Magazine High tech

Test : Mount & Blade: Warband, une extension inachevée

Publié le 26 avril 2010 par Guls
Test : Mount & Blade: Warband, une extension inachevée
Depuis de nombreuses années, un couple de développeurs turcs s’est attaché à nous proposer un jeu « bac au sable » dans l’univers médiéval, improbable mélange entre gestion, jeu de rôle et FPS. En dépit de graphismes dépassés, il s’est forgé autour du titre une véritable communauté de passionnés qui a permis au studio de poursuivre son projet. Après le succès et la reconnaissance mérités de Mount & Blade, TaleWorlds nous en propose un stand-alone, Warband.


Un jeu « bac à sable » par excellence mais peu remanié
Puisque Warband reprend logiquement dans une très large mesure les bases de Mount & Blade, petit cours de rattrapage pour ceux qui n’auraient pas eu l’occasion de toucher au précédent volet. Vous incarnez ainsi un jeune personnage avide d’aventures dans un univers médiéval. Difficile d’être beaucoup plus précis dans la mesure où vous décidez vous-mêmes de vos objectifs ; rien ne vous est imposé. Ceci-dit, l’idée est quand même de vous lier à un seigneur et une faction, réunir une armée de plus en plus imposante et vous livrer à d’épiques batailles rangées contre vos adversaires ou assaillir des places fortes. Notez cependant qu’il vous est également possible de demeurer indépendant et de créer in fine une nouvelle faction, la vôtre. Le titre propose une composante jeu de rôle puisque votre personnage gagne de l’expérience, vous répartissez des points de compétences, gérez son équipement etc. Il vous est également demandé de gérer une armée, en recrutant de nouveaux soldats, en les faisant évoluer de la façon dont vous le souhaitez (archers ou cavaliers par exemple) et plus tard, vous pourrez construire de nouveaux bâtiments et développer votre ville ou château. Évidemment, tout cela passe par de féroces batailles dans lesquelles vous contrôlez vos soldats via un menu tactique et faites votre part du travail en vue à la première personne.
Warband apporte malheureusement relativement peu de nouvelles choses au jeu solo et surtout, ne règle pas tous les petits soucis existants. Il ne faut pas se méprendre, le titre demeure d’excellente qualité mais on aurait réellement aimé voir plus de nouveautés. Les développeurs ont ainsi tout d’abord rajouté une nouvelle faction, d’inspiration arabo-musulmane et remanié quelque peu la carte du monde. Intention louable mais sans grande conséquence au final. Quelques détails ont également été modifiés avec l’apparition d’une quête de départ un peu plus travaillée et de repères de bandits sur la carte. Toutefois, on finit toujours par tourner autour d’un nombre plus que limité de types de quêtes, que ce soit pour les seigneurs ou les villages, ce qui motive rapidement à les laisser de côté tout simplement. On notera l’introduction de possibilités de séduction des dames (ou hommes selon le genre de votre héros) pour nouer des alliances avec une famille noble. Le premier grand apport de cette nouvelle mouture de Mount & Blade réside dans l’amélioration notable des graphismes, qui pouvaient s’avérer rebutants auparavant. Difficile pour autant d’affirmer que l’apparence du titre gênait réellement une fois plongé dans l’aventure, on peut simplement espérer qu’il permettra d’attirer de nouveaux joueurs plus sensibles à la beauté du jeu.
Test : Mount & Blade: Warband, une extension inachevée
Un multijoueur malheureusement décevant
L’autre nouveauté majeure de Warband, et principalement mise en avant par les développeurs, est l’apparition d’un mode multijoueur, jusque là absent. Les joueurs peuvent ainsi désormais s’affronter jusqu’à 64 sur un serveur dans différents modes de jeu. Au menu notamment les traditionnels deathmatch, team deathmatch et capture de drapeau aux côtés des attaques/défenses de château. Bien entendu, vous pouvez également choisir parmi plusieurs classes pour des sensations différentes et ainsi opter pour un fantassin standard ou plutôt un fragile archer selon les situations. On retrouve ici sans conteste les agréables sensations de Mount & Blade et c’est toujours un plaisir que de s’engager dans des combats où votre talent est mis à bien plus rude épreuve que contre l’IA. Il vous est également possible de vous acheter de l’équipement avec l’or que vous gagnez en tuant vos ennemis pour vous démarquer un peu des autres joueurs et montrer votre valeur. Attention toutefois puisque vous perdez rapidement pièces d’équipement et argent en mourant ; un système permettant d’éviter des déséquilibres trop flagrants.
Malheureusement, aussi réussi ce mode multijoueur soit-il, il demeure à mes yeux des plus inachevés et quelque part anecdotique. Cette dernière affirmation sera sans doute discutée et les nombreux joueurs étant connectés sur les serveurs me démentent en partie. Pour autant, il est flagrant que l’on n’achète pas Mount & Blade pour se retrouver à faire du teamdeathmatch. Et l’univers a beau être relativement unique dans le monde des FPS multijoueurs, la concurrence est rude. Il est quelque part terriblement décevant de constater que les développeurs n’aient pas opté pour permettre de jouer la campagne, le véritable cœur du jeu, à plusieurs plutôt que de développer ce mode. Ainsi, se lancer à l’aventure sur la carte du monde en coopération ou compétition avec un autre joueur, sans même parler d’un véritable mode plus proche du MMO où chaque seigneur serait incarné par un joueur, aurait été proprement fabuleux. Et cela demeure, à mon avis, le souhait de la plupart des amateurs de la franchise.
Test : Mount & Blade: Warband, une extension inachevée
Une communauté toujours aussi présente
L’une des grandes forces de Mount & Blade (et donc de Warband) est la présence d’une large communauté de fans. TaleWorlds a eu la bonne idée de mettre à disposition des joueurs les outils de développement et donc de permettre l’apparition de nombreux mods amateurs. Ceux-ci sont d’une qualité véritablement remarquable et permettent non seulement de pallier à certains défauts du jeu mais aussi parfois de proposer des expériences complètement différentes. Ainsi pouvait-on avec Mount & Blade se plonger dans la Renaissance et utiliser des armes à feu, se lancer dans la conquête du trône de Grande-Bretagne ou choisir plutôt de jouer dans un univers fantastique. Il est impossible de lister tous les mods réussis qui ont été réalisés pour le premier volet, qui ne sont malheureusement pas compatibles avec Warband. Cependant les joueurs sont déjà au travail sur ce dernier et on commence à en voir les premiers résultats. Nul doute donc, que l’on verra venir dans les prochains mois de nombreuses campagnes et univers alternatifs. Notons également que de nouvelles possibilités pour le multijoueur sont d’ores et déjà proposées. Peut-être peut-on espérer ainsi à terme voir un mod permettant de jouer sur la carte stratégique à plusieurs.
Test : Mount & Blade: Warband, une extension inachevée
Une malheureuse déception
Il serait injuste de prétendre que Mount & Blade: Warband est un échec mais on ne peut s’empêcher d’être déçu en comparant le résultat à nos attentes légitimes. Ce stand-alone propose certes quelques nouveautés, une refonte graphique et un mode multijoueur. Pour autant, il ne corrige pas les nombreux petits défauts du jeu original, ne modifie en rien l’expérience solo et peine à convaincre avec son multijoueur inadapté. Warband est sans conteste indispensable à tous ceux qui n’ont pas acheté Mount & Blade auparavant mais je suis plus réservé pour les autres. Je recommanderai certes de l’acheter malgré tout mais plus pour soutenir un petit studio de développement qui travaille sur ce projet depuis des années et nous a fournit un excellent jeu que pour les réelles qualités intrinsèques de Warband.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Guls 278 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog