Magazine Environnement

Quand les livres se mettent au vert

Publié le 30 mars 2010 par Sequovia

Quand les livres se mettent au vertPapiers, transports vers les librairies, retours, consommations d’énergies : la facture est salée. Avec plus de 80 % des livres pour enfants fabriqués en Chine et 30 % de la production de livres  au pilon, l’édition peut beaucoup mieux faire en terme de développement durable… Hier, à  l’occasion du Salon du livre, un collectif de petites maisons d’édition a décidé de publier une charte de bonne conduite afin d’alléger le poids environnemental du secteur.

1,83 kilogramme de CO2 par livre

Quand les livres se mettent au vertSelon une étude du Cleantech Group, entre sa sortie des rotatives et sa mort au fond d’une poubelle, un livre émet en moyenne 1,83 kg d’équivalent CO2 selon une étude réalisée par le cabinet Carbone 4, pour le compte d’Hachette. Le rapport souligne, outre la prédominance attendue des émissions liées à la fabrication du papier, l’importance du poste fret (par avion notamment).
De plus, un livre électronique est estimé à 250kg d’équivalent CO2 en tenant compte de la fabrication du lecteur numérique. Selon Carbone 4, pour qu’un livre électronique soit plus favorable que l’achat papier, il faudrait lire au moins 80 lires par an sur trois ans sur le lecteur numérique. Or, les Français en lisent 16 en moyenne chaque année.

Des éditeurs écolo-compatibles

Depuis plusieurs années, des éditeurs indépendants expriment la volonté de maintenir au plus bas leur empreinte environnementale. Sept éditeurs français indépendants (éditions du Terran, Rue de l’échiquier, Pour penser à l’endroit, éditions Yves Michel, éditions La Plage, Plume de Carotte et La Salamandre) ont décidé de réagir. Rassemblés au sein du collectif des éditeurs écolo-compatibles, il  tiennent pour la première fois jusqu’à demain, un stand commun au Salon du livre de Paris, qui met à l’honneur les petits éditeurs. « Notre objectif, ce n’est pas de nous autoproclamer éditeurs 100 % éco-responsables et sans reproches, selon Albert de Pétigny, jeune éditeur choletais, mais de proposer des pistes de réflexion et d’action. ».La très grande majorité des livres pour enfants est imprimée en Asie, y compris un petit bouquin pour sensibiliser les enfants au respect de la planète ! Un quart des livres ne fait que voyager. » Poursuit-il.

Une liste de recommandations

Sans aucun signe distinctif, des livres pourtant très différents se retrouvent côte à côte en librairie: certains ont été imprimés à plusieurs milliers de kilomètres sur des papiers issus de la destruction de forêts primaires; d’autres livres ont fait l’objet à toutes les étapes de leur vie d’une attention portée à leur impact sur l’environnement. Les éditeurs écolo-compatibles souhaitent proposer une charte « à minima » afin d’indiquer au lecteur que le livre présenté répond à une série de critères sociaux et environnementaux.
Ces éditeurs écolo-compatibles ont publié une liste de recommandations : choix d’un papier labellisé, de rotatives situées à moins de 1000 kilomètres de la maison mère mais aussi  d’un imprimeur estampillé « Imprim’vert ».

Quand les livres se mettent au vertL’objectif d’Imprim’vert est de sensibiliser mais surtout d’accompagner les imprimeries à mieux gérer la filière de leurs déchets, dangereux ou non. Auparavant, une entreprise pouvait se différencier d’une autre grâce à Imprim’vert. Maintenant,  avoir ce logo accolé à  son entreprise est devenu un minimum. Sur 5000 entreprises concernées par Imprim’vert, 2000 y sont soumises en France, soit 80% du volume d’imprimés.

Avis Sequovia

Le grand public est peu informé sur la fabrication et le cycle de vie des livres. Sensibiliser le grand public et l’amener à se questionner sur l’achat d’impulsion est une première démarche. De plus, encore trop peu de libraires connaissent ces éditeurs dont les lignes éditoriales ne sont pas cantonnées qu’au secteur environnemental ou militant. L’initiative des Editeurs écolo-compatibles doit encore prendre de l’ampleur mais cela va dans le bon sens.
A noter qu’une étude sur l’éco-conception dans l’édition papier est en cours.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Sequovia 1882 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte