Magazine Politique

Comme d'hab..

Publié le 23 mars 2010 par Lgdeluz

Pour tous ceux qui me lisent régulièrement, vous m'avez entendu parler de fin du mondisme, et de demander et si nous étions les témoins de la fin de quelque chose?, ces trois dernières années j'ai multiplié les billets d'alarme pour expliquer que nous vivons dans un monde virtuel qui n'existe plus.. Et le réveil sera douloureux.. (Quelques lecteurs m'ont même fait savoir qu'ils en avaient mare de ce pessimisme).

Bon Paul Jorion en parle sûrement mieux que moi, je vous livre le texte de son dernier billet.

"Il y a eu le vote protestataire, où l'on n'accorde pas sa voix en faveur d'un parti mais contre un autre. Il y a eu le vote blanc ou le vote nul, où l'on déverse sur le bulletin la rage que l'on a au cœur. Il y a eu enfin l'abstention, quand le pire ennemi de mon pire ennemi m'est lui aussi devenu à ce point indifférent, que lui non plus ne mérite plus que je me dérange.

Comment en arrive-t-on là ? Quand dans son ensemble la classe politique parle d'un monde qui a cessé d'exister. Nous aimerions tant qu'un de ses membres dise en public - et non comme aujourd'hui en privé, dans le creux d'une oreille - « La machine est cassée ! » Mais non, on demande aux vieilles recettes de continuer à servir, non sur la foi de leurs succès passés mais par simple habitude. En changeant, dans le meilleur des cas, les proportions de divers ingrédients rassis, rancis, voire franchement frelatés. Le monde a changé et la classe politique poursuit imperturbablement le bavardage d'une conversation qui n'évoque plus que l'ancien temps.

Nous vivons une période que l'on peut sans emphase qualifier d'historique : le capitalisme meurt sous nos yeux et nous entraîne dans sa perte. Toute tentative de rafistolage du système épuisé ayant implosé devant nous, sera certainement douloureuse et plus que certainement, vaine. Une finance fondée sur des paris sur les fluctuations des prix s'est nourrie sur le corps affaibli d'un monde ayant cessé de compter sur la richesse pour vivre à crédit, et s'est - comme il était à prévoir - effondrée. Après un temps de latence, elle entraîne désormais à sa suite les États qui s'étaient portés à son secours. Les peuples sont appelés à régler l'addition : il n'est question que de plans de rigueur et de luttes contre les déficits publics ; la protection sociale conquise sur un siècle, n'aura pas duré davantage.

On parle encore avec emphase de croissance, porteuse d'abondance et chargée de tous les bienfaits, mais ceux ayant ces mots à la bouche savent qu'elle s'alimente depuis toujours à la gabegie d'une planète pillée sans répit. La recette en est de toute manière perdue. À la place, la précarité et le chômage progressent d'une marche inexorable : les emplois perdus, le sont à jamais.

Cette fin d'un monde qui s'est cru éternel exige des actes, dès aujourd'hui. Le manque d'imagination, le manque de courage ne sont plus de mise désormais. Si rien n'est fait - et l'encommissionnement est une forme du rien - il n'y aura plus bientôt ni planète viable pour notre espèce, ni économie qui ne soit simple rapt par la finance de toute richesse créée, ni même aucun revenus, car les nations vieillissent, et les vieillards qui occupent les postes s'y accrochent à mesure que fondent leurs retraites, monopolisant la ressource devenue rare qu'est le travail humain.

Quelle initiative alors prendre ?"

Je travaille sur un billet qui répond, à ma façon, à cette question de Jorion. C'est pas facile, c'est jamais facile.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Lgdeluz 1358 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines