Magazine Environnement

Un gène pour survivre aux inondations

Publié le 20 avril 2010 par Faunus
Physiologie végétale

HsfA2, permettant aux plantes de résister pendant une courte période en l’absence d’oxygène, comme cela se produit lors d’une inondation. Cette découverte est particulièrement importante si l’on considère le nombre de catastrophes naturelles provoquant des inondations dans le monde entier en raison notamment, du changement climatique.


Un gène pour survivre aux inondationsLes plantes ont différentes stratégies d’adaptation à la submersion : certaines poussent rapidement afin d’atteindre la surface de l’eau et de transférer l’oxygène aux parties immergées de la plante, d’autres comme le riz ralentissent leur propre métabolisme et entrent dans une sorte de léthargie qui leur permet de survivre complétement immergées, en attente.

Cette étude a mis en évidence l’existence d’un mécanisme de protection de l’homéostasie cellulaire qui fait qu’une situation de carence en oxygène n’entraîne pas une désagrégation de la cellule. Grâce à une série d’expériences, les chercheurs ont réussi à identifier le gène HsfA2, responsable de la tolérance à l’immersion. Ce gène est déjà présent dans les plantes mais ses niveaux d’expression sont trop bas pour en garantir la survie. Or, des plants transgéniques de Arabidopsis thaliana, où l’expression du gène HsfA2 est multiplié par cent, réussissent à survivre jusqu’à deux jours en totale absence d’oxygène.

« Nous sommes convaincus, affirme Pierdomenico Perata, responsable de l’étude, que HsfA2 provoque la production et l’activationd’une série de protéines indispensables à la protection de la cellule dans une situation de crise énergétique, capables donc de maintenir l’environnement cellulaire le plus intact possible, dans l’attente du retour de l’oxygène. Nous sommes en train de vérifier combien cette capacité de tolérance à la submersion basée sur ce gène est répandue » . L’étape suivante consistera à identifier les espèces végétales qui présentent des niveaux très élevés d’expression du gène et de vérifier la possibilité de sélectionner, sur la base de ce critère, les espèces les plus tolérantes à l’immersion.

La découverte du gène HsfA2 pourrait avoir de nombreuses applications dans le domaine agricole où il serait important de pouvoir disposer de plantes capables de tolérer des terrains argileux et asphyxiés.

Pour en savoir plus, contacts : - L’étude complète a été publiée sur Plant Physiology : Valeria Banti, Fabrizio Mafessoni, Elena Loreti, Amedeo Alpi, and Pierdomenico Perata, « The Heat-Inducible Transcription Factor HsfA2 Enhances Anoxia Tolerance in Arabidopsis », n°152: 1471-1483.
- Pr. Pierdomenico Perata, PlantLab – Tél : +39 050 883355 – Email : p.perata@sssup.it

Source : bulletins-electroniques.com

Un gène pour survivre aux inondations


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Faunus 33 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine