Magazine Humeur

Le “ratafougnage” sociétal

Publié le 30 mars 2010 par Jlhuss

fg.1269884721.jpgEh oui, un front de gauche préoccupé essentiellement par les questions sociales et économiques (une autre économie) avant de se ratafougner sur les questions sociétales dans le style des délires béhachéliens ou dans celui des khmers verts qui veulent nous imposer les sacrifices liés à leur “décroissance”… sacrifice dont je prends le pari que leurs cadres trouveront des tas de raisons “normales” pour s’en affranchir.

Le hic, c’est que le FG dragouille déjà vaguement Europe-écologie, ce repère de bobos déconnectés des réalités (grosse satisfaction de voir que ça commence déjà à coincer chez eux, les Verts qui ne sont qu’une composante d’Europe-écologie freinant déjà des quatre fers à la pérennisation de la structure: parce que sous leurs grands airs de donneurs de leçon de morale , plus magouilleurs et plus accrochés à leur petit pouvoir de nuisance et à leurs picrocholines querelle de sous-chapelles, y’a pas mieux que la bande à Mamère, Voynet, Cochet, Liepietz et surtout à cette “étoile montante”, Jean-Vincent Placé!)

the_insurrectiondaumier.1269885132.jpg
Moi, je veux un front de gauche pas “plus insurrectionnel que moi tu meurs” mais vraiment à gauche. Raisonnablement productiviste (une autre forme de production), intelligemment redistributeur, volontariste en économie… ce qui présuppose de revenir sur tous les renoncements veules et successifs commis par les “socialistes” et par la droite - bref qui fera le jeu de ceux qui créent vraiment la richesse dans ce pays, à savoir les salariés et les travailleurs indépendants au lieu de privilégier les rentiers et pire, les spéculateurs.

Alors peut être que ce Front de Gauche ne parviendra jamais, à lui seul, à obtenir la possibilité de gouverner (encore que… quand on connaît un peu l’histoire, le nombre de choses considérées comme impossibles et qui sont survenues quelques années, voire quelques mois après et encore, là où on ne les attendait pas du tout!)…

Mais s’il pèse dans la godasse des “socialistes”, il les obligera par sa seule présence à infléchir leur comportement. Et peut être même (là je suis singulièrement optimiste, mais on peut rêver) que sans faire de ces “socialistes” des gens de gauche (n’allons pas trop loin dans l’utopie) on pourra passer un CONTRAT de gouvernance qui permettrait d’obtenir des avancées. “Un pas à la fois, camarade” comme dirait l’éminent Makhno citant l’illustre ancêtre.

prog_commun_73.1269885267.jpg
Ça ne sera jamais un mariage d’amour (pas plus qu’on s’aime d’amour dans la droite dure, qui sait simplement mieux cacher les haines viscérales qui opposent factions et individus de son camp), mais un mariage de raison. Et après tout, bien rares sont les pays démocratiques qui ne sont pas gouvernés par des coalitions apparemment hétéroclites: il vaut mieux un contrat programmatique, même à durée déterminée, chacun restant sur son quant à soit sur le fond, qu’un perpétuel débat idéologique pour tenter d’amener l’autre à penser comme lui.

Mais pour ça, pour peser, il faut que le Front de Gauche se renforce et surtout affirme sans aucune ambiguïté sa vocation sociale. Et pour se renforcer: clarté dans un discours ferme sans être provocateur (comme celui des sectaires trotskystes), savoir renoncer à quelques strapontins plutôt que de recueillir uniquement mépris et condescendance de la part de l’allié puissant qui s’abstiendra de dire “merci”.

Les “socialistes” auraient perdu une ou deux régions pour cause de refus d’alignement sur la base de la soumission de la part du Front de gauche, que la face de la France n’en aurait pas été changée; que ça leur aurait servi de leçon de recevoir ce genre de fessée; qu’en plus, laisser l’UMP en situation de démontrer qu’avec les transferts non compensés de l’état, elle ne ferait pas mieux et même plus mal que les autres, ça aurait été pédagogique.

jean-paul-huchon.1269885547.jpg
Quand je lis ça : … et que je constate que l’actuel Front de gauche a soutenu ce gonze [ndlr : Huchon] (qui a tout à fait le droit de penser ce qu’il pense… mais pas en se disant “de gauche”),… je me dis qu’il y a du boulot!

A propos du voile au NPA (à noter que je n’ai rien à faire et de ce voile, et de ce parti…)

Je note que ceux, à droite, qui sautent comme des cabris en criant “laïcité!” laïcité!” laïcité!” et se “scandalisent” de ce voile sur les cheveux d’une candidate (ça me choque aussi, mais moi je suis vraiment un laïque pur et dur) n’ont pas réagi : quand le Chef a raconté que dans le pays de la séparation de l’église et de l’état, “le curé serait toujours supérieur à l’instituteur pour transmettre des valeurs morales” ; qu’ils ne réagissent pas davantage contre la présence à l’UMP d’une grenouille de bénitier qui s’assume comme telle, présidant le “forum des républicains sociaux” qui appelle à se recentrer sur des “valeurs chrétiennes” ; que dans ce domaine, le Vicomte, annexé par l’UMP, c’est pas mal non plus; et que je ne doute pas que si un quelconque chanoine Kir ressurgissait, avec la popularité suffisante pour leur donner quelque avantage, la présence d’un vêtement sacerdotal dans les lieux de pouvoir ne les offenserait nullement.

chanoine-kir-assembl-e-nationale-1945_1.1269885643.jpg
Alors certaines critiques, oui. Mais pas quand elles sont formulées par un certain camp. La laïcité est un tout qui ne se divise pas, même s’il peut s’interpréter de manières diverses.

La descente - pas forcément inéluctable - du NPA s’explique par plusieurs facteurs (désolé, je ne pouvais pas la rater, celle-là

;)
)

Quand on marie des carpes et des lapins, en général, ça ne produit pas de carpillons, ni de lapereaux, et encore moins des redoutables révolutionnaires.

Au début, la LCR, appareil petit, certes, mais très structuré autour d’une “pensée trotskyste” très fouillée, argumentée, travaillée depuis des décennies par de redoutables dialecticiens animés par le “purisme”.
Ceux qui en sortent, en général, sont comme les gosses qui se sont enfermés un après-midi durant dans le placard des confitures: faut plus leur parler de sucré, et ils émargent ensuite dans le patronat de choc ou dans la droite dure.

Ceux qui y demeurent à jamais prémunis contre le diabète gardent le nid…à défaut d’en faire un nid d’autruche. Ça va, ça vient, mais la maison se maintient à un étiage modeste.

Le “petit facteur qui m’a l’air d’être un mec sacrément autoritaire et auquel il ne vaut pas mieux confier de pouvoir réel (m’est avis que l’industrie du barbelé connaîtrait de beaux jours devant elle) a imposé “l’élargissement aux masses”.

Tout a été dragué, depuis le front de libération des trans, des gays, des lesbiennes, des “jeunes de banlieue” version révoltée, des autres version ayatollahs, des “travailleurs en lutte”, des sans papier, des sans logis, etc. pour constituer ce que serait “promis, juré”, une “mouvance démocratique fondée sur l’anti-capitalisme radical”

Premiers départs: des vieux de la vieille qui estiment qu’on ne fait pas la révolution avec des mecs pas capables de citer Léon dans le texte (traduit, à la rigueur) et in extenso; couillon, parce que c’étaient les plus motivés.

Seconds départs, parmi les entrants à qui on a promis la démocratie directe et qui ont vite compris ce qu’était la FAUSSE DÉMOCRATIE.

L’assemblée générale souveraine, évidemment, mais cornaquée par des mecs rompus aux questions de procédure, de pinaillage, de rhétorique, etc. Faire combattre un poids lourd contre un poids coq, c’est déloyal, mais opposer un dialecticien avec 20 ans d’expérience à un lascar qui a sa révolte (sincère) mais 800 mots pour l’exprimer, c’est “le jeu”.
En plus, quand malgré ces artifices, des décisions d’AG “souveraines” sont cassées par la direction “qui sait”, alors là ça ne va plus du tout. D’où les lascars en question, écœurés de ne pas être correctement considérés et qui se sont cassés.

La démocratie directe, c’est le pouvoir dictatorial du fort en gueule et de celui qui a le temps de causer, sur les autres. Mais quand en plus et malgré cela, les forts en gueule ne l’appliquent pas lorsque (fort rarement) ils sont mis en minorité, alors c’est le répulsif idéal.

Désolé pour les puristes, mais il n’est de vraie démocratie que représentative, et encore quand elle ne se résume pas à la dictature de la majorité sur la minorité. Il est des bases essentielles sur lesquelles le consensus DOIT être trouvé (exemple concret pour me faire comprendre: si 60% de la population décide “à la majorité” une mesure inique qui ne frappera que les 40% restants… est-ce bien démocratique? Remarquez, que ça se fait souvent! Par exemple, les retraités de nos jours sont massivement prêts à imposer aux salariés de maintenant de bosser dix ans de plus qu’eux pour toucher des clopinettes ensuite, et cela pour protéger leurs propres pensions; Sarkozy sait fort bien jouer sur ce genre de clivage)

Ajoutez, pour en revenir au NPA , des soutiens irréfléchis à des luttes perdues d’avance mais présentées comme des certitudes de victoire (comme celle des facteurs des Hauts de seine: 50j ours de grève pour obtenir quasiment des clopinettes… donc six mois à tirer la langue à cause des retenues de salaire et des vacances d’été annulées faute d’artiche - pour rien… ça vaccine surtout quand le leader présente ça comme “une victoire”)

D’autres soutiens à des prolos révoltés, mais qui entendent avant tout défendre leur emploi ou une indemnité conséquente à la place… pas nous la rejouer façon Léon contre Joseph et qui, une fois quart de satisfaction obtenue, renvoient les mecs venus d’ailleurs chez eux.

Tout cela explique que les mayonnaises ne prennent pas toujours, et que des additions font parfois des soustractions. 

Benjamin

[Il réagissait sur la note : “Le NPA ‘balayé’ ” de Makhno .]

Jean-Luc Melenchon, parti de gauche


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Les “pionniers” et leurs enfants

    “pionniers” leurs enfants

    Une vaste étude mérite lecture : Pour la première fois le destin des enfants d’immigrés est étudié avec sérieux semble-t-il. Le  sous-titre est à lui seul tout... Lire la suite

    Par  Jlhuss
    HUMEUR, SOCIÉTÉ
  • Ça bloque au “bloc”

    bloque “bloc”

    C’est épisodique, lancinant, une vraie chronicité ! Dès que l’on aborde le douloureux problème de la restructuration des moyens sanitaires, le même scénario :... Lire la suite

    Par  Jlhuss
    HUMEUR, SOCIÉTÉ
  • On mérite les “Taloche”

    Le H1N1 et Bachelot, les myopathes et le Téléthon, les malades du SIDA et Bergé fâché, la concurrence sur les antennes pour le plus malade, le plus méritant,... Lire la suite

    Par  Jlhuss
    HUMEUR, SOCIÉTÉ
  • Peuples “premiers”

    Peuples “premiers”

    “Il faut relativiser le mot de Science en ce qui concerne les Sciences Humaines.” [Judem ] Certes les sciences humaines se prêtent davantage au charlatanisme qu... Lire la suite

    Par  Jlhuss
    HUMEUR, SOCIÉTÉ
  • Treiber, Musulin : “héros” modernes

    Treiber, Musulin “héros” modernes

    C’est ainsi, celui qui brave la Loi et les polices devient vite un héros populaire. Les discussions autour des bars et sur les trottoirs à cigarettes ne... Lire la suite

    Par  Jlhuss
    HUMEUR, SOCIÉTÉ
  • Montpellier sans “fard”

    Montpellier sans “fard”

    Enfin les choses sont claires en Languedoc-Roussillon, c’est bien Georges Frêche qui emmènera la gauche au combat des régionales pour se succéder à elle-même. Lire la suite

    Par  Jlhuss
    HUMEUR, SOCIÉTÉ
  • Au diable les “certitudes”

    diable “certitudes”

    Comme d’habitude, les réactions des uns et des autres donnent envie de répondre … alors que les souvenirs eux (parfois encore lourds à porter) invitent au... Lire la suite

    Par  Jlhuss
    HUMEUR, SOCIÉTÉ

A propos de l’auteur


Jlhuss 148 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines