Magazine

Dead man’s bones : rencontre fiction

Publié le 30 mars 2010 par Acrossthedays @AcrossTheDays

DEAD MAN’S BONES : RENCONTRE FICTION

Prenez deux amis, deux acteurs, deux amis acteurs nommés Ryan Gosling et Zach Shields. Faites les se rencontrer grâce à leurs copines respectives et attendez qu’il se passe quelque chose, une émulation, une alchimie engagée autour d’un sujet où bien d’images qu’ils ont en commun. Qu’ils apprécient tous les deux. En gros, mettez les de force dans une pièce de votre esprit. Ils se regardent du coin de l’oeil, l’air de rien, essayant de percevoir ce que l’autre pense et là, le trailer de Beetlejuice passe à la télévision – c’est votre esprit, vous avez le droit et le pouvoir de mettre du Beetlejuice quand ça vous chante.

C’est ainsi que j’imagine l’amorce du projet Dead Man’s Bones en 2005 :  autour d’une discussion apparemment anodine entre deux acteurs sur la mort, les cimetières, les zombies et d’autres références faisant allusion à Tim Burton pour l’émotion ou à Georges Romero pour la violence. Quatre ans après, nous voilà en octobre 2009 face à la première galette du duo le plus improbable de ce début de siècle. Et en mars 2010, Across The Days se penche enfin sur Les Os de l’Homme Mort. Une introduction pour commencer :

Avant d’y mettre l’oreille, imaginez un peu la réaction des journalistes musicaux avant d’avoir pu écouter quoi que ce soit des Dead Man’s Bones. Imaginons une discussion entre trois journalistes vers les 11h30 du matin, un lundi matin pluvieux. Ricky Martin a fait son coming out, tout le monde est sous le choc et essaye lamentablement de se donner un peu de courage en mangeant du Nutella, chacun avec son pot. L’ambiance est morose :

  • Gérard (lisant le dossier de presse à sa façon) : « Alors c’est l’histoire de deux acteurs.. hmm hmm, pas connus que je sache, ça commencent bien…, et après ils décident de monter un projet en embarquant une chorale. Ah si, en fait, il y en a un deux qui est plutôt connu : il a joué dans Half Nelson et Notebook. T’sais Notebook, le film pour gamine de 14 ans. »
  • Jean (rires) : « Et ils croient qu’on va écouter leur musique ? Ce petit groupe d’acteurs endimanchés ? Encore un bon projet à la con à la sauce ricaine. Et merde ».
  • Michel : « J’ai entendu dire que ces cons voulaient pas faire plus de trois prises lorsqu’ils enregistraient. J’ai du mal à imaginer un résultat potable avec seulement trois prises live quand on sait qu’il y a une dizaine de gosses derrière eux qui essayent de brailler. »
  • Jean : « Ca sent pas bon ce CD. Oh non, ça sent pas bon. Déjà qu’on est lundi et que Ricky… »

S’en suivent des rires sarcastiques dignes. Dignes de rien. Tout le monde est de mauvaise humeur en ce lundi matin et personne ne veut faire la critique de cet album qui sent « mauvais ». Surtout la pochette. Morbide à souhait, une bonne manière de se tirer une balle pour ce lundi qui commence mal. Et puis l’introduction que tout le monde avait entraperçu sur Vimeo (cf. vidéo d’en haut) : c’est quoi ce truc ? Personne n’a encore été désigné pour écrire un article dessus, ce qui fait que tout le monde essaie de vaguer à ses occupation histoire de pas être remarqué par le rédac’ chef. Aurélien, le nouveau stagiaire, décide tant bien que mal de foutre le CD dans le lecteur. Une bonne douzaine de regards noirs se tournent alors vers lui du genre « oh le con », mais il s’en fout, il finit son stage la semaine prochaine.


À la première écoute, à l’heure du déjeuner, l’oreille des journalistes est attirée, intriguée par un son franchement caverneu et sombre. A la deuxième, les discussions baissent d’un ton, les yeux se lèvent et se rencontrent pour essayer de comprendre le pourquoi du comment de chansons dont ils n’attendaient pas tant. A la troisième, tout le monde ferme sa gueule et écoute religieusement ce disque sortie de nul part car le temps est désormais a l’incrédulité : comment un duo débarquant avec une chorale piquée à la va-vite dans la ville la plus impersonnelle qui existe au monde – Los Angeles – a pu donner un tel résultat ? Comment deux mecs n’ayant jamais joué de la batterie, du piano ou encore du violoncelle, ont-ils eut les couilles de composer un album aussi déroutant, simple et magique à la fois ? Comme dit Jean, « la technique n’est pas vraiment là, mais l’ambiance la fait vite oublier ». Voilà un peu ou prou la réaction des journalistes. Je vous laisse à la votre et aux mains de ces deux chansons qui devraient vous pourchasser pendant pas mal de temps.

Dead Man’s Bones – My body is a zombie for you

Dead Man’s Bones – Pa Pa Power

Photobucket

71.706936 -42.604303

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • No Man's Law

    Man's

    1927Fred JackmanAvec: Oliver Hardy, Barbara Kent, Theodore Von Eltz, Rex le roi des chevaux sauvages A tout point de vue, No Man’s Law est sinon un western... Lire la suite

    Par  Tepepa
    CINÉMA, CULTURE
  • 2 petites vidéos pour le dimanche : Dead Man's Bones, Chapelier Fou

    Dead Man's Bones est un duo composé d'un Américain (Zach Shields) et d'un Canadien (Ryan Gosling), qui ont décidé de faire de la musique, mais avec tout un tas... Lire la suite

    Par  Mikatxu
    CULTURE, MUSIQUE
  • Dead Man's Bones

    En cette période fort pluvieuse par chez nous, et de fête des morts rien de mieux que les Dead Man's Bones, de Los Angeles et leur univers scary/folk dont... Lire la suite

    Par  Lexoguil
    CULTURE, MUSIQUE
  • Why not regarder Bones

    regarder Bones

    Voici les 10 raisons de ne pas regarder Bones : 1 - Parce que vous n'en avez pas assez de vous abrutir devant NCIS, il vous faut Bones en plus ? Lire la suite

    Par  Ladytelephagy
    SÉRIES, TÉLÉVISION
  • dead line

    Les ultimes œuvres de 12 artistes contemporains exposées au Musée d'art moderne de la Ville de Paris sous le titre générique : dead line. Lire la suite

    Par  Micheltabanou
    BEAUX ARTS, CULTURE, EXPOS & MUSÉES, SOCIÉTÉ
  • Dead cities

    Dead cities

    Dead cities Mike Davis Ed Les prairies ordinaires, 2009 Une Terre où la nature recouvre peu à peu ses droits sur la ville après la disparition de l'espèce... Lire la suite

    Par  Nicole Guichard
    A CLASSER
  • science fiction

    Le vaccin Cela dit, il y a quelques années, j'avais fait la connaissance en Allemagne d'un scientifique russe qui faisait des expérimentations sur les souris. L... Lire la suite

    Par  Moinillon
    JOURNAL INTIME

A propos de l’auteur


Acrossthedays 8489 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte