Magazine Société

La Grèce veut jouer à qui perd gagne

Publié le 20 avril 2010 par Lecriducontribuable

Lu sur « La dette de la France », le blog de Philippe Herlin :

La Grèce vient encore de réussir à placer sa dette, mais à quel prix ! Le double du taux habituel : 3,65 % au lieu de 1,67 pour la même opération en janvier dernier. Il s’agit d’un prêt à trois mois, autrement dit servant simplement à repousser les échéances. Et pendant ce temps, le gouvernement grec négociera avec ses partenaires européens des prêts garantis et moins coûteux prévus par le plan d’aide européen. Pourquoi se gêner ? Ce serait, nous le disons ici depuis le début, mettre le doigt dans un engrenage dangereux, transformant potentiellement la crise grecque en crise européenne, engageant des ressources qui manqueraient plus tard, y compris pour la France si elle devait perdre son triple A. Les Grecs payent les erreurs du passé, les leurs, pourquoi se substituer à eux ? Leurs statistiques publiques ont été falsifiées, et ne sont pas plus crédibles aujourd’hui, qu’ont-ils fait pour garantir le sérieux et l’indépendance de leur comptabilité publique ? Rien. Principe de précaution : attendons d’avoir les vrais chiffres pour décider quoi que ce soit…


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lecriducontribuable 47178 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine