Magazine Football

Et pendant ce temps là, à Berlin… Rien !

Publié le 21 avril 2010 par Vinz

300933_1_Hertha_peters

La Bundesliga se pose toujours les mêmes questions. Qui pour contrer le Bayern ? Hambourg et Brême seront-ils réguliers tout au long de la saison ? Stuttgart et Schalke peuvent-ils aller au bout cette année ? Dortmund de retour en coupe européenne ? Et encore tellement d’autres interrogations sur d’autres clubs du championnat… Mais le Hertha Berlin reste toujours en marge de l’intêret des journalistes. Malgré son statut de meilleur club de la capitale, son niveau ne préoccupe personne.

Passé footballistique de la ville

Le football a t-il eu toujours aussi triste mine dans la capitale allemande ? En fait non. Tout commença même de manière flamboyante pour la capitale dans le monde du football. De 1890 à 1902, seuls des clubs de la capitale furent sacrés vainqueurs. Le Berliner FC Germania de 1890 à 1892, puis le Berliner TuFC Viktoria de 1893 à 1897, le Berliner FC Vorwärts de 1899 à 1901, et le Berliner SC en 1902. Seule ombre au tableau : seuls les clubs de Berlin étaient engagés dans ce championnat allemand, en réalité non-officiel ! Trêve de plaisanterie et parlons du championnat (cette fois-ci officiel !) d’avant Première guerre Mondiale. De 1903 à 1914, Berlin fut titré 3 fois grâce au Berliner TuS Union en 1905, et grâce au Berliner TuFC Vikoria en 1908 et 1911, lui même finaliste en 1907 et 1909. Après la guerre, le Hertha Berlin allait commencer par se présenter comme grande puissance du football, en participant 4 fois de suite à la finale du championnat de 1926 à 1929, qu’il gagnèrent 2 fois de suite les saisons suivantes en 1930 et 1931. Puis ce fut le silence radio dans la capitale, le NSDAP préférant favoriser les clubs avec plus de potentiel à cette époque. Il faudra attendre 1970 pour revoir le Hertha aux premières places du championnat, finissant 3ème derrière le redoutable duo de l’époque : Moenchengladbach et le Bayern. Ils firent même second en 1975, puis à quelques places honorables ces 30 dernières saisons, dont une 4ème place en 2009. Prestations honorables, mais rien de ce que l’on attend d’un « club de la capitale » comme on se les imagine.

Pendant l’existence de la RDA, Berlin possédait malgré tout le club le plus titré du pays avec 10 titres d’affilée de champion de RDA  de 1979 à 1988. Le BFC Dynamo, club dont la Staatssicherheit était propriétaire, avait profité des délégations des meilleurs joueurs du pays, et était le plus favorisé de l’époque. En compétition européenne, le BFC n’a jamais fait mieux que d’atteindre deux fois les quarts de finale de la Coupe des Champions.

Un peu d’histoire

Dans les autre grand pays d’Europe (niveau football, bien sûr…), les clubs de la capitale ont un autre niveau, ou au moins une autre considération qu’en Allemagne : Real et Atletico  Madrid, Benfica et Sporting Lisbonne, AS et Lazio de Rome, Ajax Amsterdam, RSC Anderlecht, et je ne parle même pas de Londres. Même le PSG, qui connait des fortunes diverses reste malgré tout une sorte d’enfant à problème du championnat français. Les résultats suivent rarement, mais on s’inquiète pour lui, et le fait qu’il soit la risée de la Ligue 1 prouve bien qu’il fait partie intégrante de l’élite française… du moins, on s’y attend(rait!). Mais en Allemagne, Berlin ne pose pas ces soucis. Pourquoi ?

Les frontières allemandes ont beaucoup bougé depuis des siècles, et il ne faut pas oublier que Berlin est la capitale de la République Fédérale Allemande depuis 20 ans seulement. L’Allemagne a succédé à l’Allemagne divisée de RFA/RDA, succédant à un gouvernement de zones occupées, succédant au 3ème Reich, succédant à la République de Weimar, succédant à l’Empire Germanique, et je ne viens de rappeler « que » 100 ans d’histoire ! Tous ces changements d’appellation ont surtout entraîné un nouveau dessin de la carte du pays à chaque fois. Avant encore, le territoire allemand n’existait pas à proprement parler, composé des royaumes de Prusse, de Bavière, de Wurtemberg, de Saxe, d’une dizaine de Duchés, et d’une autre dizaine de principautés… Bref, l’Allemagne est un pays très jeune, et Berlin, en tant que plus grosse ville du territoire est capitale par raison, plus que par tradition. Les Allemands, à cause de ces découpages intempestifs, ont acquis une mentalité plus axée sur la région que sur la nation. De ce fait, Berlin dispose d’une aura assez limitée sur son rayonnement national. Et qu’aucun club de foot ne représente la ville, ça ne gène pas plus que celà en dehors des murs de la ville… (je sors pas, sinon il n’y a pas de suite à l’article !)

Bilan

Le Hertha est en passe de descendre en seconde division alors que l’Union semblait monter en puisance dans cette même division, promu cette année. Un nouvel espoir pour la capitale ? Même si le début de saison fut éblouissant, le club reste ancré dans le ventre mou du championnat. Toujours solide cette saison, celà ne suffit malheureusement pas à espérer plus. Les autres clubs, assez nombreux, sont cantonnés aux divisions inférieures, et aucun nouveau souffle ne semble les emporter. Le Hertha semble donc rester le plus grand espoir à Berlin. Affaire à suivre…


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Vinz 627 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines