Magazine

John Hiatt : The Open Road

Publié le 23 mars 2010 par Corboland78

100324 John Hiatt.jpgAprès un petit passage à vide au début du siècle, John Hiatt semble reparti pour nous livrer de bons disques à intervalles réguliers, en 2008 Same Old Man était un très bon CD et cette fois encore avec The Open Road c'est un régal.

Pourtant les premières écoutes m'avaient laissé circonspect, je ne sais pas pourquoi. Dans ce cas là l'expertise impose un passage au casque, une écoute ou deux bien concentré sur la musique et la vérité jaillit. Le verdict est sans appel après ce test, toujours. Le nouveau Hiatt est bon - ce n'est pas son meilleur disque certes car Bring The Family (1987) ou Slow Turning (1988) par exemple ont placé la barre très haut - mais même s'il n'en faisait que des comme celui-ci ce serait suffisant pour me satisfaire longtemps encore.

Comme toujours le son est parfait, la prise de son met les instruments en valeur, la voix de John Hiatt est forte, identifiable entre toutes, avec ce je ne sais quoi d'un peu plaintif et voilé qui fait son charme. Les musiciens sont parfaits, son groupe les Goners n'est plus là, les guitaristes Sonny Landreth ou Ry Cooder non plus, pourtant l'homme a déniché un nouvel as de la six cordes Doug Lancio qui l'épaule plutôt très bien aux côtés de sa rythmique Kenneth Blevins à la batterie et Patrick O'Hearn à la basse.   

Quand on écoute un album de John Hiatt on sent immédiatement que nous sommes en présence d'un songwriter de talent, la musique est bien troussée et les textes bien torchés. Même si on ne parle pas l'anglais couramment comme moi, la sonorité des mots, leur « musique » le laisse deviner, tout comme l'écoute d'un Bob Dylan. D'ailleurs la preuve en est donnée par les reprises de ses titres par des artistes comme Buddy Guy, Joe Cocker, etc.

Avec Open Road on n'échappe pas à la règle, une brochette de onze titres merveilleux, qui réussissent à être rock et mélodiques, parfaitement joués sans débauche de solos démonstratifs, du grand art. On se régalera de beaux passages de slide guitar (Fireball Roberts) ou de titres d'inspiration blues (Like A freight Train). Si vous avez aimé les anciens disques de John Hiatt vous adorerez celui là aussi, si vous ne connaissez pas l'artiste vous ratez quelque chose, car si l'artiste est discret son talent est grand.

Pour vous faire découvrir l'artiste, un vieux titre Slow Turning .....


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Corboland78 254 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog