Magazine Société

Rapport de la CIA : comment manipuler l'opinion publique européenne sur l'Afghanistan

Publié le 29 mars 2010 par Tanjaawi

Un très récent rapport de la CIA analyse les meilleures options pour manipuler les opinions publiques françaises et allemandes afin que ces deux pays continuent de combattre en Afghanistan. Et de mentionner le désintérêt des citoyens pour cette guerre et l’apathie générale sur les affaires de politique étrangère en France et en Allemagne. Inquiétant constat qui devrait amener tous les mouvements et les associations pacifistes à unir leurs forces et à obliger les citoyens à s’y intéresser et les médias à se faire l’écho de ce que sont les vrais enjeux de cette guerre d’occupation.

Rapport de la CIA : comment manipuler l’opinion publique européenne sur l’Afghanistan

Rapport de la CIA : comment manipuler l’opinion publique européenne sur l’Afghanistan

Ce mémo a été préparé par la Cellule Rouge (“Red Cell&rdquo de la CIA, chargée par le directeur du Renseignement de se prononcer sur une approche originale (“out-of-the-box&rdquo en mesure de générer des idées et d’offrir un point de vue alternatif sur un ensemble de problèmes analytiques. Commentaires et questions peuvent être envoyés directement à la Cellule Rouge de la CIA au (703) 482-6918 / 482-0169 ou au 44462/50127, appel sécurisé.

Afghanistan : entretenir le soutien ouest-européen à la mission menée par l’OTAN – pourquoi miser sur la seule apathie pourrait se révéler insuffisant.

La défection du gouvernement néerlandais dans l’engagement militaire en Afghanistan démontre la fragilité du soutien européen à la mission ISAF menée par l’OTAN. Certains états membres de l’OTAN, notamment la France et l’Allemagne, misaient sur l’apathie de l’opinion publique au sujet de l’Afghanistan pour accroître leur contribution à la mission, mais l’indifférence pourrait se muer en hostilité active si les combats du printemps et de l’été donnaient lieu à une élévation du niveau des pertes humaines parmi les militaires ou les civils afghans, et si un débat à la néerlandaise s’étendait à d’autres États pourvoyeur de troupes. La cellule rouge a invité un expert de la CIA en communication stratégique et des analystes dédiés au suivi de l’opinion publique au Bureau pour le renseignement et la recherche (INR) du Département d’État pour envisager les approches informationnelles qui pourraient lier de façon optimale la mission afghane avec les priorités des Français, des Allemands , et d’autres pays d’Europe occidentale.

L’apathie de l’opinion permet aux dirigeants d’ignorer les électeurs… (C/NF)

Le faible intérêt accordé par l’opinion publique à la mission en Afghanistan a permis aux dirigeants français et allemands de passer outre l’opposition populaire et d’augmenter régulièrement leurs contributions en troupes à la Force internationale d’assistance et de sécurité (ISAF). Berlin et Paris fournissent actuellement les troisième et quatrième plus gros contingents de l’ISAF, malgré l’opposition de 80% des Allemands et des Français interrogés sur l’accroissement du déploiement de l’ISAF, selon un sondage réalisé par l’INR à l’automne 2009.

  • Seule une fraction (0,1-1,3%) des Français et des Allemands interrogés en question ouverte considèrent que l’Afghanistan constitue le problème le plus pressant auquel leur nation soit confrontée, selon ce même sondage. Ces publics classaient la «stabilisation de l’Afghanistan» en dernière priorité pour les dirigeants européens, selon des sondages réalisés par le Fond Marshall Allemand (GMF) au cours des deux dernières années.
  • Selon le sondage INR de l’automne 2009, le point de vue selon lequel la mission en Afghanistan constituerait un gaspillage de ressources et «pas notre problème» était le motif d’opposition à l’ISAF le plus fréquemment cité par les Allemands interrogés, et prenait la deuxième place du classement pour les Français interrogés. Mais l’attitude «pas notre problème» laisse également penser que, jusqu’à présent, l’envoi de troupes en Afghanistan ne fait pas encore partie des considérations de la plupart des électeurs.

… Mais les pertes humaines pourraient déclencher un renversement d’opinion.

Si les prévisions d’un été sanglant en Afghanistan se réalisaient, le mécontentement passif des Français et des Allemands quant à la présence de leurs troupes pourrait se muer en hostilité active et politiquement effective. La tonalité des débats antérieurs laisse à penser qu’une montée en flèche des pertes humaines françaises ou allemandes, ou des pertes humaines chez les civils afghans, pourraient servir de catalyseur pour convertir une opposition passive en appels actifs à un retrait immédiat . (C/NF)

Les engagements français et allemands dans l’OTAN font office de garde-fou contre un départ précipité, mais les dirigeants, craignant un renversement à l’orée des élections régionales du printemps, pourraient se montrer réticents à payer le prix politique d’un accroissement du niveau des contingents et de l’extension des déploiements. Si des considérations de politique intérieure forcent les Néerlandais à partir, d’autres politiciens  pourraient invoquer ce précédent pour «écouter les électeurs». Les dirigeants français et allemands ont pris des mesures au cours des deux dernières années pour prévenir une poussée de l’opposition, mais aujourd’hui leur vulnérabilité pourrait être accrue :

  • Afin de s’assurer du soutien, le président Sarkozy en a appelé à l’Assemblée nationale – dont l’approbation n’est pas requise concernant l’ISAF – pour affirmer le bien-fondé de la mission française après la mort au combat de 10 soldats en août 2008. Le gouvernement a remporté le vote haut la main, désamorçant de ce fait une crise potentielle et donnant les mains libres à Sarkozy pour déployer environ 3 000 soldats additionnels. Toutefois, Sarkozy peut maintenant être mis en difficulté par une augmentation des pertes humaines, car son parti doit affronter des élections nationales clés en ce mois de mars et le soutien déjà faible pour l’ISAF s’est effondré d’un tiers depuis mars 2009, selon le sondage INR de l’automne 2009.
  • Les retombées politiques de la frappe aérienne sur Kunduz, ordonnée par l’Allemagne en septembre 2009 et qui a tué des dizaines de civils afghans, démontrent la pression potentielle exercée sur le gouvernement allemand quand les sujets liés à l’Afghanistan s’immiscent dans l’actualité. Les préoccupations concernant l’impact potentiel des sujets liés à l’Afghanistan sur les élections du land de Rhénanie du Nord-Westphalie pourraient  rendre la chancelière Merkel – qui a déjà montré des réticences à s’engager politiquement sur l’Afghanistan – plus hésitante à augmenter ou même à maintenir la contribution allemande à l’ISAF. (C/NF)

Une communication adaptée pourrait prévenir la réaction ou du moins en limiter l’ampleur (C/NF)

Les publics d’Europe occidentale pourraient être mieux préparés à tolérer un printemps et un été plus chargés en pertes humaines militaires et civiles s’ils perçoivent des rapports clairs entre les résultats en Afghanistan et leurs propres priorités. Un programme de communication stratégique cohérente et itérative au sein des pays pourvoyeur de troupes pour l’OTAN qui tirerait profit des préoccupations clés de certaines audiences spécifiques d’Europe occidentale pourrait servir d’amortisseur si l’apathie d’aujourd’hui se transformait demain en opposition à l’ISAF, donnant aux politiciens une liberté de manoeuvre plus grande pour soutenir des déploiements en Afghanistan. (C/NF)

Les Français concentrés sur les civils et sur les réfugiés. Cibler le message sur les bénéfices de l’ISAF pour les civils afghans et citer des exemples de bénéfices concrets pourrait limiter et peut-être même renverser l’opposition à la mission. De tels messages sur mesure pourraient s’appuyer sur les préoccupations aigües des Français pour les civils et les réfugiés. Ceux qui sont en faveur de l’ISAF dans les sondages INR de l’automne 2009 citent le plus souvent leur perception que la mission aide les civils afghans, alors que les opposants soutiennent que la mission est préjudiciable aux civils. Contredire le sentiment selon lequel «l’ISAF fait plus de mal que de bien» est clairement important, en particulier pour la minorité musulmane de France :

  1. Souligner le large soutien afghan à l’ISAF pourrait mettre en évidence l’impact positif de la mission sur les civils. Environ deux tiers des Afghans soutiennent la présence des forces de l’ISAF en Afghanistan, selon une enquête fiable menée en décembre 2009 par ABC/BBC/ADR. Selon un sondage INR réalisé à l’automne 2009, les Français et les Allemands interrogés qui pensaient que le peuple afghan était opposé à l’ISAF – 48% et 52% respectivement – étaient plus susceptibles que les autres de s’opposer à toute participation dans la mission.
  2. À l’inverse, les messages qui dramatisent les préjudices potentiels d’une défaite de l’ISAF pour les civils afghans pourraient faire levier sur le sentiment de culpabilité des Français (et d’autres Européens) à l’idée de les abandonner. La perspective que les taliban reviennent sur les progrès durement acquis dans l’éducation des jeunes filles pourrait soulever l’indignation des Français, devenir un sujet de ralliement pour un public français largement laïciste, et fournir aux électeurs une raison de soutenir une cause juste et nécessaire malgré les pertes humaines.
  3. La controverse médiatique générée par la décision de Paris d’expulser 12 réfugiés afghans à la fin 2009  laisse à penser que les histoires autour de la souffrance des réfugiés afghans sont susceptibles de toucher les publics français. Le gouvernement français a déjà fait de la lutte contre le trafic humain d’afghans une priorité et soutiendrait probablement une campagne d’information selon laquelle une défaite de l’OTAN en Afghanistan précipiterait une crise des réfugiés. (C/NF)

Les Allemands inquiets du coût et des principes fondateurs de la mission de l’ISAF. Les opposants allemands à l’ISAF s’inquiètent de ce que la guerre en Afghanistan constitue un gaspillage de ressources, que ce ne soit pas le problème des Allemands, et qu’elle soit discutable dans son principe, à en juger d’après un sondage INR réalisé à l’automne 2009. Une certaine opposition allemande à l’ISAF pourrait muter sur la base de preuves de progrès sur le terrain, d’avertissement sur les conséquences potentielles pour l’Allemagne, et d’assurances que l’Allemagne est un partenaire apprécié à sa juste valeur dans une mission nécessaire conduite par l’OTAN.

  • Mettre en évidence la contradiction entre le pessimisme allemand concernant l’ISAF et l’optimisme afghan concernant les progrès de la mission pourrait remettre en question les affirmations des sceptiques selon lesquelles la mission serait un gaspillage de ressources. La même enquête ABC/BBC/ADR révélait que 70% des afghans pensaient que leur pays était orienté dans la bonne direction et connaîtrait une situation meilleure en 2010, alors qu’un sondage GMF de 2009 montrait qu’environ la même proportion d’Allemands interrogés étaient pessimistes quant à la possibilité de stabiliser un jour l’Afghanistan.
  • Des messages dramatisant les conséquences d’une défaite de l’OTAN pour les intérêts allemands spécifiques pourraient contrer le sentiment largement diffusé que l’Afghanistan n’est pas le problème de l’Allemagne. Par exemple, des messages illustrant comment une défaite en Afghanistan aurait pour conséquence d’élever l’exposition de l’Allemagne au terrorisme, à l’opium et aux réfugiés pourraient contribuer à faire de la guerre un sujet d’intérêt aux yeux des sceptiques.
  • L’importance octroyée aux aspects multilatéraux et humanitaires de la mission pourraiten calmer les préoccupations de l’Allemagne quant au fait de mener une guerre, quelle qu’elle soit, tout en faisant appel à leurs désirs de soutenir des efforts multilatéraux. Malgré leur allergie au conflit armé, les Allemands étaient prêts à créer un précédent et à faire usage de la force dans les Balkans dans les années 1990 afin de montrer leur engagement à leurs alliés de l’OTAN. Les Allemands interrogés citent l’assistance à leurs alliés comme l’un des plus puissants motifs pour soutenir l’ISAF, selon un sondage INR réalisé à l’automne 2009. (C/NF)

Des appels lancés par le président Obama et les femmes afghanes pourraient augmenter l’effet escompté (C/NF)

La confiance placée par les publics français et allemands dans la capacité du président Obama à gérer les affaires extérieures en général et l’Afghanistan en particulier laisse à penser qu’ils seraient réceptifs à une affirmation directe de leur importance pour la mission de l’ISAF – et sensibles à l’expression directe d’une déception envers des alliés qui feraient défaut.[1]

  • Selon un sondage GMF réalisé en juin 2009, environ 90% des Français et des Allemands ont confiance dans la capacité du président Obama à gérer la politique étrangère. Le même sondage révélait que 82% des Français et 74% des Allemands interrogés avaient confiance dans la capacité du président à stabiliser l’Afghanistan, bien que le délai d’attente avant la mise en oeuvre de la stratégie de montée en puissance (surge) puisse avoir en partie érodé cette confiance.
  • Le même sondage a mis en évidence que, quand on rappelait aux personnes interrogées que le président Obama lui-même avait demandé des déploiements accrus en Afghanistan, leur soutien pour donner suite à sa demande augmentait fortement, passant de 4% à 15% chez les Français interrogés et de 7% à 13% chez les Allemands. Le total des pourcentages est peut-être faible, mail ils suggèrent une sensibilité significative au fait de décevoir un président largement perçu comme synchrone avec les préoccupations européennes. (C/NF)

Les femmes afghanes pourraient servir de messagers idéals afin d’humaniser l’ISAF dans son combat contre les taliban, du fait de la capacité des femmes à parler sur un plan personnel et de façon crédible de leurs expériences sous les taliban, de leurs aspirations concernant l’avenir et de leur crainte d’une victoire taliban. Des initiatives de proximité qui donneraient aux femmes afghanes des opportunités médiatiques de partager leurs histoires avec les Françaises, les Qllemandes et d’autres femmes européennes pourraient aider à contrer le scepticisme largement diffusé parmi les femmes d’Europe occidentale envers la mission de l’ISAF.

  • Selon le sondage INR réalisé à l’automne 2009, le pourcentage de femmes françaises susceptibles de soutenir la mission est inférieur de 8 points à celui des hommes, et celui des femmes allemandes inférieur de 22% à celui des hommes.
  • Des événements médiatiques qui présenteraient des témoignages donnés par des femmes afghanes seraient probablement plus efficaces s’ils étaient diffusés sur programmes à audience large et majoritairement féminine. (C/NF)
Wikileaks. Traduction Gavrouchka pour ReOpenNewsNotes de l’auteur
  1. L’anxiété des Européens provoquée par l’absence de Barack Obama lors du dernier sommet de l’UE et les commentaires selon lesquels cette défection montrait que l’Europe comptait pour bien peu, indique que l’inquiétude concernant la considération de Washington pour l’Europe pourrait constituer un levier utile au maintien de leurs contributions à l’ISAF.
Published on mars 29, 2010 par GeantVert  / reopen911.info/News

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Tanjaawi 215 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine