Magazine

Les Lames du Cardinal

Publié le 26 avril 2010 par Homelaet

Les Lames du Cardinal - Tome 1

les_lames_du_cardinal
Résumé : Paris, an de grâce 1633. Louis XIII règne sur la France et Richelieu la gouverne. Le Cardinal, l'une des personnalités les plus puissantes et les plus menacées de son temps, doit sans cesse se garder des ennemis de la Couronne. L'espionnage, l'assassinat, la guerre, tout est bon pour parvenir à leurs fins... et même la sorcellerie, qui est l'oeuvre des plus fourbes adversaires du royaume : les dragons !
Ces redoutables créatures surgies de la nuit des temps se dissimulent parmi les humains, ourdissant de sombres complots pour la reconquête du pouvoir. Déjà la cour d'Espagne est tombée entre leurs griffes... Alors, en cette nuit de printemps, Richelieu décide de jouer sa carte maîtresse. Il reçoit en secret un bretteur exceptionnel, un officier dévoué que la trahison et le déshonneur n'ont pourtant pas épargné : le capitaine La Fargue. Car l'heure est venue de reformer l'élite secrète qu'il commandait jadis, une compagnie d'aventuriers et de combattants hors du commun, rivalisant d'élégance, de courage et d'astuce, ne redoutant nul danger. Les Lames du Cardinal !

Extrait :  " - Soyez le bienvenue, monsieur le capitaine de La Fargue.
- "Capitaine" ?
- C'est bien votre grade, n'est-ce pas ?
- Ca l'était avant que l'on me retire mon commandement.
- On souhaite que vous repreniez du service.
- Dès à présent ?
- Oui. Auriez-vous mieux à faire ?
C'était la première passe d'armes, et Richelieu présageait qu'il y en aurait d'autres.
- Un capitaine commande une compagnie, fit La Fargue.
- Ou une troupe, à tout le moins, aussi modeste en nombre soit-elle. Vous retrouverez la vôtre.
- Elle est dispersée. Grâce aux bons soins de Votre Eminence.
Une lueur étincela dans l'oeil du Cardinal.
- Rappelez vos hommes. Des lettres qui leur sont destinées n'attendent plus que d'être envoyées.
- Tous ne répondront peut-être pas.
- Ceux qui répondront suffiront. Ils étaient des meilleurs, et doivent l'être encore. Le temps qui a passé n'est pas si long...
- Cinq ans.
- ... Et libre à vous d'en recruter d'autres, poursuivit Richelieu sans s'interrompre. Il m'a d'ailleurs été rapporté que, malgré mes ordres, vous n'avez pas coupé tous les ponts.
Le vieux gntilhomme cligna des paupières.
- Je constate que la compétence des espions de Votre Eminence n'a pas faibli.
- De fait, il y a peu de chose que j'ignore vous concernant, capitaine.
La main posée sur le pommeau de l'épée, le capitaine Etienne-Louis de La Fargue s'accorda un moment de réflexion. Il regardait droit devant lui, au-dessus de la tête du Cardinal qui, depuis son fauteuil, l'observait avec un intérêt patient.
- Alors, capitaine, acceptez-vous ?
- Tout dépend.
Craint parce qu'il était influent et d'autant plus influent qu'il était craint, le cardinal de Richelieu pouvait ruiner un destin d'un trait de plume ou hâter tout aussi aisément une carrière vers les sommets. On prétendait qu'il était homme à écraser tous ceux qui lui résistaient. On exagérait baucoup et, comme elle se plaisait à le dire, Son Eminence n'avait d'autres ennemis que ceux de l'Etat. Mais envers ceux-là, elle savait se montrer imptoyable.
De marbre, le Cardinal durcit le ton.
- Ne vous suffit-il pas, capitaine, de savoir que votre roi vous rappelle à son service ?
Le gentilhomme, alors, trouva et soutint sans faillir le regard acéré du Cardinal.
- Non, monseigneur, cela ne suffit pas.
Et après une pause, il ajouta :
- Ou plutôt, cela ne suffit plus."

L'avis de Dazboness : Mélanger des styles que l'on pense aussi éloignés que la fantasy et les romans dits "de cape et d'épée", tel est le pari réussi de Pierre Pevel. Car à travers les aventures des Lames du Cardinal, le lecteur découvre aussi bien les rues de Paris, les moeurs de l'époque, la vie de la cour de Louis XIII, mais aussi un monde imaginaire, empli de créatures mystiques, de sorcellerie et de personnages dignes des plus grandes épopées de la fantasy classique.
De plus, tous ces personnages ont la chance de posséder un charme propre aux romans "de cape et d'épée", évoluant parmis leurs célèbres homologues du maître Alexandre Dumas. J'ai rpis grand plaisir à croiser au détour des pages Monsieur de Tréville capitaine des Mousquetaires du Roi, le fameux Athos, et peut-être même encore plus à cotoyer l'âme damnée du cardinal de Richelieu : Rochefort et sa célère cicatrice à la tempe.

Passé l'émoi de cette subtile alchimie des mousquetaires de Dumas et des personnages aussi attachants de Pevel, l'histoire en elle-même est bien ficelée, répondant aux impératifs des deux types de romans. Ainsi, l'on a bien entendu le complot dirigé par des êtres fantastiques et dangereux, des trahisons, des hommes et femmes d'honneur faisant ce qui est nécessaire pour le service de leur roi.

Cette première aventure présente chaque personnage tout en laissant suffisament de mystère sur leur passé, utilisant leur histoire, aussi bien individuelle que collective, nourrir le récit sans jamais l'étouffer, permettant au lecteur de s'éttacher à ces êtres si pleins de courage, d'énergie, et prêt à en découdre l'épée à la main dans des passes d'armes à faire envie aux plus savants épéistes.
Un livre que j'ai littéralement dévoré, l'écriture se faisant l'écho de nos rêves d'aventure sans jamais les briser.

Auteur : Pierre Pevel
Editeur : Bragelonne
Prix : 20 euros
Nombre de pages : 300

Sommaire des livres critiqués


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Homelaet 129 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog