Magazine Cinéma

Remember Me - Live in the moments

Par Ashtraygirl

remember me Je n'essaierais même pas de vous la faire à l'envers.

Promis.

Je vais d'ailleurs être parfaitement franche quant aux motivations qui m'ont poussé à voir ce film:

Oui, je brûlais de le voir à cause de Robert Pattinson.

Non, ça n'était pas la seule raison. (Il se trouve que j'aime beaucoup Lena Olin et que le pitch m'a interpellé)

Oui, je me suis efforcée de conserver un regard très critique par rapport à l'ensemble...

Et non, je n'y suis pas entièrement parvenue.

Parce que ce film m'a prise de court, tout simplement.

"Gandhi said whatever you'd do in life, it would be insignificant. But it's very important that you do it."

Le ton est donné dés les toutes premières minutes, abruptes, tendues, glaçantes. Remember Me s'annonce d'emblée comme un film jouant sur une corde émotive en constante vibration, à la limite de la rupture, modulant ses effets avec délicatesse, ménageant quelques accès tantôt fiévreux, tantôt furieux, sans jamais se départir de sa vocation intimiste, parfaitement traduite à l'écran. Contrairement à ce que donne à penser la B.A., il ne s'agit pas là d'une énième fable à l'eau de rose noyée sous des déluges de bons sentiments visant à faire battre les coeurs tous mous des midinettes en jupes courtes par tous les moyens possibles. Il ne s'agit pas non plus d'un drame téléphoné se focalisant sur le mal-être adolescent d'un garçon post-pubère en mal de reconnaissance paternelle. Même si, en effet, il y a un peu de ces deux courants dans le flot de Remember Me, ils n'en sont que des composantes aux bornes floues se mêlant avec un réalisme parfois confondant au canevas complexe de ces existences entremêlées.

remember me

Remember Me traite du deuil, entre autre. De l'acceptation de l'absence de l'autre et de la présence de ceux qui restent. De la culpabilité d'être en vie et de la quête de sa propre place dans celle-ci. Du souvenir, à la fois vivace et evanescent, dernier témoignage aléatoire d'une existence terminée. Que reste-il, après de ceux qui sont partis? Que reste-t-il à faire pour contrer le malaise qui en résulte, si complexe? Sans apporter de réelles réponses - parce qu'il n'y en a guère - à toutes ces interrogations soulevées en filigrane, le film évoque, plutôt subtilement, l'hypothèse la plus raisonnable: le devoir de profiter de chaque occasion, de chaque moment, la nécéssité d'être en accord avec soi-même et attentifs aux siens, dans l'espoir de laisser derrière soi une trace, une impression, un sentiment, même fugace, de ce que l'on a pû être.

remember me
Et c'est là que l'on nous parle d'amour, sous d'avantage de formes qu'il n'y paraît au commencement: romantique, amical, fraternel, filial...

Le film aborde une belle densité de notions sans jamais s'apesantir ni se discréditer. Le tout bénéficie d'une réelle  cohérence, d'une très belle émotion et surtout d'un aspect hautement sincère et vrai qui lui confère toute sa force de persuasion. Le récit ne connaît pas de creux, déroulant son fil dans une parfaite fluidité qui a l'amer mais cependant appréciable goût de la vie.

"I'm working on the "forever" part"

remember me
Beaucoup de critiques sont revenues (et reviendront encore) sur la fin de Remember Me. Et beaucoup d'entre elles insistent sur son importance capitale et l'impossibilité totale d'en parler de quelque manière que ce soit, sous peine d'en gâcher l'effet de surprise. Ces critiques ont raison, au moins en partie. Car il est clair que le denouement de Remember Me est sans nul doute le point le plus discutable du film, dans le sens où, si, dans le contexte, il n'est pas absolument surprenant, il déstabilise totalement à ce point de la narration. Pour ma part, je n'ai pas vu le coup venir, partie dans des anticipations toutes plus rocambolesques les unes que les autres, sans parvenir à mettre le doigt sur les quelques indices disséminés au fil de l'intrigue. Le plus bouleversant dans ce final, ce n'est pas tant la surprise que créée la "découverte" de celui-ci, mais plutôt l'affreux stigmate qu'il représente à l'échelle de l'histoire. Bien que je sois très critique à l'égard d'un tel choix scénaristique, je dois admettre qu'il s'inscrit douloureusement bien dans le fond, tant il réhausse de lui-même sa propre cruauté. C'est à la fois finement joué, (em)poignant, discutable mais cependant inattaquable. Elle aurait néanmoins été plus percutante encore si Allen Coulter avait eu la sagesse de s'arrêter à temps... C'est le seul bémol que je ferais au film.

remember me

La distribution est un sans faute - et c'est assez rare pour le souligner - chaque interprète collant parfaitement à son personnage, avec une belle authenticité. Les seconds rôles, même infimes, sont impeccables (Chris McKinney, Kate Burton); la jeune Ruby Jerins convainc sans problème, attachante, tandis que Tate Ellington joue les trublions de service à la perfection, véritable soupape à la tension ambiante. J'ai retrouvé Lena Olin, bien que très en retrait, avec beaucoup de plaisir, mais j'ai déploré, en revanche, que le rôle de Chris Cooper ne soit pas plus développé. Pierce Brosnan en impose (comme souvent depuis qu'il a arrêté Bond) en buisnessman hautain et distant adepte du lavage de linge sale en public, dans un rôle sensiblement similaire à celui qu'il tenait dans le dernier Polanski, d'ailleurs. Et devant tout ce beau monde, le duo de tête, lui, explose.

Je n'avais pas la moindre appréhension quant aux capacités d'interprétation de Pattinson (je soutiendrais à qui dira le contraire que le garçon est talentueux au possible), qui livre ici une performance suffisamment distante du vampire de Twilight pour souffrir la comparaison. On ira encore lui reprocher que le rôle du type introverti lui colle à la peau, pourtant, il faudra s'y faire: il est terriblement convaincant. Et doté d'un charisme un peu désuet qui sublime son jeu. Pourtant, la très bonne surprise vient d'Emilie de Ravin que, jusqu'à présent, je ne portais pas dans mon coeur. Ici, la demoiselle excelle, tempère, souffle le chaud et le froid, pétille, apaise et exacerbe tour à tour, lumineuse, mettant en avant une fragilité à fleur de peau qui sied à merveille au personnage.

Inutile de vous dire que le duo fonctionne mieux que bien à l'écran, incarnant l'un des couples les plus délicieusement touchants et réalistiquement romantiques que j'ai pu voir au cinéma. J'ai complètement adhéré à leur histoire qui fleure bon les complications banales d'une idylle au quotidien sur fond de errements personnels.

remember me

En résumé, j'ai véritablement été soufflée par cette histoire qui m'a emportée du début à la fin, et dont la forme, sublime, n'a d'égal que le fond, intense. Si certaines considérations se contenteront d'allégations de surface, l'ensemble revêt une profondeur insoupçonnée et accrocheuse, qui dépasse de beaucoup le simple film "calibrée pour les fans de Pattinson". Le tout m'a convaincue de bout en bout, faisant montre d'une réelle quête d'authenticité, que je juge atteinte. Gros coup de coeur, vraiment, tant pour la qualité de ses interprètes que l'histoire, saisissante.

Je ne me souviendrais probablement pas de tous les films que j'ai pu voir dans ma vie.

Mais, assurément, je me souviendrais de celui-là.


*Indice de satisfaction:

4etoiles.jpeg
(-)

*1h53 - américain - by Allen Coulter - 2010

*Cast: Emilie de Ravin, Robert Pattinson, Pierce Brosnan, Chris Cooper, Lena Olin, Ruby Jerins, Tate Ellington...

*Genre: La fureur de vivre

*Les + : Un récit profond, intense, fouillé, superbement filmé et interprété avec foi. Un drame sans fausses notes, constant de A à Z. La fin apporte un climax bouleversant.

*Les - : Le final, peut-être, paradoxalement.

*Liens: Fiche Film Allocine

*Crédits photo: © SND


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ashtraygirl 101 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine