Magazine

Cime des Collettes

Publié le 12 avril 2010 par Stephxiii
Cime des Collettes

Départ du lavoir à l'entrée du village de Toudon

Comment y aller
La nouvelle D6202, en venant de Nice, vous amènera rapidement au village de Gilette via la D17. Après le village, vous prendrez la D27 en direction de Revest-Les-Roches puis Tourette-du-Château et enfin Toudon. Vous pourrez stationner à l'entrée du village.
La randonnée

Le chemin commence à gauche du lavoir par des escaliers plutôt raides qui vous conduiront à une route goudronnée que vous traverserez légèrement sur la gauche pour attaquer le chemin de randonnée proprement dit. Aucun problème pour trouver votre route tout au long du trajet parfaitement bien balisé. La preuve, je ne me suis pas perdu une seule fois, ce qui ne m'était pas arrivé depuis pas mal de temps.
Vous marcherez jusqu'à la balise 62 où vous quitterez le chemin qui conduit aussi au mont Vial pour partir à gauche vers la baisse et la cime des Collettes.
Cime des CollettesAprès un passage en forêt vous arriverez sur une partie découverte qui vous mènera aux ruines de Gabergia et à la balise suivante (90) qui précède le plateau des Sebairons.
Cime des CollettesTout au long de ce chemin vous pourrez admirer la vallée de l'Esteron et ses plissements caractéristiques, la station de ski de Gréolières et le Cheiron dont on voit généralement l'autre face dans l'échancrure des gorges du Loup.
Après un passage presque plat idéal pour un pique nique au pied des ruines (bien qu'il soit un peu tôt pour manger dans le timing de cette randonnée) vous attaquerez la montée vers la baisse des Collettes.
Si vous êtes attentifs, vous remarquerez peut être au sud l'église du vieux Pierrefeu, à cheval sur le dos de la montagne.
Cime des CollettesVous traverserez alors un paysage calcaire étonnant. J'ai regretté le soleil sans nuage de cette fin de matinée car la succession de roches blanches doit être absolument splendide dans une lumière rasante ou même dans le brouillard qui doit alors s'accrocher aux éperons rocheux. Un mélange de Zabriskie point et du Seigneur des Anneaux.
Attention quand même à quelques passages un peu risqués en raison des éboulis. Le chemin en lui même est raisonnablement large mais il vous faudra parfois mettre les mains. De plus, quand on voit le nombre et la taille des morceaux qui jonchent la falaise, on se dit qu'un rocher pourrait bien nous écraser au prochain virage.
A la sortie de ce monde étrange, vous arriverez à la baisse des Collettes qui est le carrefour de plusieurs chemins de randonnée.
Cime des CollettesSi vous êtes courageux, faites un - grand - tour par le mont Brune, si caractéristique de la vallée de l'Estéron, avant de revenir pour attaquer la montée vers la cime des Collettes. Le chemin traverse une belle forêt de mélèzes. Durant la première partie de la montée, vous pourrez apercevoir le Mercantour à travers les arbres sur votre gauche. Comme depuis le départ, la montée est soutenue sans être vraiment difficile. Le chemin s'élève jusqu'à la balise 92. Montez alors plein sud vers la cime des Collettes que vous atteindrez rapidement.
Au sommet, la vue à 360° est magnifique, entre le littoral, la vallée de l'Estéron, le mont Mounier et le Mercantour vous ne saurez plus où donner de la tête. Le Mercantour, bien qu'éloigné, est particulièrement spectaculaire avec une brochette Argentera-Gelas-Grand Capellet dont vous me direz des nouvelles.
Si vous ne vous êtes pas trop gavés sur le pré des Sebairons, c'est le bon moment pour sortir le saucisson et le pain de campagne. Pour moi, le sentiment d'être au bout du monde était d'autant plus fort que je n'ai rien croisé d'autre qu'un beau rapace clair que je n'ai malheureusement pas su identifier pendant toute la randonnée.
Après ce grand moment de plénitude et un repos bien mérité, vous pourrez attaquer la descente en commençant par rejoindre la balise 92. Le chemin vers Toudon est moins large et moins agréable que celui emprunté à l'aller. Cette partie est très exposée et n'oubliez pas de prendre un chapeau si vous faites cette randonnée en été. Vous aurez quand même le mont Vial en point de mire et parfois de belles formations rocheuses qu'on croirait prêtes à s'écrouler à tout moment. Le paysage est plus lunaire qu'à l'aller et même le passage en forêt, un peu avant d'arriver à Toudon, est moins agréable que celui précédant l'arrivée au sommet.
La fin du parcours rejoint la balise 62 que vous avez déjà croisée à l'aller.
C'est une belle randonnée agréable, pas très difficile et assez variée. La vallée de l'Estéron et le Mercantour vous donneront l'occasion de vous régaler les yeux. Si vous êtes chanceux - et silencieux - vous croiserez peut être un sanglier ou un chevreuil dont vous verrez des traces tout au long du chemin.
Quelques chiffres
Altitude au départ : 993 m
Altitude au sommet : 1513 m
Dénivelé : 520 m
Durée : 3 h30
Niveau : Moyen, chemin très bien balisé. Quelques passages en bord de ravin. Montée soutenue jusqu'au sommet


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Stephxiii 3 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte