Magazine High tech

“Union sacrée” des acteurs du livre en France contre Google ?

Par Ebouquin

“Union sacrée” des acteurs du livre en France contre Google ?

Alors que Google vient d’annoncer le lancement de Google Editions pour l’été 2010, il semblerait que les acteurs du livre en France soient bien décidés à ne pas laisser le géant américain dicter sa loi. En atteste la réunion d’hier du Conseil du Livre durant laquelle le Ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand, le Syndicat National de l’Edition (SNE) et la Société des Gens de Lettres de France (SGDL) sont parvenus à un accord pour proposer d’ici l’été “une véritable offre numérique alternative à Google Livre”.

Concrètement le Ministère de la Culture prévoit de prendre en charge la numérisation du patrimoine national, et notamment les œuvres françaises du XXe siècle dont on ne connaît pas les ayants droits ou dont le tirage est épuisé. Il s’agit également de mettre en place “un modèle de diffusion et d’exploitation commerciale des œuvres numérisées avec une répartition des revenus à définir”. Ce modèle pourrait ainsi être accompagné d’une structure où auteurs, éditeurs et gouvernement gérerait ensemble les droits d’auteurs.

Enfin, dans le même temps, Frédéric Mitterrand a annoncé le lancement d’un prêt de 500 000 euros à taux zéro à destination des libraires indépendants pour les encourager à développer leurs activités sur Internet.

Doit-on comprendre à travers cette réunion que les conflits d’intérêts entre auteurs et éditeurs sont entérinés au nom d’une union sacrée face à Google ? Même dans l’hypothèse où la coopération fonctionnerait parfaitement entre les différents acteurs, on imagine mal comment une véritable offre numérique alternative pourrait être mise en place d’ici quatre mois, qui plus est au vu des fonds mis à disposition.

Par ailleurs cet accord ne concerne qu’une portion très réduite, voire marginale, du patrimoine littéraire français et n’apporte aucune réponse concernant la véritable problématique du moment. Quid de la diffusion et du prix des livres au format numérique ? d’une plateforme de distribution commune entre libraires ?

Triste de voir cet entêtement farouche à vouloir lutter contre (le diable) Google plutôt que de chercher à travailler avec et négocier des termes avantageux… Mais après tout peut être que la (diffusion) préservation du patrimoine français est à ce prix…Dommage cependant que l’exception culturelle française empêche de prendre le virage du numérique de façon optimale…


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Ebouquin 10420 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines