Magazine Médias

La vie privée des hommes politiques est-elle une arme politique ?

Publié le 16 avril 2010 par Delits

Avec les dernières rumeurs sur le couple présidentiel, ce sont une nouvelle fois les frontières entre vie privée et vie publique qui paraissent brouillées. Délits d’Opinion a rencontré Jean-Daniel Levy, directeur du département Opinion de l’institut CSA, quelques jours après la publication d’une enquête consacrée à la place de la vie privée des politiques dans le regard que leur portent les Français.

La vie privée des hommes politiques est-elle une arme politique ?

crédit photo :Todd Huffman

Délits d’Opinion : Les médias français semblent porter un intérêt élevé pour la vie privée des hommes publics. Les Français y attachent-ils également une importance élevée ?

Jean-Daniel Levy : L’intérêt des médias pour la vie privée des personnalités politiques est paradoxal. Ce constat est vrai si l’on considère la croissance du nombre d’articles consacrés à leur vie privée et les nombreuses révélations rendues publiques depuis quelques années. Dans le même temps, si l’on compare cette situation à celle de l’Angleterre ou des Etats-Unis, on observe qu’il existe un véritable fossé avec nos voisins ainsi qu’une distance bien plus importante de la part des médias hexagonaux.

En France, la notion de « secret » semble tenir encore bon et une majorité des médias se refusent à « aller trop loin ». Sur ce sujet, la rumeur récente qui a fait tanguer l’Elysée est digne d’intérêt, car on a pu observer un nombre important de reprises dans la presse étrangère, alors que les médias français n’en n’ont pas fait écho jusqu’à ce que Pierre Charon, le conseiller spécial du Président, n’intervienne dans le débat.

Le second constat que l’on peut faire démontre la schizophrénie consciente des Français. En effet, bien qu’ils aiment consulter avec une certaine forme de frénésie les derniers potins concernant nos responsables politiques lorsque ceux-ci font la une des magazines people, ces éléments n’entrent absolument pas en ligne de compte lorsqu’il s’agit de juger de l’action des uns et des autres.

Trois exemples démontrent de manière claire ce constat. Tout d’abord, on peut citer l’exemple de la relation entre Nicolas et Cécilia Sarkozy. A aucun moment, les départs, les  retours et même le divorce du couple n’ont eu un impact sur les intentions de vote en faveur du candidat ou de la cote de popularité du Président.

De la même façon, la séparation entre Ségolène Royal et François Hollande n’a jamais conduit à une désaffection des sympathisants de la candidate du Parti Socialiste lors de la campagne électorale. Enfin, les révélations d’aventures extraconjugales de Dominique Strauss-Kahn n’ont pas non plus impacté négativement le regard des Français à l’égard du Président du FMI, en tant que dirigeant ou même en tant que potentiel candidat à la présidence de la République en 2012.

 

Délits d’Opinion : Ce niveau d’intérêt constitue-t-il une particularité vis à vis de nos voisins européens ? Exprime-t-il une différence de perception entre différentes cultures ?

Jean-Daniel Levy : Il existe en effet des contextes culturo-religieux différents entre la France, pays historiquement catholique, et certains de nos voisins protestants. Dans ces pays, les critères de moralité ne sont pas appréciés de la même manière et surtout, le jugement premier n’est pas identique. En effet, si dans les pays anglo-saxons on entend juger les personnes publiques et politiques sur le fait qu’elles soient « bien en tant qu’individu », en France on préférera s’intéresser à leur capacité à être de bons dirigeants et assurer la mission extrêmement complexe qu’ils doivent remplir.

Ainsi, Jacques Chirac a eu beau être perçu comme « officiellement malhonnête », cela ne l’a pas empêché de remporter deux fois l’élection présidentielle et d’être élu Maire de Paris. De la même manière, de nombreux responsables politiques ont été condamnés pour des faits graves sans que cela ne conduise à la fin de leur carrière politique.

Délits d’Opinion : La médiatisation de la vie privée des politiques est-elle une stratégie de communication leur permettant de faire de la politique sans en avoir l’air ?

Jean-Daniel Levy : Avant tout il faut préciser que sur un plan purement politique, les éléments de différenciation en termes de programme et de modèle de société entre la droite et la gauche sont peu nombreux aux yeux des Français. Au regard de ce constat, partagé par de nombreux responsables politiques, le choix a été fait de déplacer le curseur du choix sur des questions de posture, d’image et d’incarnation, à la fois comme dirigeant politique et comme citoyen. La conséquence directe de ce choix a été la mise en avant spontanée et volontaire de ce que sont les dirigeants politiques en tant qu’individu.

A titre d’exemple on peut citer Ségolène Royal, qui à la naissance de sa fille accepta de recevoir les médias à la maternité. De son côté, Nicolas Sarkozy fut également un précurseur en rendant publique relativement tôt sa relation avec Cécilia, n’hésitant d’ailleurs pas à oser certains gestes jusqu’ici réservés à la sphère privée. Ainsi, un baiser ou une ballade main dans la main ont pu franchir la barrière entre vie privée et vie publique ; rapprochant dès lors le candidat des électeurs. Ces attitudes ont ainsi permis à des responsables de donner du contenu concernant leur vie privée, comme ce fut le cas avec la course à pied pour Nicolas Sarkozy ; un message de dynamisme envoyé à tous.

Il ne faut néanmoins pas voir cette mise en avant d’une partie de la vie privée comme un renoncement à proposer des changements forts pour la société. Comme on a pu le voir lors de la campagne présidentielle de 2007, les candidats ont défendu certains thèmes majeurs, que ce soit l’identité nationale, la valeur travail ou le mérite.

La réelle différence avec le contexte des années 1970 ou 1980, c’est que les partis institutionnels se rejoignent sur le modèle de société après avoir dépassé la barrière des idéologies. Désormais, les orientations en termes de politiques publiques apparaissent moins ambitieuses pour les Français, ce qui impose des choix plus forts au niveau de la posture.

Délits d’Opinion : Enfin, revenons sur les diverses affaires qui ont concerné Nicolas Sarkozy depuis son arrivée à l’Elysée (divorce, remariage, rumeurs…). Ces séquences médiatiques ont-elles eu une influence sur sa perception par la population ?

couple sarkozy

Jean-Daniel Levy : En réalité les Français s’attachent à repérer si l’on parle de la vie privée ou si on l’expose. Dans le premier cas, les Français témoigneront d’un réel intérêt, aborderont ces questions dans leur sphère privée, mais dans le même temps ils ne considèreront pas que c’est un réel argument politique qui est utilisé par le responsable politique en tant que tel. L’épisode de la visite à Disneyland est à ce titre à classer dans cette première catégorie, car les médias ont surpris le couple alors que ces derniers ne comptaient pas en faire un outil de communication.

Quelques mois plus tard, la séquence médiatique qui s’est déroulée à Petra en Jordanie a été perçue par les Français comme une exposition volontaire, et donc une stratégie d’utilisation de la vie privée à des fins politiques. Le fait que Nicolas Sarkozy se soit laissé prendre en photo avec le fils de Carla sur les épaules a été perçu comme un instrument politique grâce auquel le président pouvait faire passer un message politique. Cet épisode a d’ailleurs été particulièrement négatif, car pour la première fois, l’image d’un président désintéressé proposée lors de la campagne s’est trouvée remise en cause.

A la lumière ce qui a été décrit concernant le rapport vie privée/vie publique en France, ce genre de comportements est en profond décalage avec ce que les Français attendent en cette période de crise, à savoir un dirigeant qui remplit ses fonctions et sa mission. En définitive, les Français se fichent de l’état de la vie privée de leur Président, à condition qu’il s’acquitte de la tâche pour laquelle les Français l’ont élu.

Propos recueillis par Raphaël Leclerc


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Delits 5050 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte