Magazine Environnement

Arrêtons de « flusher » avec de l’eau potable!

Publié le 18 août 2009 par Chroniquesdejbg
L’article ci-dessous est tiré d’un blog du Wall Street Journal qui traite des questions environnementales. On y mentionne que les activités industrielles des humains depuis plus d’une cinquantaine d’années ont contribué à changer le climat en Chine. En effet, une étude publiée dans le Journal of Geophysical Research démontre que la pollution atmosphérique a eu comme conséquence de faire diminuer la quantité de précipitations dans le Nord de la Chine et qu’à l’inverse, le Sud de la Chine a reçu plus de pluie. Ces changements se sont faits de façon graduelle au cours des décennies.
Arrêtons de « flusher » avec de l’eau potable!
Bien entendu, ces changements on eu comme conséquence de causer des problèmes de sécheresse dans le Nord du pays. La rareté de l’eau potable a poussé les chinois à être plus créatifs dans leurs façons de faire. Même si on peut se désoler de voir à quel point nous avons saccagé notre environnement aujourd’hui, les nouvelles idées pour améliorer notre sort sont toujours à saluer.
Arrêtons de « flusher » avec de l’eau potable!
L’idée développée par les chinois vient rejoindre le concept absurde que soulignait Jean-Sébastien Trudel dans son livre « Arrêtons de pisser dans l’eau embouteillée ». Il est effectivement ridicule d’utiliser de l’eau potable pour « flusher » nos toilettes, c’est un gaspillage d’une ressource rare sur la planète et de plus, l’assainissement de l’eau est un processus qui coûte cher. Comme le disait le journaliste François Cardinal, le gaspillage n’est jamais une solution à retenir.
Il y a donc maintenant des villes chinoises qui utilisent tout simplement de l’eau de mer pour « flusher » leurs toilettes. C’est si simple et banal comme idée qu’on peut vraiment se demander pourquoi la planète entière ne fonctionne pas de la même façon. Évidemment, nous ne sommes pas tous sur le bord de la mer, mais pratiquement toutes les villes et villages sont proches d’une source d’eau. Pourquoi la traitée avec du chlore pour la purifier avant de l’envoyer dans nos toilettes? Déjà qu’il faudra traiter l’eau à la sortie, sauvons au moins une étape?
De toute évidence, à l’heure actuelle, il est très difficile de mettre un tel système en place compte tenu que nos infrastructures existantes ne permettent pas cela. Mais il serait temps d’y penser dans les nouveaux développements résidentiels. Des maisons construites selon les normes LEED, plus éconergétiques et mieux adaptées à notre environnement serait en grand pas en avant!
Voici donc l’article en question, bonne lecture!

China Tries to Flush Water Woes Away
By Jonathan Shieber
Air pollution creates all sorts of ill-health effects and environmental damage. Now researchers in China are suggesting it lessens the kind of light rainfall vital for farms and drinking water.
A new study published in the Journal of Geophysical Research and reported by the Associated Press and China Daily finds that decades of industrial pollution in northeast China has led to less rainfall.
With less water, Chinese cities are forced to get creative. Brewery capital Qingdao is using seawater to flush its toilets. A pilot project is underway to use Pacific waters in the city’s commodes, saving potable water for a thirsty population. Across the country, one-third of household water consumption goes down the drain every time a toilet goes flush.
Qingdao wouldn’t be the first Asian city to look to the sea to clean its pipes. In Hong Kong, 80% of the city’s population relies on seawater to take care of their flushing needs.
Already, China has some 20 desalination plants operating around the country to help alleviate water shortages in 400 of the country’s more than major 600 cities, according to China Daily.
As in California, the need for water conservation is emerging as a more and more acute issue across the country as more evidence emerges linking China’s less-than-stellar air quality to the drought that has bedeviled the country’s northeastern region.
The study reported in the Journal of Geophysical Research gathered data on rainfall and atmospheric vapor collected from 171 weather stations in eastern China from 1956 to 2005. During that time, light rain declined at every station, while stations monitoring the southern parts of the country saw an overall increase in precipitation.
As the Associated Press reports:
The study could also help further the understanding of how aerosols—tiny air particles caused naturally and by human activities such as burning fossil fuels—affect the formation of rain clouds, researchers said.
The number of water droplets in clouds is higher when there is a greater number of aerosols, but the study found that the water drops in polluted areas are up to 50 percent smaller than in clean skies. These smaller drops are often not large enough to fall.
In China, an unequal distribution of water resources means that a soggy south gets most of the rain while the North is dry and getting dryer. These weather patterns cost the government millions in lost productivity.
Recent months have seen these weather conditions worsen. China’s authorities have already taken emergency measures to get drinking water to the approximately 1.5 million people affected by water scarcity, state news agency Xinhua reported on Sunday.
Government efforts are also underway to irrigate 3.13 million hectares of crops, according to a statement from the government’s Office of State Flood Control and Drought Relief.
It’s not the first time this year the country has had to take extreme measures to address water shortages. In February, the country tried cloud seeding to get some much-needed rainfall for Northern provinces.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Chroniquesdejbg 32 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine