Magazine

Le loup n'y est plus

Publié le 20 avril 2010 par Didier54 @Partages
Le loup n'y est plusY'a des blogueurs, ils sont vachement bien.
Ainsi Agnès, dite Le Monolecte.
Elle m'épate souvent, pour ne pas dire qu'elle m'épate la plupart du temps, en ce qu'elle produit des écrits dont j'ai simplement eu la pensée (et puis c'est parti) et qu'elle développe avec son style bien à elle mieux que je ne l'aurais fait.
Je me surprends, la lisant, à penser finalement plus de choses que je ne le croyais.
C'est une agréable sensation.
Ainsi sa dernière prestation (publication), intitulée L'interstice. Où il est question d'un certain nuage de cendres. Le point de départ à une démonstration qui m'est venue à l'esprit. Ce ne furent chez moi que quelques mots. C'est chez elle une analyse. Bravo.
C'est vrai que maintenant, le moindre truc fout un bordel monstre. Et c'est vrai que les médias nous font de ces pataquès, qu'on croirait que tout est devenu Hiroshima en pire. Là, c'est la cendre. Récemment, ce furent de la neige, du vent, de l'eau. Je note aussi qu'on ne coupe plus, désormais, dés qu'il y a des "gros" week-ends ou des vacances, aux alertes routières, au attention, ça va être le bordel. Tout est placé fissa en zone orange, en vague rouge. C'est plus affolé qu'affolant, quand on y pense. L'expérience aidant.
Souvent, en effet, constatons-le, la réalité est bien loin de la... fiction. L'actu marchandisée est ainsi faite. Elle n'est plus miroir de ce qu'on vit mais déformation amplifiée de ce qu'on ne vivra pas.
Curieuse singerie.
Ainsi le week-end dernier. Sommes revenus de Bretagne avec en perspective un plan galère, c'était dit, c'était annoncé, ça chassait croisait entre vacanciers. Etions un peu inquiets à l'idée de rôder autour de la capitale notamment. En vrai ? Que dalle, pas un chat !
Ainsi, autre exemple, ce témoignage d'un copain à l'époque des banlieues enflammées. Se rendait à Strasbourg. Ecoutait la radio. S'approchait du quartier le pensant à feu et à sang, flippant quand même. En vrai ? L'a cherché traces du drame, pas vu.
On dirait que le principe de précaution a enfanté d'un monstre d'inquiétude.
Gamin, on me racontait l'histoire du type qui crie au loup et qu'on entend plus.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Didier54 35 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte