Magazine Société

L'échange de pratiques, une forme de capitalisation

Publié le 15 février 2010 par Nicolas Martin

Dans le Traverses d'octobre 2004 , Philippe VILLEVAL (Handicap International) et Philippe LAVIGNE DELVILLE (GRET - Groupe de Recherche et d'Echanges Technologiques) citent Pierre DE ZUTTER pour définir la capitalisation:

c'est le passage de l'expérience à la connaissance partageable

Le 18 mars 2009, j'ai organisé avec ISSIFOU IMOROU Zakari une rencontre entre les deux groupements de femmes de Kérou (celles du quartier de Waroungourou et celles du quartier de Karigourou) et celui de Brignamaro. Les deux sites sont distants de 15km.

L'ambiance était festive. Des musiciens nous accompagnaient et ils rythmaient chaque changement de jardins. (vidéo ci-dessous)

Les photos des jardins sont disponibles dans la rubrique "Albums photos".

Pourquoi avoir préparé cette rencontre?

Les différences de pratiques entre les groupements de Kérou et de Brignamaro sont nombreuses.

Technique agricole

P1070068.JPG
Les femmes de Waroungourou avaient un jardin productif, trois mois après le début de leur travail. Elles pouvaient donc expliquer les résultats obtenus suite à la préparation du sol en profondeur. C'était l'innovation technique que je leur avais apportée cette année, inspirée du Jardin Tropical Amélioré de JTS.

De leur côté, les femmes de Karigourou n'avaient pas voulu utilisé cette méthode et celles de Brignamaro ne la connaissaient pas.

Par cet échange, je voulais que les femmes de Waroungourou expliquent comment elles préparaient le sol, qu'elles diffusent l'innovation et présentent leurs résultats aux autres participants. (photo ci-contre)

Sur ce thème, le GRET précise qu'au cours de rencontres organisées, les paysans expérimentateurs échangent entre eux à propos de leurs activités de recherche et les font connaître aux autres paysans. [...] Les discussions ayant lieu directement de paysans à paysans, les problèmes de compréhension qui peuvent surgir lors de l'intervention d'un technicien sont évités.(1)

Accès à l'eau

Alors qu'à Kérou les femmes font le jardin au bord d'une retenue d'eau jamais asséchée, les femmes de Brignamaro doivent creuser et puiser. A cette époque, elles récoltaient des fonds pour obtenir une motopompe.

La première impression des représentantes de ce groupement a été de dire que l'eau est facile ici!

Organisation

Le groupement de Brignamaro est structuré avec un bureau (président, trésorier, secrétaire) et possède des statuts et règlements. Les bénéfices récoltés par la vente des légumes vont dans une caisse commune.

A Kérou, les groupements de femmes se font par quartier et il n'y a pas de bureau. Il y a une responsable qu'elles choisissent elles-mêmes. Chacune d'elle tire profit de sa propre parcelle.

Conclusion

Cette rencontre a permis aux femmes de présenter leurs techniques, leurs résultats, de se rendre compte de l'importance des conditions de l'accès à l'eau et de la préparation du sol. Elles se sont mutuellement conseillées.

Dans l'appui aux capacités paysannes d'innovation du GRET; les échanges entre paysans deviennent alors des déterminants dans l'adaptation et la diffusion des innovations.

Dans la plupart des cas,[...], l'innovation est une greffe d'éléments techniques nouveaux sur un substrat de savoir local. Le savoir local, constitué lui-même d'une multitude de références techniques, est lui-même source d'innovation lorsqu'il interagit avec ces éléments nouveaux [...].(2)

(1) L'appui aux capacités paysannes d'innovation – p 9

(2) L'appui aux capacités paysannes d'innovation – p 83


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Nicolas Martin 19 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte