Magazine France

Le premier parti de France

Publié le 23 mars 2010 par Libracteurs
Le premier parti de FranceLe premier parti de France, à l’issue de ces régionales, est sans conteste « LE PARTI DE CEUX QUI NE CROIENT PLUS LES POLITIQUES » et c’est grave.
C’est grave car un petit nombre d’élus cumulards de mandats, de professionnels de la politique, vieux chevaux de retour qui ont mangé a tous les râteliers, ont confisqué a leur seul profit l’idéal démocratique.
C’est grave car, à ce jour nous n’avons rien trouvé de mieux que cette expression des volontés individuelles, au travers du vote. Les nouvelles techniques de communications, les clubs en tous genres, les « Think tank », et même les réseaux affinitaires ne sont que des ersatz, qui traduisent ce désamour.
C’est grave car au plus fort de la tourmente démocratique, il se trouve encore assez d’impudents, cumulards et girouettes politiques, pour venir donner des leçons, et demander à Madame LEPAGE de rendre un mandat.
Cette lamentable sortie trahit la haute idée que les partis se font de la démocratie. Le citoyen vote pour une femme, aux motifs qu’elle incarne une certaine idée, traduite par le mouvement dont elle porte les couleurs.
L’élection tient à cette alchimie entre le candidat, sa crédibilité, son coefficient de notoriété personnelle (dans le cas précis incontestable) et les valeurs incarnées
Selon certains démocrates, ou supposés tels, si l’élu ne se reconnait plus dans l’orientation du parti, c’est le parti qui est maître du mandat, et non l’électeur. Je laisse le lecteur réfléchir, car cela justifie le rejet du jeu politique.
Les combinaisons d’alliances de la carpe et du lapin, les polémiques sécuritaires, et les ouvertures de façades, en trompe l’œil, complètent le tableau.
Cela explique pourquoi, avec d’autres, nous avons cru opportun de lancer TERRE DEMOCRATE, dont les membres ne doivent pas être en situation de cumul de mandats électifs, et que nous avons voulu ouvert à toutes les sensibilités.
Nous entendons bien tenir cet espace à l’écart des remugles, même si nous souhaitons voir identifier notre ADN propre.
Si le premier parti de France est celui des abstentionnistes, alors nous pensons pouvoir être le creuset, ou viendront se fondre toutes les convictions et bonnes volontés déçues. Le creuset, ou le catalyseur d’une réflexion pour élaborer un vrai projet pour l’entreprise France, en dehors des clivages et catalogages.
TERRE DEMOCRATE c’est LE CONTENU avant LE CONTENANT, tous ceux et celle qui comprennent cette volonté doivent nous rejoindre. Le moment venu si notre mayonnaise prend tous ceux et celles qui en auront la volonté, et qui disposeront des ingrédients pour y prétendre, porteront les couleurs du projet.
Dans l’instant il nous faut du nombre, et des ambassadeurs de terrain, pour amplifier ce message de simple bon sens. A défaut, la démocratie ne sera plus qu’une addition d’égoïsmes, ouverte à tous les communautarismes sectaires, signes avancés des grandes décadences sociétales.
Richard Hasselmann

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Libracteurs 162 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte