Magazine Environnement

Ogm

Publié le 20 avril 2010 par Greenapple

OGMLes OGM sont au cœur des débats actuels.. Nombreuses sont les rumeurs à leur sujet, certaines sont fondées et d'autres pas du tout. Il est alors parfois difficile de se faire sa propre opinion, de trier le vrai du faux.
Je ne prétends pas ici proposer un dossier exhaustif sur les OGM, ni détenir la vérité absolue. 
1. Mais au fait, les OGM c'est quoi?
"Les OGM, ou Organismes Génétiquement Modifiés sont des organismes vivants dont le patrimoine génétique a été modifié par l'homme." (merci Wikipedia) ou encore la définition légale "un organisme à l'exception des êtres humains, dont le matériel génétique a été modifié d'une manière qui ne s'effectue pas naturellement par multiplication et/ou par recombinaison naturelle"Les OGM trouvent aujourd'hui leur utilisation dans le secteur de la médecine et de l'agriculture.Je ne compte pas vous faire un cours sur les processus utilisés, car ce n'est pas mon domaine et il est inutile que je vous recopie ce que vous trouverez très bien sur internet ou dans des livres. Tapez OGM sur Google un total de 4 920 000 résultats apparaitront; de quoi combler tous les internautes.Les hommes utilisent ainsi leur savoir et les nouvelles technologies pour non seulement maitriser la nature mais la modifier! Bien sur, on peut voir  cette avancée de la recherche comme un atout pour l'homme, notamment dans le domaine médical, où il sera possible de soigner des maladies génétiques jusqu'alors incurables. Et au niveau de l'agriculture? L'objectif est d'augmenter la productivité, augmenter la résistance aux maladies et aux ravageurs. Cependant, il faudrait s'attarder sur les conséquences de telles modifications.

2. Quels sont les risques pour la santé?


On ne connait pas réellement les effets ou les dangers de l'ingestion d'OGM sur l'organisme sur le long terme car les recherches restent peu nombreuses. Cependant, certains risques se détachent.
- Risque toxique suite à l'ingestion de pesticides et diminution de la valeur nutritive de certains aliments :teneur élevée en constituants antinutritionnels ou toxiques
- Développement de la résistance aux antibiotiques: du à la présence de gènes porteurs. En effet, les chercheurs introduisent souvent avec le transgène un gène de résistance à un antibiotique. Le but? Pouvoir détruire les cellules non modifiées après introduction de cet antibiotique. Mais bon, pas de quoi s'affoler après tout les antibiotiques, c'est pas automatique...!
- Risque de modification de l'expression habituelle des gènes:Des transformations génétiques peuvent se produire dans les aliments. De plus, l'ADN ingéré avec les aliments n'est pas totalement dégradé lors de la digestion, et de petits fragments d'ADN peuvent se retrouver dans le système digestif. Ce phénomène se nomme Transfert Horizontal de Gènes (THG), en d'autre termes, c'est un processus dans lequel un organisme absorbe du matériel génétique (de menus fragments d'ADN ici) d'un autre organisme dont il n'est pas le descendant. De nombreuses précautions sont donc à prendre à l'égard de ce risque.Par ailleurs, plusieurs études réalisées sur des rats, ont mis en évidence des  anomalies  suite à l'ingestion répétée d' AGM (Aliments Génétiquement Modifiés).   Les Tomates FLAVR-SAVRau début des années 90: Les chercheurs ont nourris deux groupes de rats avec de la tomate GM et de la tomate non GM pendant 28 jours. Après dissection de leur estomacs, ils se sont aperçus que 4 femelles sur 20 qui avaient ingéré de la tomate GM présentaient des pathologies de l'estomac.Par ailleurs, 7 de ces rats présentaient également des lésions au cerveau.      Étude du Pr Serilini sur le maïs MON 863:  Des rats nourris avec ce maïs ont montré après 3 générations des déformations au niveau du foie et des reins ainsi qu'une altération de leur rythme de croissance. Après avoir présenté les résultats de cette étude, le laboratoire en question a étrangement vu ses crédits réduits à zéro...coïncidence? A moins, que cela ne soit peut-être qu'une des conséquences de la crise économique... Lisez les résultats de cette étude ici 
OGM
    
   Etude d'Arpad Pusztai: sur la pomme de terre GNA. L'expérience a été, cette fois aussi, réalisée sur des rats. Les conclusions de l'étude témoignent que le cerveau, la croissance et l'immunité des rongeurs nourris aux OGM avaient été gravement perturbés. Ces résultats n'ont pas plu à tout le monde, et ont été étouffés. Le scientifique, qui était au départ favorable aux OGM, a perdu sa réputation de scientifique et tous ses travaux ont été saisis.    Etude de Newcastle Pour finir une étude réalisée sur des humains, et plus précisément sur des patients atteints d'une iléostomie, c'est à dire qu'une poche recueillait leurs selles. Ces-derniers ont été nourris avec un repas contenant du soja GM. Les chercheurs ont ensuite analysé le contenu de la poche et ont trouvé sur 6 des 7 patients des petites quantités de la chaine complète d'ADN. Cette étude prouve que l'ADN n'est pas détruit lors de la digestion.   Ainsi, il est possible qu'une petite quantité de chaine complète d'ADN soit absorbée par le système digestif du patient. Des études doivent donc poursuivies pour déterminer les effets des OGM sur l'organisme.
3. Quels sont les risques pour l'environnement? 
OGM
- Pollution par les pesticides: On entend souvent que certains OGM n'auraient pas besoin qu'on les asperge d'insecticides et donc ils seraient plus écologiques.Ce qui n'est pas précisé c'est que justement ces organismes sécrètent leur propre insecticide et il en émettrait de 10 000 à 100 000 fois plus qu'un agriculteur bio!
Par ailleurs, certains OGM sont fabriqués pour être résistants à un herbicide particulier contrairement aux autres plantes. Ainsi, en aspergeant le  champs de ce-dit herbicide, seules les mauvaises herbes sont tuées. L'industrie s'en met alors plein les poches en vendant non seulement leur OGM mais leurs pesticides! le gros lot quoi! Ne sont-ils pas rusés? (bien sur, encore faut-il que le gène "résistance à l'herbicide" n'ait pas été transmis à ces mauvaises herbes.) La vente des herbicides a considérablement augmenté au cours de ces 5 dernières années.
1/3 des OGM produisent donc leur propre insecticide (protéïque) tel les maïs Bt. Cependant, l'insecticide sécrété ne correspond pas exactement à celui produit par l'organisme Bt (toxine provenant d'une bactérie du sol employée par l'agriculture biologique) puisque dans les OGM la séquence d'ADN du gène introduit est tronqué à 44% . Cet insecticide n'a cependant jamais été rangé dans le tiroir des insecticides sous prétexte qu'il s'agit d'une plante, alors que rappelons que cette plante a justement été mise au point pour le sécréter... Sachez que cette procédure aurait prolongé de plusieurs années la commercialisation de l'OGM, mais tout cela n'est qu'anecdotique... Par ailleurs, lorsque les plantes se dégradent, les bactéries présentent dans le sol peuvent capter son ADN.
- Réduction de la biodiversité: Les flux de gènes s'opèrent par croisements sexuels. Les gènes peuvent être transmis par pollinisation; le pollen est véhiculé par le vent. Or cette transmission peut se faire entre plantes de la même espèce mais également entre plantes d'espèces apparentées. A partir, d'une plante GM et d'une non GM, inutile de vous faire un schéma, on fait un bébé GM! N'est-ce pas mignon?
Ainsi, les cultures d'OGM peuvent contaminer les cultures voisines, et ce même à des dizaines de kilomètres (ahh l'amour à distance..!).
Cette sélection naturelle concerne non seulement la flore mais aussi la faune.
De par la sélection naturelle, les insectes ayant subi des mutations génétiques les rendant résistants aux insecticides vont être favorisés et survivre, se répandre dans la population. Ainsi, les OGM permettent la création de supers insectes, je doute que ce soit l'objectif recherché...ou peut-être est-ce une nouvelle arme pour dominer le monde et lutter contre le terrorisme? Les insectes surpuissants! (ça le fait non?)
4. Que disent les pro-OGM? 
Afin de se débarrasser des dangers sanitaires potentiels, certains disent que l'on se serait déjà aperçu de leurs effets toxiques depuis leur autorisation aux États-Unis . Cependant, l'ingestion d'OGM ne provoque pas nécessairement la mort mais des malformations, des lésions ou autres pathologies visibles lors d'un examen poussé. Or, la vie d'un animal destiné à l'abattoir est courte, trop courte pour ce genre d'étude. Par ailleurs, les effets néfastes des OGM ne seront visibles probablement que sur le long terme.
On prétend également pouvoir éradiquer le fléau de la famine sur Terre, pouvoir subvenir aux besoins  alimentaires de chaque homme. Certes, la gestion des ressources alimentaires est  à revoir  absolument. Mais les OGM sont-ils vraiment la bonne solution? A l'égard des dangers présentés auparavant, ne faudrait-il pas envisager d'autres remèdes à la faim sur Terre? Une agriculture écologique ne pourrait-elle pas satisfaire cet objectif? Une agriculture écologique qui préserve la biodiversité et n'acidifie pas nos sols, qui nous fournit des fruits et légumes sains et nutritifs est possible.
5. Des problèmes d'éthique?
Les Hommes ont déjà soumis la nature à leurs désirs, voire à leur tyrannie. La faune et la flore ont déjà pâti de nos activités industrielles polluantes. Avons-nous le droit non seulement d'anéantir les richesses de la planète, mais de modifier la nature même?Aujourd'hui, on commence à modifier les plantes, qui soit dit en passant ne nous appartiennent aucunement, pourquoi pas dans quelques années modifier tel ou tel animal, pour obtenir une meilleure viande ou les rendre non résistants aux insecticides? Puis avec la fécondation in-vitro, on pourrait songer à sélectionner nos enfants, les futurs citoyens. Ils seraient tous blonds aux yeux bleus, gentils et obéissants,, pas trop rebelles (marre des crises d'ados en pleine puberté) ils feraient de bons élèves et de bons sujets citoyens.
Conclusion: 
Les OGM ne sont pas encore bien maitrisés pas les industries qui les produisent. Des recherches supplémentaires sont nécessaires.
Avant de remplir nos étalages de fruits et légumes issus de l'agriculture d'OGM, il faudrait s'assurer de leur non-toxicité. Or cela demande des années de tests et de recherches (les tests sur les mammifères sont bien insuffisants et laissent à désirer), et bien entendu des financements importants...
Les quelques études publiées mettent en évidence des risques sanitaires indéniables. Nier ces faits serait tout simplement nier la science, il s'agit là d'un autre débat.
Nos sociétés, nos gouvernements réagiront-ils à temps? Réagirons-nous à temps? Réagirez-vous à temps? 

Bibliographie:
OGM, le vrai débat G.E Seralini, ed flamarion 
http://ogmdangers.org
http://www.greenpeace.org/france/campagnes/ogm

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Dossiers Paperblog

Magazine