu'il s'était mis à l'écart pendant plusieurs années. Il allait sortir l'album Sarbacane, mais on ne l'avait pas vu depuis des lustres. Par contre Goldman était au sommet de la gloire, avec un tournée qui marchait du feu de dieu. Je ne sais pas ce qui c'est passé, si l'un a demandé?, si l'autre à offert? Qui a eu l'idée? Mais c'était un superbe cadeau pour Cabrel de se tester, sur scène, dans un palais des sports bondé. A la fin de son tour de chant il a salué le public et a remercié son copain Goldman pour sa générosité, et le public ne s'y est pas trompé.. C'était du délire!


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Lgdeluz 1358 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines