Magazine Côté Femmes

Voilà encore un livre troublant de Joyce Carol Oates : Les...

Publié le 29 mars 2010 par Mmepastel
Voilà encore un livre troublant de Joyce Carol Oates : Les...
Le livre
Voilà encore un livre troublant de Joyce Carol Oates : Les...
L'auteure
Voilà encore un livre troublant de Joyce Carol Oates : Les...
Les Chutes

Voilà encore un livre troublant de Joyce Carol Oates : Les Chutes, prix Femina étranger en 2005.

A-t-elle jamais écrit un livre qui laisse indifférent ?

Le personnage féminin au coeur de cette sombre histoire est assez fascinant. Ariah. Une jeune femme qui au matin de ses noces découvre que son mari s’est jeté dans les Niagara Falls, et qui devient pour un temps, la Veuve Blanche des Chutes. C’est sûr, ça vous forge un caractère. Elle endure courageusement l’épreuve mais se sent damnée.

Lorsqu’elle tombe amoureuse à nouveau et fonde pour de vrai une famille avec un homme sain mais fou d’elle, cette croyance l’empêche de vraiment se laisser aller au bonheur. Ses trois enfants devront subir l’amour jaloux de cette mère et son incapacité au bonheur, son incapacité à soutenir l’homme qu’elle aime pourtant et qui s’engage (il est avocat), au péril de sa vie, dans un combat courageux contre la pollution engendrée par l’industrialisation sauvage de la ville. Lui-même est comme envoûté par sa cause et par la jeune femme qui l’incarne qu’il surnomme “la Femme en noir”, car elle est endeuillée. Mais son combat est par trop inégal : dans les années 60, lutter judiciairement pour une cause écologique est un acte pionnier, sans espoir, tant les pouvoirs politiques et les différentes administrations leur sont subordonnées.

Ariah se replie alors dans sa douleur et sa solitude fière, rudoie ses enfants, les manipule, leur refuse tout père, tout mot qui le mentionne. L’aîné doit encaisser un secret trop lourd pour lui. Ils se croient damnés à leur tour, ne parviennent pas à assumer leur nom. L’histoire menace de se répéter. On souffre pour eux. L’enfance, encore une fois avec Joyce Carol Oates est montrée dans sa cruauté et son isolement. Il ne reste pourtant qu’eux pour comprendre l’histoire, le passé de leur père.

Livre pessimiste qui suggère que tout n’est que chute, dans lequel, comme fasciné par les eaux bouillonnantes du Niagara, tout être se sent appelé à sauter, à s’abandonner à la mort, à l’oubli. Livre dans lequel la paix, bien modeste, ne vient que longtemps après la bataille, et après combien de dégâts !

Une héroïne et une lecture bouleversantes parce que peu aimables.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Mmepastel 1077 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine