Magazine Médias

Benjamin éliminé à un cheveu de David près !

Publié le 23 mars 2010 par Poclatelephage
Le cinquième épisode « Top Chef » était riche en enseignements. Nous avons ainsi appris que Virginie Guilhaume a la critique facile quand il s’agit de bouffe, alors que comme l’a souligné Alexandre, le belge, toujours au taquet, on aimerait bien voir ce qu’elle est capable de faire, elle, derrière un fourneau. Nous avons également réalisé que les grands chefs, même formés dans les meilleures maisons, ne savaient pas faire de cookies. La semaine dernière, c’était la pizza qui leur semblait être une mission impossible…. A priori, quand on cuisine à un haut niveau, les basiques deviennent hors de portée.
Benjamin éliminé à un cheveu de David près !
Sinon, la production a décidé consciemment ou inconsciemment de tuer le suspense de la soirée au bout de 20 minutes d’émission, ce qui est peu quand on sait qu’un épisode de « Top Chef » dure en moyenne 3 heures (pubs comprises) en laissant le vainqueur de l’épreuve du « coup de feu » constituer son équipe pour créer le restaurant éphémère qui allait servir d’épreuve pré-éliminatoire à la soirée. Les deux finalistes étaient deux bons candidats, Brice et Pierre, et c’est Pierre que le chef Lignac a désigné pour constituer les équipes. Pierre n’a pas été bon joueur ou kamikaze (au choix) et a opté pour les meilleurs candidats pour son équipe. Il aurait pu abandonner l’hystérique Alexandre aux autres et donner une chance à Romain de ne pas se faire sauver in extremis lors de l’épreuve éliminatoire, mais non il a préféré le bon belge à l’ado mal dégrossi.
Ce choix s’est avéré très vite judicieux, puisque l’équipe du beau Benjamin a d’emblée semblé incapable de s’entendre, faute de leader ou justement parce qu’elle en avait au moins un de trop, David refusant de lâcher l’affaire, alors qu’au final il a laissé à son rival le choix du thème et du nom du resto. En parallèle, l’équipe 2 a accordé les pleins pouvoirs à Pierre qui avait après tout emporté la première épreuve de la soirée.
Au final, Alvéoles, le restaurant lounge, zen, épuré, branché de la mort qui tue de l’équipe 1 a intelligemment tout misé sur des étagères Ikéa assez inutiles dans son décor, tandis qu’Alexandre a opté pour le Deus ex machina pour « the street », un restaurant new-yorkais. Il faut dire que le responsable de la boutique de décoration a accordé une étonnant ristourne de 70% au décorateur de l’équipe favorite, qui a même piqué le tapis qui aurait été parfait pour Alvéoles.
Toujours au top, les candidats de l’équipe 1 ont imposé, goguenards, à Benjamin de s’occuper de la déco. Ca lui apprendra à se maquiller comme une fille, car comme l’a si bien dit Alexandre, qui est pourtant resté patient jusqu’au bout dans son rôle, « la déco est une affaire de femmes ».
Les chefs n’ont pas eu le droit à un apéritif, ni un café, ni même de l’eau minérale chez Alvéoles, tandis que The Street leur a proposé tout cela et même plus encore. Le dîner du restaurant new-yorkais était presque parfait, mais les chefs ont quand même réussi à se louper sur leur dessert pourtant tellement simple qu’il en était presque déplacé, un cookie. Ils auraient du opter pour un inratable brownie…
Au final, comme nous le supputions depuis 21 heures, l’équipe de Romain, Benjamin et David a été placée sur la sellette. Je m’attendais presque à un retournement inattendu de situation pour justifier la soirée, mais non finalement…
L’épreuve finale a scellé le destin de Benjamin. Le jury a pardonné à Romain de lui proposer son quatrième plat de poisson – ici un crustacé – aux légumes archi épuré en le mettant en garde pour la prochaine fois… David a eu beau semer des cheveux et de la ficelle dans son lapin, il l’a quand même emporté. Les chefs s’étaient assurés au préalable de bien éliminée Benjamin.
La semaine prochaine, les chefs s’attaqueront aux plats de leur enfance et les revisiteront sous l’œil attendri de leurs parents. Les candidats éliminés se chargeront de leur côté de démolir leurs hamburgers de chefs.
La semaine dernière, j’ai constaté en parcourant mes mots clés qu’après avoir conspué Grégory, mes lecteurs s’énervaient en constatant qu’il avait été éliminé de façon injuste. Globalement, le système d’écrémage est devenu complètement arbitraire, les chefs virant clairement désormais les candidats arrivés en bout de course en se fiant qu’assez peu à ce qu’ils produisent dans l’épreuve finale. Certes, la logique est respectée mais la justice dans tout ça est légèrement absente. Qu’importe, ce n’est que de la télé et même de la télé-réalité…

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Poclatelephage 1254 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines